TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les nouveaux défis de la TEP pour ses 30 ans d'existence




PAPEETE, le 22 août 2015. La société de transport d'énergie électrique en Polynésie (TEP) est une société d'économie mixte dont le capital est détenu à 51% par le Pays. Elle assure le transport de l'électricité depuis les centrales de production jusque dans les foyers de Tahiti. Cette année, la TEP va démarrer un programme d'investissement de cinq milliards de Fcfp et lance un jeu-concours avec un an d'électricité à gagner pour fêter ses 30 ans.

"Discrète et efficace", ce sont les deux adjectifs choisis par Guy Stalens, le directeur général de la TEP pour définir la société qu'il dirige depuis trois ans. Car, effectivement qui sait que l'électricité qui éclaire nos maisons est transportée tous les jours depuis 30 ans par cette société d'économie mixte ? Pour les usagers, l'interlocuteur unique de l'énergie la plus courante que nous consommons est EDT (Electricité de Tahiti), pourtant la TEP assume une mission essentielle. Entre les sites de production de l'électricité (les installations hydrauliques de Marama Nui, les centrales thermiques d'EDT et les producteurs photovoltaïques), la TEP et son réseau de transport par lignes (les ¾ sont souterraines) est un acteur incontournable.

La TEP saisit l'occasion de son 30e anniversaire pour se placer sur le devant de la scène. "La société a été créée en 1985 dans un contexte de transition énergétique pour favoriser le développement de l'hydroélectricité. 30 ans plus tard nous avons de nouveaux défis à mener" explique Guy Stalens. L'un de ces défis consistera à achever la "boucle de transport" du réseau électrique de Tahiti. Il manque actuellement 22 km de ligne entre Hitia'a et Papenoo pour que le réseau suive parfaitement les contours de l'île de Tahiti.

Au total un investissement de cinq milliards de Fcfp, une moitié étant assurée par du financement public dans le cadre du contrat de plan Etat/Pays, l'autre moitié par la TEP elle-même et ses partenaires financiers. Au final, une cinquantaine d'emplois créés pour les opérations de génie civil. Un vaste chantier d'une durée de trois ans, dont le premier coup de pioche pourrait être donné le 30 octobre prochain, le jour J de la date anniversaire."Il nous faut boucler ce réseau pour sécuriser l'alimentation de la zone urbaine et désenclaver la Presqu'île (…) Il faut préparer le réseau pour demain en vue des grands aménagements prévus tels que le Tahiti Mahana Beach et pour l'accueil des énergies renouvelables" précise encore Guy Stalens.

UNE NOUVELLE REPARTITION DES MISSIONS ?

Energies renouvelables : le mot est lancé. La volonté affichée du Pays (écrite dans une loi du Pays) est d'arriver d'ici 2020 à 50% de production électrique par les énergies renouvelables. L'enjeu est de taille quand on sait qu'actuellement l'hydroélectricité couvre 30% des besoins et le solaire moins de 10%. Le directeur général de la TEP livre d'ailleurs quelques petites phrases assassines à l'encontre de son partenaire ou donneur d'ordre principal, à savoir EDT.

Pour l'instant, la TEP n'est que le maillon du transport de l'électricité mais son rôle pourrait bien être élargi dans le cadre d'une concession (à redéfinir) dont les missions seraient plus clairement établies. Aussi, le rapport final des deux experts de la CRE (commission de régulation de l'énergie) en visite récemment en Polynésie française est attendu avec impatience. "Aujourd'hui la TEP se contente de transporter l'électricité, on peut imaginer un autre système où ce serait la TEP qui choisirait le placement de l'énergie". Une manière de prendre la main sur la répartition du mix énergétique, en priorisant les approvisionnements en provenance des énergies renouvelables. "On a les moyens techniques aujourd'hui de faire du dispatching" poursuit Guy Stalens alors que cette manœuvre essentielle reste l'apanage de la SA Electricité de Tahiti et se situe au cœur de l'une des négociations serrées –en plus de celle du tarif de l'électricité- que mène le Pays avec EDT depuis de nombreux mois.

En filigrane, de moins en moins voilés, les soupçons sur le fait qu'EDT traînerait les pieds sur ce développement des énergies renouvelables émergent. "Une entreprise qui fait de la production et de la vente ne veut pas forcément faire baisser la consommation" avance Guy Stalens, le directeur général de la TEP. Ses arguments paraissent lumineux : "Toute la complexité des monopoles intégrés entre production et distribution –même si ici il manque le transport et la construction du réseau- c'est que l'objectif du producteur est de rentabiliser son outil de production. Pour le distributeur, c'est la commercialisation, ses bénéfices provenant d'un maximum de ventes réalisées" conclut-il. Le bras de fer de l'énergie est loin d'être terminé.

Finances

Le chiffre d'affaires annuel de la TEP est de 1 milliard de Fcfp issu du paiement d'une redevance de 1,95 Fcfp par kilowatt/heure consommé. Bien qu'elle soit une société d'économie mixte locale (SEML) détenue à 51% par le Pays, la TEP n'a perçu aucune subvention du territoire depuis 26 ans. En dehors du Pays les autres actionnaires sont, par ordre d'importance la société anonyme Electricité de Tahiti (39%), le groupe Socredo (5%) et l'Agence française de développement (5%)

Plus de 500 km de lignes

Sur l'île de Tahiri la TEP gère un réseau de 240 km de lignes souterraines mais aussi 250 km de lignes moyennes et hautes tensions (dont 46 km de liaison en 90 0000 volts, 70 km de liaison 30 000 vols et 131 km de liaison 20 000 volts) et aériennes

Un an d'électricité à gagner

Pour ses 30 ans d'existence, la TEP lance un jeu concours Watt O Quizz entre ce lundi 24 août et le 25 octobre prochain via son site Internet www.tep.pf . Le public est invité à répondre à un questionnaire –dont les réponses se trouvent sur le site- et à remplir un bulletin de participation en indiquant son numéro d'abonné EDT (seuls les particuliers peuvent jouer). 30 gagnants seront tirés au sort : le premier lot correspond à un an d'électricité gratuite (dans la limite de 15 000 Fcfp/mois), la TEP remboursera les factures du gagnant. Les 29 autres lots comprennent des bilans de consommation personnalisés de son habitation ou des consommètres.

Rédigé par Mireille Loubet le Vendredi 21 Août 2015 à 17:08 | Lu 5221 fois



Notez


Commentaires

1.Posté par Hirinake le 22/08/2015 18:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

EDT pouvait facilement faire du transport d'electricite, mais non c'est trop complique on a cree fictivement la TEP pour etre une pompe a finances des recales de la politique locale, apres les Alban ELLACOTT etc....qui on voit comme PDG le Bruno MARTY qui cumule ses fonctions avec celles de directeur du laboratoire des TP.....Edouard Fritch on va ou la ? On a pas de jeunes diplomes qui peuvent etre recrutes ?
Arretez vos discours sur l'emploi des jeunes polynesiens, que du blabla, vous avez vire un diplome polynesien ancien directeur de la TEP pour mettre quelqu'un de Metropole, c'est pas du racisme c'est de la constatation car y en a marre des beaux discours...

2.Posté par Masque VENGEUR le 23/08/2015 09:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Guy Stalens se tire une balle dans le pieds tout seul, le pauvre. On a viré un polynésien, pour mettre un expatrié, qui pense calquer le modèle français à celui de la Polynesie. Il n'a rien compris ce bonhomme.
Si la TEP ne s'est pas développé, ce n'est pas la faute de EDT mais bien celle des politique, et du gouvernement TEMARU qui a baissé la taxe TEP sur décision unilatérale à 1,95 Fkwh. Du coup, la TEP n'a pas eu les moyens pour investir.
Pour revenir au énergies renouvelables, selon Guy stalens, ce serait le rôle de la TEP que de faire le mixe énergétique. On ne peut pas être jugé et parti. Il faut que ce soit une entité indépendante qui soit à la tête de tout ça, un véritable régulateur qui vienne contrôler, et qui fasse son boulot et aller contrôler EDT, la TEP et les autres producteurs, comme Teva Sulvain, qui fait n'importe quoi.

3.Posté par Torix le 24/08/2015 07:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SVP, évitez de confier de nouvelles missions à des SEM. Avec des mentalités de fonctionnaires et des objectifs politiques (donc fluctuants!), elles n'ont rien montré de bon depuis des années. On en peut même pas dire qu'elles assurent mieux l'intérêt général que les sociétés privées (cf. tous les rapports de la cour des comptes sur les gaspillages insondables...) Bon OK, pardon, y a ATN qui a sorti son épingle du jeu les deux dernières années, mais elle a encore beaucoup de pertes à rattraper!

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Juillet 2015 - 16:55 On a testé pour vous : le passage à la fibre

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki