Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le ras-le-bol des patrons du Medef



"Si l'heure était à la consultation de tous les partenaires sociaux courant 2015, réunions auxquelles certains syndicats salariés n'ont délibérément pas voulu s'associer, il est profondément regrettable de constater que désormais seuls sont écoutés, ceux qui n'ont pas contribué jusque là aux réflexions et travaux sur la PSG II", regrette Olivier Kressmann.
"Si l'heure était à la consultation de tous les partenaires sociaux courant 2015, réunions auxquelles certains syndicats salariés n'ont délibérément pas voulu s'associer, il est profondément regrettable de constater que désormais seuls sont écoutés, ceux qui n'ont pas contribué jusque là aux réflexions et travaux sur la PSG II", regrette Olivier Kressmann.
PAPEETE, le 6 juin 2016. Le redressement sur les avantages en nature, l'absence de dialogue pour la réforme de la protection sociale généralisée et la présence de Cyril Le Gayic lors des négociations ont provoqué le ras-le-bol des patrons. Le Medef a donc décidé de suspendre sa participation aux réunions de travail sociales, économiques et fiscales "jusqu'à nouvel ordre". Explications.

Le Medef a décidé de suspendre sa participation aux réunions de travail économiques, sociales et fiscales "en cours et à venir jusqu'à nouvel ordre", annonce Olivier Kressmann, président du Medef. La décision a été prise en conseil d'administration le 26 mai. "A un moment, il faut dire qu'on n'est pas d'accord". Le "mécontentement des dirigeants du Medef" porte sur trois points.

1. Les avantages en nature
A la fin du mois de mai, le Conseil d’État a rejeté les recours portés par le Medef contre certaines dispositions de la loi du Pays de 2015 sur l’exonération des avantages en nature de leurs salariés. Les patrons dénonçaient principalement les conditions restrictives d’exonération des complémentaires retraite et le principe de l’apurement de la dette fiscale sur les avantages en nature pour les établissements scolaires privés. Résultat : les entreprises devront payer leurs parts de cotisations pour ces avantages en nature sur la période 2010-2012, ce qui était déjà réclamé par la CPS. Mais les patrons ont aussi constaté que depuis cette décision du Conseil d'Etat, la Caisse demandait aussi un paiement de ces cotisations pour les années de 2013 à 2015.

Parmi les avantages en nature qui sont soumis à cotisations, on trouve "les arbres de Noël, les cadeaux de Noël, les retraites complémentaires, les mutuelles santé, la participation au ticket de cantine, les repas de fin d'année…", énumère Olivier Kressmann. Des avantages qui concernent les comités d'entreprise (CE) mais aussi les salariés directement, qui vont se retrouver à devoir mettre la main à la poche : "Les entreprises vont commencer à se retourner contre les CE", souligne Olivier Kressmann. "Les entreprises ne vont pas supporter toutes seules ces cotisations. On nous demande de faire des efforts pour le plan de relance économique et de l'autre côté, on nous réclame cet argent". "Tous les salariés seront touchés, ce ne sont pas uniquement les cadres aux dépenses somptuaires qui vont être impactés", met en garde Thierry Mosser, du Medef. Pour le Medef, ce redressement est "déloyal". "On cherche à faire rentrer de l'argent à la CPS", regrette Olivier Kressmann. Au total, selon le Medef, avec ces redressements, la Caisse compterait récolter 2,8 milliards de Fcfp dans ses caisses.


2. La Protection sociale généralisée
Début mai, l'intersyndicale CSTP-FO, CSIP, Otahi et O oe to oe rima avait déposé un préavis de grève générale. Celle-ci avait finalement été évitée par la signature d'un protocole d'accord et prévoyait la mise en place d'un comité de pilotage pour la Protections sociale généralisée II. Mais le Medef assure n'être plus entendu depuis dans ce dossier. "Nous y avons travaillé énormément pendant quatre mois l'an dernier à raison d'une réunion par semaine. Certains syndicats n'y participaient pas. On a l'impression que ceux qui ont travaillé l'an dernier ne sont plus écoutés et que le gouvernement travaille dorénavant principalement avec l'intersyndicale", dénonce Olivier Kressmann. "La CGPME, le Medef et A Ti'a i Mua ne sont plus dans la discussion."
Le Medef rappelle pourtant "l'urgence à finaliser les travaux de la PSG II et cela dès fin 2016, pour une application dès 2017 pour la maladie et de fait dès 2018 pour la retraite."

3. La présence de Cyril Le Gayic
Cyril Le Gayic a été condamné définitivement en juillet 2014 à trois mois d'emprisonnement avec sursis, trois ans d'interdiction des droits civils, civiques et de familles pour recel de détournement de fonds publics dans le cadre de l'affaire des emplois fictifs. Depuis Cyril Le Gayic n'est plus secrétaire général de la CSIP mais occupe la fonction de directeur général des services.
Le Medef a envoyé un courrier le 12 mai dernier à Tea Frogier, ministre du Travail, "demandant à ce qu'il soit signifié au syndicat CSIP que Cyril Le Gayic ne peut représenter la CSIP ni se voir déléguer les pouvoirs de représentation du syndicat par le secrétaire général". Il s'appuie notamment sur l'article LP 2211-5 du Code du travail de la Polynésie française qui précise que “Les membres de tout syndicat professionnel chargés de l’administration ou de la direction de ce syndicat doivent jouir de leurs droits civiques et n’être l’objet d’aucune interdiction, déchéance ou incapacité relative à leurs droits civiques.”
"Le Medef Polynésie est dans la plus totale incompréhension quant à l'acceptation du gouvernement de la présidence de M. Cyril Le Gayic à la table des négociations du préavis de grève générale, qui plus est en présence de Mme le ministre au fait de la situation de l'intéressé et plus incompréhensible encore en présence du directeur du travail, garant du respect de bonne application du code du travail polynésien".
Une réunion est prévue ce mercredi entre le Medef et le président du Pays pour aborder ces points de mécontentement.

Rédigé par Mélanie Thomas le Lundi 6 Juin 2016 à 12:42 | Lu 5991 fois

Tags : ECONOMIE






1.Posté par yenamarre! le 06/06/2016 15:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pitoyable ce gouvernement qui n'en a rien a faire du patronat et de ses employés !
Devoir passer à la caisse pour tout ces avantages en nature !
Question ! Qu'en est-il pour le territoire qui sera quand même concerné avec ses maisons, voiture de fonction, voyage par ci et par la, ........et encore la liste est longue !

Allez vous également passer à la caisse ?

2.Posté par TuladiBouffi le 06/06/2016 16:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il n'y a aucune sécurité juridique dans ce pays, c'est la réalité. La CPS est dirigé depuis des décennies par une bande d'opportunistes qui ne pensent pas à l'avenir, une bande de voyous qui pratiquent le racket en toute impunité et à présent avec la bénédiction du Conseil d'Etat ( la force injuste de la loi comme disait Mitterand ). Les syndicats ici comme en France sont un cancer qui métastase dans tous les secteurs d'activité, la CPS refuse les traitements et le coma est proche avec un cotisant pour un retraité. A force de taper sur les entrepreneurs les conséquences vont être de plus en plus dommageable pour le redressement espéré. Quant aux investisseurs chinois il serait bon d'arrêter les fantasmes. Tristes tropiques !!!

3.Posté par Pierre le 06/06/2016 16:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ras-le-bol des patrons qui se plaignent tout le temps !

4.Posté par lolo98719 le 06/06/2016 16:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Gayic est un truand destitué de ses droits civiques, de ce fait il ne peut être la figure de proue d'un syndicat qui de plus ne s’intéresse qu'à gripper les rouages d'une négociation déjà laborieuse. Qui doit faire appliquer ce jugement, il est temps messieurs les procureurs de leur ruer dans les brancards. Souvenez vous, l'état de droit.

5.Posté par Pavlova le 06/06/2016 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et un directeur d'etablissement du cote de la presqu'ile recemment nomme....et qui fait embaucher sa femme a la Presidence pour courtiser les adherents du Tapura: c'est pas aussi considere comme des "avantages en nature" !!!
En tous les cas ca y ressemble bien. Alors il fait quoi le directeur de la CPS ?

6.Posté par Jo le 06/06/2016 19:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les patrons ont raison de raler contre ces cotisations mais ils devraient pas raler contre legayic. Et alors sil est là ? Vous avez peur qu'il vous empeche de faire n'importe quoi

7.Posté par Piripirifaufau le 07/06/2016 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les avantages en nature de la CPS? il en est question aussi? Oups, non bien sûr, le repris de justice Legayic est là pour veiller au grain...

8.Posté par showtime le 07/06/2016 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et oui... les erreurs passées de nos dirigeants ont des répercussions et se font sentir maintenant. A l'heure où il valait mieux investir et faire fructifier le patrimoine polynésien, nos politiques ont préférés se rincer la gueule et tout garder pour eux. L'époque FASTE.

9.Posté par gaston le 07/06/2016 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour les gens qui ce plaignent tous le temps des patrons avec leur amis syndicaliste .Qu'ils ce mettent a leur compte
ils n'auront plus de problèmes.

10.Posté par Mathius le 07/06/2016 10:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut que le conseillé spécial Broterson conseille à Oscar Temaru de dénoncer tout cela a l'onu, 😜😋😂

11.Posté par Ha''''a titi eihoro le 07/06/2016 10:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jo, tu cautionnes le recel de détournement de fonds publics, c'est à dire notre argent ?

12.Posté par CHAT le 07/06/2016 11:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec le poste 1 et nos politiciens, ils ne cotisent même pas dans la caisse de la CPS, on n'en parle pas.

13.Posté par LEPETANT le 07/06/2016 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

He Ho ! Les patrons ! Si vous acceptez la présence de Flosse à l'Assemblée Territoriale, vous devrez accepter la présence de Le Gayc.

14.Posté par Ori le 07/06/2016 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Pierre et Jo. Attendez...c'est moi ou vous soutenez Cyril Le Gayic ? Il a lancé des mouvements de grèves grâce aux employés pour faire pression et ensuite il a touché des pots de vins pour faire cesser ces grèves. Ca a été prouvé et il a été CONDAMNE et vous continuez à le suivre comme des petits moutons ! A un moment donné faut utiliser son cerveau quoi !
Ces gens se SERVENT des gens pas très futés pour gagner en pouvoir, juste pour se faire placer à des points stratégiques et gagner un tas de fric. Vous avez pas compris ou quoi ?? Et vous continuez à les suivre...incroyable !

15.Posté par ariitaia le 07/06/2016 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nos patrons ont des coui.....
Ne nous laissons pas entraîner sur le m^me chemin que la France qui se fait mener par le bout du nez par une poignée de syndicalistes. Qui plus est lorsqu'ils sont sous le coup d'une peine d'inéligibilité !

16.Posté par Ha''''''''''''''''a titi eihoro le 07/06/2016 15:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mauruuru ORI et ce n'est pas la 1ère fois qu'il touche des pots de vin malheureusement

17.Posté par Popoti le 08/06/2016 05:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Piripirifaufau,
Les gros salaires et avantages divers et cotisations des employés CPS sont payés par, principalement des smicards.
Les taxer reviendrait à puiser encore plus dans nos cotisations (pas les leurs).
La CPS ronronne doucement au lieu de faire la chasse au travail au noir...... pourtant ce dernier est bien affiché et florissant dans les îles.
A la CPS, les contrôleurs seraient ils aveugles ou compatissants ?????

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance