Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


L'Autorité européenne blanchit provisoirement le Bisphénol A, à contrepied de la France



Bruxelles, Belgique | AFP | mercredi 21/01/2015 - L'exposition au Bisphénol A (BPA) "aux niveaux actuels" "ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs", même si de nombreux doutes restent à lever, a tranché mercredi l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa), mettant la France en porte-à-faux.

L'Efsa oppose ainsi une fin de non-recevoir aux partisans d'une prohibition de cette substance, considérée comme un perturbateur endocrinien et au centre de nombreux soupçons sur son impact sanitaire.

La France a généralisé depuis le 1er janvier l'interdiction à tous les contenants alimentaires de cet antioxydant et plastifiant, déjà banni des biberons européens depuis 2011.

"Je suis très surprise par cet avis, curieusement lancé au moment où l'interdiction est entrée en application (ndr: en France)", a réagi la ministre française de l'Ecologie Ségolène Royal, interrogée par l'AFP.

Cet avis "va à l'encontre d'avis d'autres structures qui, depuis des années" pointent les risques, a-t-elle ajouté, évoquant son intention de le faire examiner, notamment "pour voir si le poids des lobbies n'est pas intervenu dans la publication".

A l'issue d'une "réévaluation complète" lancée en 2012, l'Efsa préconise de diviser par douze le seuil de sécurité pour l'exposition humaine. Mais l'exposition humaine réelle au Bisphénol A, présent notamment dans les tickets de caisse, est "de trois à cinq fois inférieure" à ce nouveau seuil, jugé "sans danger", selon l'Efsa.

Ce nouveau seuil, ou "dose journalière tolérable" (DJT), doit être ramené à 4 microgrammes (mg) par kilo de poids corporel contre 50 mg actuellement, recommande-t-elle.

L'Efsa pointe aussi des "incertitudes sur les effets sanitaires potentiels du BPA sur la glande mammaire ainsi que sur les systèmes reproductif, métabolique, neurocomportemental et immunitaire", et ses effets indésirables possibles à haute dose "pour les reins et le foie".

Ces effets, ainsi qu'une possible incidence sur le développement de cancers, notamment du sein, "sont considérés comme peu probables mais n'ont pas pu être exclus". Le BPA "pourrait aussi avoir des effets sur la glande mammaire chez les animaux".


- Plus de données dans deux à trois ans"



Mais l'Autorité européenne pour la sécurité des aliments (Efsa) assure avoir intégré tous ces doutes dans son évaluation de la "dose journalière tolérable" et prône la patience pour tirer l'affaire au clair.

L'Efsa renvoie notamment aux résultats, attendus "dans deux à trois ans", d'une étude menée dans le cadre du programme national de toxicologie aux États-Unis.

Dans un rapport intermédiaire en janvier 2013, l'Efsa se montrait plus prudente, jugeant que le BPA pouvait être nocif, même s'il présentait un risque sanitaire "faible" au vu des taux réels d'exposition.

Elle a entretemps mené une consultation publique en ligne pour finaliser son avis.

La Commission européenne a indiqué qu'elle allait "évaluer" cet avis en vue de "possibles" mesures additionnelles pour actualiser la réglementation.

L'Association européenne de l'industrie plastique a exprimé sa satisfaction. L'avis de l'Efsa concorde "avec les évaluations d'organes gouvernementaux à travers le monde", a-t-elle jugé dans un communiqué, appelant dans la foulée à une annulation des "restrictions françaises disproportionnées".

D'autres États membres, Danemark, Belgique et Suède, ont aussi imposé des restrictions nationales à l'usage du BPA, au delà des règles européennes.

La Commission a précisé qu'elle "considérera si ces mesures sont appropriées" au vu de l'avis rendu par l'Efsa et si elles respectent les règles européennes sur la libre circulation des marchandises.

La députée européenne française Michèle Rivasi, du groupe des Verts, a pour sa part dénoncé une "expertise caricaturale", qui "inflige un camouflet à l'Anses", le gendarme sanitaire français.

"Pour ne pas défavoriser l'industrie, l'Efsa fait le tri dans les études scientifiques, et n'applique pas le principe de précaution en faveur des citoyens", s'est indignée Mme Rivasi, interrogée par l'AFP.

"Près de 1.000 études montrent la toxicité du Bisphénol A, mais l'Efsa continue de nier l’évidence !", a réagi en France le Réseau Environnement Santé, appelant à une réforme de cette Autorité.

L'Efsa prend acte dans son avis de son désaccord avec son homologue française, attribué à une différence de méthodologie dans la prise en compte des données existantes.

Rédigé par () le Jeudi 22 Janvier 2015 à 05:57 | Lu 225 fois






1.Posté par Kaddour le 22/01/2015 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo pour le lobby des grandes sociètés des plastiques ! Et comment se raccrocher aux décisions des US "dans 2 ou 3 ans" ... Sous-entendu, nos services ne sont pas capables de vérifier la toxicité de ce produit... Wouaff ! Wouaff !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 02:35 A Marseille, les champignons naissent dans le café

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies