Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le chirurgien plasticien violent hospitalisé en psychiatrie



Le chirurgien plasticien violent hospitalisé en psychiatrie
PAPEETE, le 15 décembre 2016 - Impliqué dans une bagarre au poing avec un anesthésiste en pleine opération à la clinique Cardella en octobre dernier, le chirurgien plasticien interpellé lundi dernier par les policiers de la DSP et réputé "accro" aux médicaments a été placé mercredi soir à l'unité Tokani de l'hôpital psychiatrique à Pirae.

La décision a été prise sur avis médical et en concertation avec l'intéressé, hier soir à la DSP, où le chirurgien devait être enfin entendu sous le régime de la garde à vue pour s'expliquer sur la violente bagarre l'ayant opposé à un anesthésiste, en plein bloc opératoire, en octobre dernier à la clinique Cardella. Interpellé à l'époque par les policiers appelés en renfort pour ramener le calme dans la clinique, le plasticien n'avait pas pu être interrogé pour raisons médicales, son état de santé ayant déjà été jugé incompatible avec la garde à vue.

Lundi dernier, comme le révélait Tahiti Infos, les enquêteurs de la DSP étaient à nouveau allés chercher le médecin en bas de son cabinet en ville, accompagné d'un magistrat et d'un membre du conseil de l'ordre des médecins. L'homme de 37 ans avait été contraint d'accompagner les policiers, épaulés du chien spécialisé dans la recherche de produits stupéfiants, jusqu'à la clinique Paofai où il disposait d'un casier qui a été perquisitionné.

Aucun produit illicite n'avait été trouvé mais le médecin, présenté comme "accro" aux médicaments, avait du suivre les policiers jusqu'au poste pour être finalement laissé libre dans la journée, là-encore pour raisons médicales. A nouveau convoqué par deux fois mardi, le plasticien a refusé de se présenter provoquant une troisième interpellation, mercredi matin. Hier soir, les médecins sollicités pour l'examiner et constatant son état de santé mentale se sont finalement prononcés en faveur d'une hospitalisation à l'unité Tokani de l'hôpital psychiatrique, à Pirae. Deux plaintes ont par ailleurs été déposées à son encontre et contre l'anesthésiste par le conseil de l'ordre des médecins. Il n'a toujours pas pu être auditionné sur les faits et répondre aux plaintes déposées contre lui.


Droit de réponse : "Cet événement ne concerne en rien la Clinique Paofai"

Dans un droit de réponse adressé à la rédaction, la commission médicale d'établissement de la Polyclinique Paofai souhaite "réagir et apporter un démenti catégorique" à notre article relatant l'interpellation du chirurgien lundi dernier. :


"Cet événement ne concerne en rien la Clinique Paofai. Un conflit entre deux praticiens est survenu le mercredi 27 octobre 2016 au bloc opératoire de la Clinique Cardella. A l'époque, la garde à vue du chirurgien n'a pu être menée à terme pour des raisons de santé. Les bruits concernant une éventuelle addiction à un quelconque médicament n'ont jamais été confirmés par la justice. La DSP dans le cadre de son enquête, a interpellé le chirurgien puis s'est présentée à la clinique Paofai, tout comme elle l'avait fait à la Clinique Cardella, pour perquisitionner le casier du chirurgien dans le vestiaire du bloc opératoire. L'accroche utilisée, ainsi que la photo de la Clinique Paofai illustrant l'article sont de natures à amener une confusion dans l'esprit du public et n'ont pour d'autres conséquences que de jeter le discrédit, une fois de plus, sur une clinique qui fait tous les efforts nécessaires pour apporter le maximum de sécurité et de confort à ses patients".


Rédigé par La rédaction le Jeudi 15 Décembre 2016 à 13:07 | Lu 9007 fois

Tags : FAITS DIVERS






1.Posté par marin le 15/12/2016 14:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

PITOYABLE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! parlez de VRAIS SUJETS GRAVES BON DIEU !!!!

2.Posté par ponui le 15/12/2016 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

.....Dr House ???

3.Posté par zozo le 15/12/2016 22:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ marin. un pilote se bat en plein vol avec son copilote parce que celui ci refuse de lui donner un medicament ,il ne peut et ne veut pas être placé en garde à vue ni entendu par la DSP en raison de son etat de santé et demande à être interné en psychiatrie ? Pour toi se serait pas grave ? Et bien pour moi ce serait très grave.Il y a mise en danger des passagers. Eh bien pour ce chirurgien c'est tout aussi grave . Quand on se fait operer on doit être certain que le chirurgien est en pleine possession de ses moyens , qu'il ne se dopera pas et ne se battra pas. RADIO a eu le courage de publier son nom et de faire front à l'omerta qui règne quand on parle des médecins. Nous devons savoir ce qui s'est passé

4.Posté par dole le 16/12/2016 07:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans votre titre, vous insinuez explicitement que le plasticien est violent, hors, il me semble qu'il a subit des violences et qu'il a eu le nez et la main fracturés suite au débordement de l'anesthésiste: ce sont des faits avérés. Vous ne mentionnez pas non plus sa version qui serait qu'il voulait des calmants pour sa patiente qui avait mal au moment des faits. On fait donc de ce monsieur un agresseur alors que peut être il a été agressé, on fait de lui un toxicomane alors que peut être c'est juste un médecin consciencieux qui voulait soigner correctement sa patiente, et peut être qu'il a été traumatisé par la violence de son confrère et qu'aujourd'hui, cloué au pilori par les journaux et les dénonciations à la DSP qui pour l'instant ne prouvent absolument rien, il a besoin de repos, mais bien sûr, on va dire qu'il est fou: bravo la presse pour votre travail d'investigation.

5.Posté par lola le 17/12/2016 12:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@dole que d''information ou de désinformation ! j'espere que vous êtes allé à la DSP.Vous deviez être témoin pour pouvoir donner ces détails. plaie au nez, fracture de la main ! une question;avec de telle blessure et un tel choc comment se fait il que ce chirurgien opérait à PAOFAI ! Si c'est cette agression qui l'empêchait d'aller à la DSP , comment trouvait il la force d'aller operer? il devait prendre des médicaments anti douleur ! Votre soutien est accablant pour lui car il montre qu'il n'aurait jamais du continuer à opérer vu ses blessures et son etat et qu'il n'avait aucune raison de ne pas aller se dédouaner à la DSP. Que je sache l'anesthesiste n'a pas été interné et c'est rendu au convocation de la DSP.

6.Posté par zozo le 17/12/2016 13:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@DOLE vous devriez conseiller aux médecins de PAOFAI de faire un article dans la presse pour dénoncer son traitement par la presse que vous estimez ignominieux Vous devez donner les détails de ce qui s'est réellement passé dans le bloc puisque vous les connaissez. C'est le silence de la communauté médical et l'opacité imposée par le conseil de l'ordre qui doit peser le plus sur ce chir. Ceux qui ont travaillé après a bagarre avec lui doivent témoigner et le soutenir. Du coup ce chir est bien seul .Mais rassure toi le conseil de l'ordre va sanctionner les deux pour avoir attirer l'attention et mis la lumiere sur ce qui peut se passer dans les blocs. ça doit rester secret. Les clients doivent pas savoir

7.Posté par zozo le 17/12/2016 13:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@DOLE deux questions si ça avait été deux infirmieres qui s' étaient battues dans le bloc avec la patiente sur la table ou une infirmiere avec l'anesthésistes ou le chir et qu'elle est refusée d'aller à la DSP . d'apres vous qu'est ce qui se serait passé pour l'infirmière ? Que dirait la communauté médicale ?
Merci au journaliste de continuer à nous informer sur les suites .J' ai peur que le lobby médical finisse par étouffer l'affaire Il faut bien se faire soigner , comme il faut bien changer ses pneus et payer ses impots, Les pressions vont être fortes. le ministre de la santé avait déjà dit que les médecins faisait sauter un ministre sans problème ! article dans la dépêche!

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance