TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Vendredi 31 Octobre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

La numérisation à l'oeuvre dans le domaine de la santé




La numérisation à l'oeuvre dans le domaine de la santé
LAS VEGAS (Etats-Unis), 10 jan 2013 (AFP) - Obésité, diabète, accidents sportifs ou maladies rares: à grand renfort d'applications, de jeux ou de gadgets, les acteurs du secteur technologique tentent de s'attaquer aux problèmes de santé.

Le salon électronique CES de Las Vegas fourmille d'appareils pour surveiller sa forme, détecter des problèmes médicaux et y apporter des solutions.

Une tendance consiste à s'inspirer des jeux vidéos en donnant des points et des récompenses pour améliorer la santé et réduire les coûts des soins.

L'assureur-santé UnitedHealthcare a ainsi annoncé au CES une initiative conjointe avec un acteur du jeu vidéo, Konami Digital Entertainment, pour réduire l'obésité infantile en lançant des défis aux jeunes pour les faire danser, tout en surveillant leur indice de masse corporelle ou les calories qu'ils brûlent.

L'aspect ludique vise à augmenter l'engagement des jeunes, souligne Ariane Hoyland, qui produit des jeux pour l'assureur. Celui-ci a d'autres programmes utilisant des applications mobiles pour encourager les femmes enceintes à se rendre aux visites médicales prénatales, en leur offrant des bons cadeaux.

"Il s'avère que rendre ludique la santé fonctionne vraiment", juge James McQuivey, analyste du cabinet de recherche Forrester. "Les gens ont besoin de compétition", souligne-t-il, ils "veulent la reconnaissance de leurs pairs, il veulent dépasser les autres."

La société HealthyWage.com organise pour sa part des compétitions de perte de poids pour des groupes, avec 10.000 dollars de récompense à la clé. Elle dit avoir vu l'année passée un bond de la demande venant d'entreprises, de sociétés du secteur de la santé ou encore d'écoles.

Fourchette électronique

D'autres exposants utilisent des applications mobiles pour améliorer les soins.

Le groupe de logiciels allemand SAP montre ainsi au CES une application développée par un de ses salariés pour coordonner les soins entre de multiples spécialistes pour un enfant ayant un problème médical important.

"Ca contourne la question de la protection des données, car c'est contrôlé par un parent", souligne Rishi Diwan, un responsable produit de SAP, qui précise que l'application peut aider les personnes ayant des besoins spécifiques et que le groupe travaille pour la promouvoir avec des associations s'occupant de malades d'Alzheimer ou du cancer du sein.

Pour l'instant, SAP ne cherche pas à en retirer de l'argent, mais "nous réfléchissons à des moyens de travailler sur les dossiers médicaux électroniques", dit encore M. Diwan.

Une série d'exposants du CES montrent des brassards pour les sportifs ou une série d'autres gadgets permettant de surveiller le pouls, la tension, la glycémie ou l'alimentation. L'un d'entre eux a ainsi présenté une fourchette électronique qui aide à maigrir en vibrant si son utilisateur mange trop et trop vite.

Beaucoup de ces appareils utilisent des technologies de transmission sans fil pour transmettre leurs données à un smartphone, un don du ciel pour Bastian Hauck, un navigateur atteint d'un diabète de type 1, venu au CES pour promouvoir l'association Continua Health Alliance, qui soutient l'usage des technologies mobiles dans le domaine de la santé.

M. Hauck explique à l'AFP qu'un patch bluetooth transmet des données à son smartphone, l'aidant à surveiller sa glycémie en temps réel et à déterminer les meilleurs moments pour manger et prendre de l'insuline. Traiter le diabète "est comme un jeu de devinettes", dit-il, et "vous devez le faire 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, il n'y a pas de répit".

Le joueur de football américain Matt Hasselbeck a pour sa part montré au CES une calotte conçue par la société MC10, qui se place sous le casque d'un sportif et mesure l'impact des coups reçus sur la tête, avec l'objectif de mieux repérer les risques de blessures. "Cela n'empêche pas la commotion cérébrale, mais c'est une autre paire d'yeux sur l'athlète", a-t-il commenté.

Rédigé par Par Rob LEVER le Mercredi 9 Janvier 2013 à 16:19 | Lu 316 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Tehei le 10/01/2013 12:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

- "Tehei , à table !
-" Attends, je joue avec mon cancer !

Signaler un abus

Actualité People | Actualité Santé | Environnement | Technologies

Publicité