Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Livre : les revers amers des "Cartes postales" de Chantal Spitz



Chantal Spitz présentait son dernier livre, mercredi après-midi chez son éditeur Au vent des Îles. Le recueil de nouvelles "Cartes postales" (85 pages) paru  dans la collection littérature du Pacifique est en vente à 1500 Fcfp.
Chantal Spitz présentait son dernier livre, mercredi après-midi chez son éditeur Au vent des Îles. Le recueil de nouvelles "Cartes postales" (85 pages) paru dans la collection littérature du Pacifique est en vente à 1500 Fcfp.
PAPEETE, le 5 novembre 2015. Quatre ans après la sortie de son dernier livre, l'auteur polynésienne publie un recueil de sept nouvelles chez l'éditeur Au Vent des Îles qui plongent le lecteur dans la découverte de l'envers du décor tahitien. Derrière les cartes postales : des espoirs déçus, des amours perdus et des gueules cassées. La vraie vie…

Sept courts récits ramassés sur une écriture épurée de tous artifices. Pas de chapitre, pas de virgule, pas de points et une mise en page des textes qui impose son rythme, son souffle quitte à dérouter le lecteur. Entrer dans ces "Cartes Postales" de Chantal T. Spitz c'est comme soulever un voile de mariée et découvrir derrière le tulle immaculé, le visage fatigué d'une vieille femme, ridée et usée par le poids des ans. Regarder les yeux dans les yeux ce que l'on veut nous taire, c'est sans doute le fil conducteur de Chantal T. Spitz au travers de ces sept courtes histoires. Des tranches de vie (et de mort aussi) qui ne peuvent pas laisser le lecteur indifférent.

On y croise les pauvres hères de tous les jours : une pute et son mac, une mère de famille trop fertile qui troque son dernier enfant contre un frigo américain, une femme trompée, une autre battue, un mari cogneur. Des gens que l'on croise tous les jours dans les rues de Papeete mais dont on ne veut rien savoir, dont on veut jusqu'à ignorer l'existence pour ne garder que les couleurs vives des cartes postales. "Moi c'est avec ces gens là que je vis au quotidien et je voulais parler d'eux. J'aime bien les gens un peu cabossés, ils sont plus intéressants que ceux qui ont tout et réussissent" explique Chantal Spitz. Elle a des mots vrais pour parler de l'adoption fa'amu: "Pourquoi toujours enrober ces adoptions de bons sentiments ? Il faut dire ce que c'est vraiment : une transaction".

Alors, oui, ces cartes postales sont d'une grande rudesse, allant même jusqu'au glauque, jusqu'au trash : on y pratique le sexe mais pas l'amour, on y vit au jour le jour. Certains lecteurs y retrouveront, revisité par l'auteur, un fait-divers sordide : le double meurtre à Papeete au début des années 2000 d'une masseuse (et plus si affinités) et son copain (son mac), assassinés par un client. Dans les mots de Chantal Spitz, ce double assassinat devient l'expression d'humiliations vexatoires chez un homme fou de désir. Le paradis tahitien transformé en enfer.

Fallait-il que l'auteur écrive toutes ces vilaines choses sur Tahiti ? Son texte va-t-il faire fuir les touristes ? Elle ne se pose même pas la question. "J'écris parce que j'ai juste besoin d'écrire. Egoïstement. Je ne pense pas au lecteur". Mais, si ces portraits de gueules cassées peuvent faire réfléchir les uns et les autres sur ce qui se passe vraiment dans ce décor de cartes postales, sur la grisaille des destins qui se démènent à l'arrière des couleurs vives du papier glacé, alors cette écriture épurée au scalpel n'aura été ni vaine, ni uniquement égoïste.

Pour en savoir plus sur le livre ou le commander, CLIQUER ICI



Dédicaces

Chantal Spitz dédicace son livre "Cartes Postales" ce vendredi 6 novembre de 14 heures à 17 heures à la librairie Klima, place de la Cathédrale. Un rendez-vous privilégié avec l'auteur. Un autre rendez-vous est programmé durant le Salon du livre, le samedi 21 novembre de 9h45 à 10h15 pour une présentation du recueil de nouvelles animée par Titaua Porcher.

Rédigé par Mireille Loubet le Jeudi 5 Novembre 2015 à 17:11 | Lu 1837 fois







1.Posté par Mathius le 05/11/2015 17:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La plus vilaine chose dont la POLYNESIE est victime est ses nons dis et ses mensonges sociétale.
Vas y CHANTAL tu n'es qu au début de ta propre révélation, tu viens de franchir un pas de géant pour une remise en question culturelle polynésienne.

2.Posté par JacquesAdi le 05/11/2015 19:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Chantal pour ton courage et ton engament sans langue de bois dans une société qui garde la tête dans le sable. Moi je suis farani alors je n'ai que le choix de donner ma vision sous un pseudo, sous peine d'être lynché sur l'autel de la liberté d'expression. Des "Chantal" égoïstes comme tu le dis, il en faudrait bien plus pour nous éclairer sur les cabossés du système.

3.Posté par coyote le 06/11/2015 06:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rien de nouveau sous le soleil.....Hier aux infos, responsabilité des nouvelles technologies en conclusion sur la violence et les problèmes parents-enfants MDR ça fait des dizaines d'années que la famille polynésienne est fracassée sans que rien ne soit fait si c'est pour se trouver des faceboucs-émissaires au lieu de regarder les problèmes en face, lisez donc le livre de Chantal Spitz :)

4.Posté par Pascal ALBERT le 06/11/2015 08:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chantal: Ce qu'elle dit, mais également comment elle le dit.

Chantal Spitz a du talent, beaucoup de talent.........

un vrai écrivain (une écrivaine?...beurk)....

5.Posté par Zaz le 06/11/2015 10:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le tatouage sur menton....c'est moche

6.Posté par Cool Ruler le 06/11/2015 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Zaz,

t'as pas compris, elle est sponsorisée par Monster :-)

Ok je sors.

Bon week end !

7.Posté par simone grand le 06/11/2015 14:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Oui Chantal a du talent
j'aime ce qu'elle écrit
j'aime sa manière d'écrire

8.Posté par Philippe DELBOS le 06/11/2015 22:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis embête car Simone m'a piqué une grande part de mon commentaire... Chantal écrit avec son coeur, avec ses tripes. Chantal la révoltée, Chantal l'écorchée, Chantal la passionnée, Chantal l'aimante, Chantal la permanence. N'en déplaise à certains Chantal ne change pas; elle a toujours été comme ça et c'est ce qui fait que je l'aime d'amitié depuis plus de 45 ans.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance