Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le renforcement du droit des journalistes bientôt débattu à l'assemblée



PAPEETE, le 12 avril 2017 - Mercredi, Jean-Christophe Bouissou, porte-parole du gouvernement, a certifié que le projet de loi visant à modifier le code du travail, notamment pour le renforcement du droit des journalistes polynésiens serait débattu à l'assemblé lors de la prochaine séance plénière.

Pour la deuxième fois en quatre mois, le conseil des ministres a approuvé le même projet de loi du Pays visant à compléter le Code du travail applicable localement et qui comprend notamment le renforcement du droit des journalistes polynésiens.

Le 21 décembre dernier, le conseil des ministres avait déjà fait fi de l'avis défavorable du CESC en indiquant qu'il soumettait l’aménagement qui concerne la protection des journalistes polynésiens sans modification pour adoption par l'assemblée. "Nous avons décidé au nom du gouvernement de transférer ce texte qui permet d'apporter une plus grande protection des journalistes dans notre pays au regard de leur indépendance d'opinion et de pensée. C'est vrai qui c'est un sujet qui a fait l'objet de grandes discussions voire même d'un peu de polémique", a indiqué Jean-Christophe Bouissou, le porte-parole du gouvernement à l'issu du conseil des ministres. "Le gouvernement prend ses responsabilités et vient de transmettre donc à l'assemblée à la commission ad hoc l'étude de ce dossier et le débat se tiendra en séance plénière."

Comme nous l'indiquions en décembre 2016, cet aménagement vise à renforcer l'indépendance professionnelle des journalistes et à garantir les principes constitutionnels de pluralisme de l’information et de libre communication des pensées et des opinions. Cette partie spécifique du projet de loi du Pays introduit dans la réglementation locale des mesures renforçant les droits du journaliste en cas de rupture de son contrat de travail. Concrètement, il s’agit de la capacité de refuser un ordre de l'employeur lorsque celui-ci apparaît contraire à la déontologie (une clause de conscience) ou de refuser la nouvelle orientation éditoriale d’un média lorsque celui-ci change de propriétaire (une clause de cession). Dans les deux cas, si un licenciement devait intervenir, un régime indemnitaire sévère est prévu au bénéfice de l'employé, alors que la seule issue laissée aujourd'hui encore au journaliste réfractaire est la démission.

Ainsi, le porte-parole du gouvernement déclare "nous n'allons pas plus loin que ce qu'il se fait dans d'autres pays, comme les États-Unis ou l'Australie ou en Europe, la France. Il n'y a aucune raison, alors que nous sommes en République, ici en Polynésie, que nous ayons une situation disparate avec des journalistes de deuxième catégorie."

Selon les déclarations de Jean-Christophe Bouissou, le texte devrait être rapidement débattu à l'assemblée lors de la prochaine session plénière.

La version tahitienne de Moana à To'ata et Paofai

Mercredi, le ministre de la Culture a présenté en Conseil des ministres une communication relative à la prochaine projection du film « Moana » des studios Disney en langue tahitienne. La version Tahitienne du dessin animé sera projetée le samedi 29 avril, à 19h30 place To’ata mais également dans les jardins de Paofai.
La projection sera gratuite afin de permettre au plus grand nombre de participer à cet évènement. Jean-Christophe Bouissou a annoncé qu'à cette occasion une délégation de "huit représentants des Studio Disney, conduite par John Lasseter, Directeur artistique de Walt Disney Animation Studios. Elle sera composée des personnes ayant œuvré directement à la réalisation de ce projet."
Par ailleurs, Disney offre 1 000 DVD du film « Moana » en version tahitienne. Les DVD seront principalement auprès des écoles, ainsi qu’auprès des services et établissements de la Polynésie française.

Quotas d’importation de poules pondeuses pour 2017

Les membres de la commission avicole, lors de la séance tenue le 24 fevrier dernier, ont pris connaissance de la situation de la filière sur présentation du rapport technique du Service du développement rural (SDR).

Ainsi, le SDR a recensé, au premier trimestre 2017, un effectif de 223 558 poules pondeuses, dont 82% de ce total concentré aux îles du Vent. Le cheptel est en hausse de 3% par rapport à 2015 (effectif : 216 347 poules pondeuses).

Après examen des propositions de la commission avicole, le Conseil des ministres a décidé d’ouvrir un quota d’importation de 284 645 poussins de race de poule pondeuse pour l’année 2017 au profit des aviculteurs de la Polynésie française. Une marge supplémentaire, soit 18 395 poussins, est mise en place pour répondre favorablement aux nouveaux élevages ou extensions autorisés par le SDR et la Direction générale des affaires économiques, en cours d’année.

Le Conseil des ministre valide un agrément pour un nouvel opérateur de logement social

Mercredi, le conseil des ministres a agréé la SAS oceanienne de financement de l'immobilier, un nouvel opérateur de logements social.

"Nous avons agréé ce matin un nouvel opérateur de logements social, la commission qui s'est tenue propose d'agréer la SAS oceanienne de financement de l'immobilier qui est une filiale de la SOCREDO qui va se lancer dans la construction de logement de type intermédiaire, avec toute la partie de soutien du pays mais aussi en correlation avec la défiscalisation métropolitaine", a indiqué le porte-parole du gouvernement et ministre du logement Jean-Christophe Bouissou mercredi.
La SAS Océanienne de financement de l'immobilier a été créée en décembre 2016 et elle a pour objet : "la construction de tous biens de toutes destinations, leur location, leur gestion, leur vente, en totalité ou par lots, à terme, en état futur d’achèvement ou après achèvement, desdits biens, au titre d’opérations relevant de tous secteurs et notamment de celui du logement social ou très social, du logement à loyer modéré ou intermédiaire."
A ce jour, la société indique avoir identifié 4 parcelles de terre situées à Papeete, qui permettraient de réaliser deux projets 25 logement, un projet de 45 et un dernier de 60. "La commission consultative des organismes privés de logement social, réunie le 14 mars dernier, a rendu un avis favorable à cette demande d’agrément", indique le communiqué de presse de la présidence. Le capital de cette nouvelle filiale de la Socredo s'élève à un montant de 5 000 000 Fcfp

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mercredi 12 Avril 2017 à 17:56 | Lu 1342 fois






1.Posté par Jean pierre Beaulieu le 13/04/2017 07:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je suis entièrement pour l'indépendance des journalistes et totalement contre les journalistes utilisés comme force de persuasion pour des partis politiques, leur déontologie voudrait que seul des vérités contrôlées soient l'objet d'articles, hors nous voyons bien qu'il s'agit souvent de nouvelles orientées selon la sensibilité du journal.
nous en avons des exemples frappant durant cette campagne présidentielle.

2.Posté par Lebo RORO le 13/04/2017 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lebororo
Qui vit encore proprement avec des bons principes ?
Notre monde entier sur terre dégénère.

3.Posté par Parau mau le 13/04/2017 14:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tano roa ta 'oe parau, Tu as totalement raisons, il doivent prendre les journalistes pour couvrir leur conneries mais pas possibles, les articles doit être divulgués comme il se doit, selon les normes d'un vrai journalistes. Comme ça, la polynésie ne sera plus malmener par des mensonges.

4.Posté par REY Ethode le 18/04/2017 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un conflit entre la liberté d'expression et la subordination
Chacun a toute la liberté de s'exprimer;
mais peut-être pas non plus sous le couvert obligé et non consenti de son employeur impliqué
C'est à chacun d'assumer ses responsabilités

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance