Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Mille portraits pour un projet



Mille portraits pour un projet
PAPEETE, le 13 avril 2016 - À l’initiative de Marie-Hélène Willierme, enseignante à l’École de commerce de Tahiti, et de ses élèves le projet A’ata – Smile for peace s’expose. Depuis lundi, il prend possession des murs de la ville. De Mahina à Punaauia, des portraits souriants et grimaçants s’élèvent rappelant que la générosité, la joie de vivre et le partage sont des valeurs polynésiennes.

Depuis lundi les murs de la ville se couvrent de visages. Des panneaux de plusieurs mètres de long aux portraits souriants et grimaçants sont hissés à Mahina, Punaauia, Faa’a,… Les manœuvres d’affichage sont parfois délicates. Ainsi mardi, à la nuit tombée, deux pompiers volontaires se sont laissé glisser sur la colline face au site du flamboyant. Il leur a fallu deux heures pour dérouler les panneaux.

Deux spectatrices de choix assistaient à l’opération : Marie-Hélène Willierme, photographe et réalisatrice, enseignante à l’École de commerce de Tahiti et Jaïka Minel de Pacific Storytellers. Elles appréciaient leurs mois de travail et d’engagement pour A’ata – Smile for peace.

Ensemble elles portent le projet depuis novembre 2015. "Je suis le travail de l’artiste JR depuis 2011", explique Marie-Hélène Willierme (voir encadré Inside Out Project). "En début d’année scolaire je parle de lui à mes élèves. En 2015, lors des premières heures de cours j’ai dit à la classe : Je peux vous apprendre à appuyer sur un bouton pour faire des photos mais cela ne fera pas de vous des photographes, il faut autre chose. Que souhaitez-vous faire ? "

La photographe poursuit : "À ce moment nous, et avec nous la Polynésie, venait d’apprendre le décès brutal de Sandy Elacott. Les élèves m’ont répondu : On veut dénoncer". Inside Out Project a résonné. Et c’est ainsi qu’est né A’ata – Smile for peace. Mais, le groupe n’avait alors que sa volonté pour avancer. "Nous n’avions pas de moyens, pas d’appareils, pas de modèles." Il a fallu trouver des fonds, des sponsors, des soutiens. "Je suis allée frapper à la porte de tout le monde, Pays, commune, entreprises privées. J’ai toujours reçu un très bon accueil. Il semble que le projet arrivait au bon endroit, au bon moment."

"Nous avons réussi"


Les élèves ont commencé à immortaliser des sourires, doucement mais sûrement. "Nous n’avons pas la prétention d’arrêter la violence, mais de rappeler aux Polynésiens que le sourire, le partage, la joie de vivre font partie de nous, de notre culture. La crise et les difficultés du quotidien nous détournent de ces valeurs. Ne laissons pas monter le capital peur, la morosité. Sourions et soyons positifs. Devant les panneaux, les habitants sourient, nous avons réussi."

Fin janvier, la classe enregistrait 184 portraits. Elle était loin des 1 000 clichés espérés. "Pour moi c’était symbolique. On dit qu’une image vaut mille mots, je voulais 1 000 photos." La motivation s’est émoussée. Le groupe heureusement s’est étoffé. Des élèves de l’Institut supérieur de l’enseignement privé de Polynésie (Isepp) ont rejoint les rangs. Des privés, des communes, des bénévoles, des engagés ont eux aussi apporté leur pierre à l’édifice.

Les acteurs de A’ata n’ont pas ménagé leur peine. "Il fallait que les portraits soient très expressifs, il fallait mettre les modèles à l'aide, les faire rire, les shootings ont pris des heures. Il a aussi fallu aller voir les habitants dans les communes pour expliquer le projet, demander leur autorisation aux propriétaires des murs, préparer les séances lors des grands évènements de ces derniers mois…", explique Jaïka Minel. Petit à petit le stock de visage a grossi.

Au total, 1 100 portraits ont pu être réalisés. L’inauguration officielle a eu lieu mercredi matin au lycée Aorai. Les panneaux de visages sont visibles dans les rues de la zone urbaine. L’affichage est en cours, il se poursuit la semaine prochaine. Les panneaux resteront entre une semaine comme au Centre hospitalier du Taaone et un an, comme sur le bus de la Caisse de prévoyance sociale.

Inside Out Project

"Transformer les messages personnels en œuvres d’art", tel est l’objectif du projet Inside Out Project de JR. JR est un artiste français qui, grâce à la technique du collage photographique expose sur les murs du monde entier. Son travail artistique est aussi un engagement. En mars 2011, il a gagné le prix TED à Long Beach, en Californie. À la suite de ce prix, il a lancé un projet d’art participatif et global. L’objectif ? "Changer le monde". Rien de moins. Il invite tout le monde et chacun à partager son portrait pour faire passer un message qui lui tient à cœur. Pas moins de 260 000 personnes issues de 129 pays ont pris part au projet du Népal au Mexique en passant par la Palestine, le Brésil ou bien encore… Tahiti.
www.insideoutproject.net/fr




Mille portraits pour un projet

Mille portraits pour un projet

Rédigé par Delphine Barrais le Mercredi 13 Avril 2016 à 09:33 | Lu 998 fois






1.Posté par FINA le 14/04/2016 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très belle initiative!!!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance