Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Les chiens auraient été domestiqués deux fois, en Europe et en Asie



Washington, ETATS-UNIS | AFP | jeudi 02/06/2016 - Les chiens paraissent avoir été domestiqués deux fois indépendamment à partir de meutes de loups en Europe et en Asie, révèle jeudi une étude internationale basée sur des indices archéologiques et génétiques qui éclaircit le mystère des origines controversées du meilleur ami de l'homme.

Deux différentes hypothèses étaient avancées jusqu'alors.

Pour l'une, les humains ont domestiqué les chiens pour la première fois en Europe il y a plus de 15.000 ans. D'autres chercheurs ont situé cette domestication en Asie de l'est il y a au moins 12.500 ans.

Cette nouvelle étude publiée dans la revue américaine Science suggère que ces hypothèses pourraient en fait toutes être exactes.

"Les indications de l'ADN ancien sur lequel nous avons travaillé, combinées aux données archéologiques témoignant de la présence des premiers chiens, laissent penser que nous devons réviser le nombre de fois où les chiens ont été domestiqués séparément", explique Greger Larson, directeur du département de paléogénomique et de bio-archéologie à l'Université d'Oxford au Royaume-Uni, qui a dirigé ces travaux.

"Peut-être que la raison pour laquelle il n'y a avait pas de consensus sur l'origine de la domestication des chiens parmi les scientifiques, c'est que tout le monde avait un peu raison", ajoute-t-il.

Des chercheurs du Trinity College à Dublin ont pu reconstituer l'histoire de l'évolution canine en séquençant pour la première fois le génome d'un chien de 4.800 ans dont un ossement contenait de l'ADN bien préservé.

Cet os a été mis au jour sur le site néolithique de Newgrange en Irlande, contemporain de Stonehenge en Angleterre.

Une autre équipe de chercheurs, dont des Français travaillant au Musée d'Histoire naturelle de Paris, a obtenu de l'ADN mitochondriale, transmis par la mère, de 59 chiens anciens qui ont vécu dans une période allant d'il y a 14.000 à 3.000 ans.

Ils ont ensuite comparé ces traits génétiques avec ceux de plus de 2.500 chiens modernes de partout dans le monde, qui avaient déjà fait l'objet d'une étude.

- Indices pour les chats et les porcs -
Enfin, des analyses archéologiques montrent que les tous premiers chiens sont apparus en Europe comme en Asie il y a plus de 12.000 ans, mais 4.000 ans plus tard en Asie centrale.

Toutes ces données suggèrent que les chiens ont été domestiqués pour la première fois parmi des loups de part et d'autre de l'Eurasie.

Les chiens originaires d'Asie seraient ensuite venus en Europe au 5e et 4e millénaires avant notre ère avec les migrations humaines. Ils se sont mélangés avec les anciens chiens européens et les ont remplacés.

La plupart des chiens aujourd'hui sont un mélange de leurs ancêtres asiatiques et européens, ce qui explique les difficultés rencontrées jusqu'alors par les scientifiques pour interpréter les données génétiques.

Ce même projet international de recherche continue à analyser les données génétiques et archéologiques portant sur des milliers de chiens anciens et de loups pour tester cette nouvelle perspective de deux domestications canines. L'objectif est de dater et de localiser les origines du plus ancien chien.

La possibilité d'une double origine des chiens est intrigante car d'autres recherches suggèrent aussi de multiples domestications pour les chats et les porcs, observe John Novembre, un généticien à l'Université de Chicago (Illinois) qui n'a pas collaboré à l'étude.

On peut se demander si cela indiquerait que les animaux seraient plus domesticables qu'on ne le pense, ajoute-t-il.

"Si la domestication du chien s'est produite à un seul endroit, on peut en déduire que c'était probablement un processus très difficile, mais si c'est arrivé deux fois, cela pourrait indiquer que ce n'est pas aussi compliqué", relève Peter Savolainen, un généticien à l'Institut Royal de Technologie à Stockholm, un des principaux défenseur de l'hypothèse de l'origine asiatique du chien.

js/faa

Rédigé par () le Vendredi 3 Juin 2016 à 07:01 | Lu 279 fois





Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies