Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Les policiers de la DSP manifestent devant le palais de justice



Pour Laurent Suard, représentant local du syndicat Alliance, à Papeete comme à Paris, les policiers souffrent "de la politique pénale du garde des Sceaux Christiane Taubira qui consiste à privilégier les mesures alternatives à la détention" pour les délinquants. "Cela conduit à des décisions de justice laxistes qui au bout du compte se retournent contre nous".
Pour Laurent Suard, représentant local du syndicat Alliance, à Papeete comme à Paris, les policiers souffrent "de la politique pénale du garde des Sceaux Christiane Taubira qui consiste à privilégier les mesures alternatives à la détention" pour les délinquants. "Cela conduit à des décisions de justice laxistes qui au bout du compte se retournent contre nous".
PAPEETE, le 14 octobre 2015 - Une quarantaine de policiers de la direction de la Sécurité publique (DSP) ont manifesté contre "les dysfonctionnements de la justice", ce mercredi à 12 h devant le palais de justice de Papeete, répondant à l'appel national qui a été suivi par des milliers de leurs homologues en métropole.

Près de 7 500 policiers selon la préfecture de police de Paris, jusqu'à 10 000 selon les syndicats, ont scandé haut et fort leur "colère", mercredi en métropole, réunis devant le ministère de la Justice, place Vendôme. Une première depuis 1983. La place était envahie d'une nuée orange et blanche laissée par les fumigènes, de drapeaux des syndicats et de sirènes de police, tandis que des "Taubira démission" fusaient dans l'assistance. Sur un échafaudage, une banderole noire donne la couleur: "Police/justice: la rupture".

La goutte d'eau qui a fait déborder le vase est la fusillade au cours de laquelle un policier a été grièvement blessé, le 5 octobre en Seine-Saint-Denis (93), par un braqueur en cavale et fiché. 1 000 policiers sont blessés chaque mois en intervention.

La Polynésie française, "à son échelle, n'est pas épargnée par les difficultés"

A Papeete, une quarantaine de policiers de la DSP se sont joints au mouvement sous la bannière du syndicat Alliance Police Nationale, ce mercredi à midi devant le palais de justice, avenue Pouvanaa'a a Oopa. "Nous manifestons par solidarité avec nos collègues métropolitains" a expliqué Laurent Suard à Tahiti Infos, policier et secrétaire territorial du syndicat Alliance en Polynésie française. "Mais nous voulons aussi dire que la Polynésie française, bien qu'à une moindre échelle, n'est pas épargnée par les difficultés".

Pour Laurent Suard, à Papeete comme à Paris, les policiers souffrent "de la politique pénale du garde des Sceaux Christiane Taubira qui consiste à privilégier les mesures alternatives à la détention" pour les délinquants. "Cela conduit à des décisions de justice laxistes qui au bout du compte se retournent contre nous".

"La semaine dernière, nous avons interpellé trois fois la même personne, à chaque fois sur des vols à la roulotte en train de tordre des portières de voiture" raconte un policier sous l'anonymat de son drapeau au couleur du syndicat. "Le type était ressorti libre à chaque fois, sans rien malgré un casier judiciaire long comme le bras. il y a un sentiment d'impunité qui s'installe, le public ne comprend pas de voir ces gens dehors et à l'impression que nous ne faisons pas notre travail. C'est la justice qui ne fait pas son travail. Il n'y pas longtemps, un incident entre un magistrat du siège et du parquet a conduit à la remise en liberté d'un violeur que nous avions interpellé. Cela a anéanti des dizaines d'heures de travail de la police en amont".

Les délinquants "ne craignent plus les sanctions"

D'autres policiers qui n'hésitent pas à mettre sur le compte de ce "laxisme de la justice" le durcissement des petits délinquants à leur égard, au quotidien : "Il y a plus d'hostilité, d'agressivité à notre égard. Et à l'égard de nos collègues de la police municipale aussi. Regardez ce qu'il s'est passé récemment dans les quartiers Estall et Paraita. Aujourd'hui, on sort le coupe-coupe direct, on se fait caillasser, ils ne nous craignent plus et ne craignent plus les sanctions puisqu'il n'y en a plus".

Et un autre de raconter comment la brigade anti-criminalité de Papeete essuie "de plus en plus régulièrement des jets de bouteilles et autres projectiles" lors de ses patrouilles nocturnes : "Maintenant c'est tout le temps".

Le représentant local du syndicat Alliance Police Nationale dénonce, lui, un "sous-effectif" au commissariat de police de Papeete-Pirae : "Nous ne sommes pas assez nombreux, les collègues chargés de l'investigation cumulent pour certains plus de 1 000 heures supplémentaires qu'ils ne peuvent pas se faire payer, ni prendre. On ne recrute que des contrats à durée déterminée ou des cadets de la République, qui sont payés une misère, n'ont pas la formation de gardien de la paix mais sont amenés à faire les mêmes missions que nous dans la rue".

Laurent Suard qui dénonce enfin "des problèmes de perspectives de carrière" à la DSP : "On nous demande de passer des examens et des diplômes, une quarantaine d'agents sont titulaires aujourd'hui de ces qualifications mais attendent toujours une montée en grade qui s'avère impossible. Cela créé et alimente des tensions entre les services".

A l'échelle nationale, plusieurs centaines de policiers "fatigués" et en "colère" se sont aussi rassemblés mercredi devant les tribunaux à Lille, Strasbourg, Dijon, Bordeaux, Rennes, Toulouse ou Marseille, ainsi que quelques dizaines à Ajaccio, Bastia, Montauban ou Foix, selon les bureaux de l'AFP.

Répondant à l'une des principales revendications des manifestants, François Hollande recevra par ailleurs les syndicats de police et de justice la semaine prochaine.

Rédigé par Raphaël Pierre le Mercredi 14 Octobre 2015 à 13:09 | Lu 2653 fois







1.Posté par R.L.B le 14/10/2015 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et oui, pour la justice c'est moins grave de caillasser des policiers que d'enlever une chemise d'un DRH.

2.Posté par ARTIMON le 14/10/2015 17:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Discréditée !
Il y a si longtemps que Mme Taubira est discréditée que l'on se demande comment et pourquoi elle occupe toujours son bureau place Vendôme.
C'est inquiétant puisqu'elle domine l'administration de la Justice dont nous vivons chaque semaine les dysfonctionnements et dont les lenteurs exaspèrent les citoyens. Ils ont bien le droit de dénoncer ces dysfonctionnements et ces lenteurs puisque c'est avec leurs impôts et leurs taxes en tous genres que sont rémunérés les fonctionnaires de ce ministère. C'est surtout leur devoir de pointer un doigt accusateur vers une justice qui est rendue en leur nom mais dans laquelle ils ne se reconnaissent pas !

3.Posté par proQ le 14/10/2015 23:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les dysfonctionnements de la DSP avec sa bande de ripoux????

4.Posté par proX le 14/10/2015 23:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a un sentiment d'impunité qui s'installe, le public ne comprend pas pourquoi les ripoux de la DSP ne passe pas en justice.

5.Posté par pif paf le 14/10/2015 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

... et les délinquants en col blanc qui continuent de nous gouverner !!
Faut il les laisser récidiver ?

6.Posté par Bureaucrates le 15/10/2015 07:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La justice, ce sont de simples bureaucrates déconnectés de la réalité, protégés dans leur bulle de cristal.
Comme dit l'article, les criminels n'ont plus peur de se faire attraper, la justice les relaches des fois sans aucune sanction. Meme les meurtriers d'enfants s'en sortent avec 20ans tout au plus, avec remise de peine pour bonne conduite au bout de quelques années. Les forces de l'ordre n'ont même pas le droit de se défendre sinon ils sont poursuivis en justice ! Quelle ironie !! Aujourd'hui lka justice protège plus les criminels que les victimes. Quand tu te fais voler chez toi, c'est de ta faute, parce que tu n'as pas bien renforcer ta fenêtre, ce n'est plus la faute du voleur. La justice met 4 ans pour condamner un violeur. Alala la justice française !

7.Posté par Aux états unis le 15/10/2015 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Essaye d'aller aux états unis jeter une bouteille sur une voiture de patrouille ou de frapper et insulter un policier ! Tu te fais rosser et tu fini en taule ! C'est comme ça que ça doit se passer !
Ici ou en france, tape un policier, s'il se défend dis lui que tu as des droits et poursuis le en justice et la justice te donnera raison ! Et ça les délinquants le savent très bien, la justice donne des droits aux délinquants/criminels qu'ils ne devraient pas avoir. Ici on a enlever la plupart de leurs droits aux agents de la DSP, ce sont les gendarmes qui ont tous les droits. Combien de patrouille de gendarmes est ce que tu vois en ville ? Que dalle ! Ils sont payés pour venir en vacance à tahiti et faire quelques contrôles routiers ! Redonnez mei leurs droit à la DSP et aux mairie !

8.Posté par frani tayoyo le 15/10/2015 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par solidarité , diminué votre super indexation pour que l'on puisse recruté d'avantage sinon ferme la !!!

9.Posté par etienne le 15/10/2015 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout a fait d'accord avec ce sentiment envers la Justice française et la légitimité de leur action...maintenant en parlant des effectifs, il faut choisir, ou avoir de gros salaires ou avoir plus d'effectifs, c'est logique!!!! Il serait "juste" de supprimer l'indexation qui n'est plus justifie aujourd'hui!!!!

10.Posté par Kriss le 16/10/2015 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ aux états unis : c'est normal de ne pas voir de patrouilles de gendarmes en ville ! Papeete n'est pas de leur juridiction, c'est une zone de compétence police.

@ etienne : si on supprimait l'indexation, je pense que le gouvernement Hollande ne profiterait pas de cet argent pour renforcer les effectifs mais plutôt pour le refiler aux migrants syriens !

11.Posté par @Kriss le 16/10/2015 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Justement, pourquoi alors retirer certaines compétences à la police pour dire ensuite "ah non désolé, on ne peux pas intervenir sur cette zone, pas de notre juridiction. Par contre vous pouvez intervenir, mais pas pour grand chose parce que l'état vous a retirer certaines de vos compétences ! haha"
Y'a pas un couac ???

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance