Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le projet Cigéo d'enfouissement de déchets nucléaires



Bure, France | AFP | samedi 23/07/2016 - Voici les principaux points du projet de centre industriel de stockage géologique (Cigéo) envisagé par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) à Bure, aux confins de la Meuse et de la Haute-Marne :

Les origines du projet

Après le vote en 1991 de la Loi Bataille, qui définit un calendrier pour gérer à long terme les déchets radioactifs, plusieurs options et sites sont étudiées - dans la Vienne, le Gard, et en Meuse et Haute-Marne. Dès 1998, c'est le site Meuse-Haute-Marne qui est choisi pour l'implantation d'un laboratoire souterrain, dont la construction commence deux ans après.

En 2006, la loi retient définitivement la solution du stockage réversible en couche géologique profonde comme solution, et donne un calendrier indicatif.

Quels déchets sont concernés ?

Cigéo se prépare à accueillir 80.000 m3 de déchets: 10.000 m3 de déchets hautement radioactifs, dits de haute activité (HA) et 70.000 de déchets de moyenne activité à vie longue (MA-VL).

S'ils représentent, selon l'Autorité de sureté du nucléaire (ASN), moins de 10% de la totalité des déchets produits, ils forment plus de 99% de la radioactivité totale, et leur durée de vie avoisine les 100.000 ans.

Ces estimations sont fondées sur une prolongation de 10 ans de la durée de vie des centrales nucléaires françaises et prennent en compte l'EPR de Flamanville ainsi que l'ITER.

Pour l'instant, les déchets déjà produits sont stockés sur le site d'Areva à La Hague.

Comment seront stockés les déchets ?

Les déchets seront vitrifiés, afin d'enfermer la matière radioactive dans du verre, puis insérés dans de gros cylindres métalliques à La Hague, où ils devront passer 40 à 50 ans afin de refroidir suffisamment pour être entreposés en sous-sol.

Ils seront ensuite transportés en train jusqu'à Bure, où ils passeront par une "descenderie", un tunnel en pente à 12%, sur 5 km, qui les mènera 490 m sous terre. Là, chaque "colis", de 500 à 600 kg pièce, sera entreposé dans des tunnels.

Les prochaines étapes

2018: l'Andra dépose la demande d'autorisation de création du centre de stockage.

2021: si le décret d'autorisation est publié, début des travaux de construction.

2025: démarrage de l'installation par une phase pilote, avec des colis factices, pendant environ deux ans.

2030/2035: arrivée des premiers déchets radioactifs, après un nécessaire feu vert du Parlement.

2130/2140: le centre de stockage peut être scellé, une fois la période de réversibilité de 100 ans écoulée.

cbo/jlc/phc

Rédigé par AFP le Samedi 23 Juillet 2016 à 08:47 | Lu 776 fois







1.Posté par tenauru le 24/07/2016 23:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dieu sait où nous serons dans 100.000 ans. De la manière dont on s'y prend aujourd'hui,, il y aura longtemps que la terre aura explosé !!!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies