TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Jiu Jitsu Brésilien – Historique : Dany Gérard champion du monde en ceinture noire. (MAJ & interview)


Il l’a fait. Après des années de persévérance, Dany Gérard vient de remporter deux médailles d’or lors de l’Asian Open au Japon, le pays d’origine du Jiu Jitsu. Il participait pour la première fois en ceinture noire. Le jour de ses 29 ans, il marque ainsi l’histoire du sport polynésien. Il crée la surprise en s’imposant face à Rodrigo Caporal, un combattant Brésilien connu mondialement.



La première victoire en ceinture noire pour Dany Gérard
La première victoire en ceinture noire pour Dany Gérard
JAPON, le 12 septembre 2015. Depuis le dimanche 6 septembre Dany Gérard était au Japon pour participer à l’Asian Jiu Jitsu IJBBF Championships, une compétition de premier plan du calendrier fédéral international. C’est la première fois que Dany Gérard participait à une compétition internationale en ceinture noire, la plus relevée des catégories.
 
Dany Gérard et les ‘pitts bulls’ de la Tahitian Top Team, comme on les appelle, avaient déjà participé à cette compétition en 2012 et avaient fait une razzia de médailles. Sauf que qu’à ce moment là, Dany Gérard était en ceinture mauve. Il s’était imposé dans sa catégorie des super lourds mais il avait perdu en finale open.
 
Cette fois-ci, en ceinture noire, il s’impose dans sa catégorie ainsi qu’en open, c’est un excellent résultat et l’aboutissement d’un long périple pour notre champion qui gère sa vie professionnelle, sa salle de sport Xtrem Gym et sa vie de famille, puisqu’il est désormais père d’une petite fille.

Dany s'impose dans sa catégorie ainsi qu'en open lors de cette compétition fédérale internationale
Dany s'impose dans sa catégorie ainsi qu'en open lors de cette compétition fédérale internationale
A l’occasion de l’obtention de sa ceinture noire, Dany nous avait expliqué qu’il allait entrer dans une nouvelle dimension, avec un niveau et une concurrence beaucoup plus difficile. Faire de bons résultats, obtenir des médailles avec cette ceinture dans des compétitions importantes allait lui permettre de se faire inviter ensuite pour des tournois prestigieux avec finalement des possibilités de gains financiers.
 
Cerise sur le gâteau : Dany Gérard, qui rappelons-le est né à Wissemburg en Alsace mais a grandi à Faa’a, a eu 29 ans le 12 septembre. Cet ambassadeur d’Air Tahiti Nui s’est offert à lui même un double cadeau en or faisant par la même occasion honneur au sport polynésien.
 
Il s’impose en open face à Rodrigo Caporal, un combattant Brésilien adepte du MMA de 32 ans, une pointure de cet art martial qui courait lui aussi après son premier titre de champion du monde de jiu jitsu Brésilien en ceinture noire. Ce titre est désormais dans l’escarcelle de Dany Gérard, un résultat historique pour le sport tahitien.

Une victoire historique pour la sport tahitien
Une victoire historique pour la sport tahitien
Dany Gérard au micro de Tahiti Infos depuis le Japon :
 
Ta préparation a été marquée de difficultés, de blessures ?
 
« C’est clair que cela n’a pas été évident, je m’étais blessé après ma compétition en mars, j’ai eu ma petite qui est arrivée au mois de juin donc j’avais lâché un peu les entraînements. J’avais bien repris au mois de juillet-août pour bien me préparer pour la ‘Asian Open’, je savais que c’était ma première compétition en ‘noire’ donc il fallait être prêt physiquement. »
 
Tu as senti la différence de niveau ?
 
« En marron ou autre couleur, tu tombes contre des gars qui ont un ou deux ans d’expérience, en noire il peuvent en avoir 10, donc forcément tu vois la différence au niveau technique. Je suis tombé contre des gars assez connus ici au Japon. En finale, je tombe sur un brésilien très connu, Rodrigo Caporal. Tout le monde le voyait gagnant, ma victoire a été un peu la surprise de la catégorie open. »
 
Quelques mots sur ton combat contre lui ?
 
« Cela s’est passé mieux que prévu. On le connaît, on sait comment il ‘joue’. J’avais regardé un peu son jeu sur ses autres combats. Les cinq premières minutes, j’ai ‘bloqué le jeu’, j’ai défendu, j’ai observé, j’ai attendu la faille pour pouvoir passer. Dans les cinq dernières minutes, j’ai pris le dessus pour marquer le maximum de points, j’étais à deux doigts de finaliser mais je n’ai pas pu. J’ai gagné aux points. »
 
Qu’as tu ressenti à ce moment là ?
 
« C’est difficile à expliquer car au début tu n’y crois pas. Le dernier qui a gagné ici c’est Calasans, un gars mondialement connu, cela fait bizarre que cette année c’est toi. Je garde malgré tout la tête sur les épaules, ce n’est pas parce que j’ai gagné ici que c’est fini. Tout reste à faire, il faut confirmer, il faut encore s’entraîner. C’est difficile, chaque année il y a tellement de nouveaux gars qui arrivent. »
 
Des articles à l’international parlent déjà de ta victoire ?
 
« Quand tu vois ça, quant tu montes sur le podium, tu penses à nos débuts, à tous les gens qui ont fait partie de l’histoire du jiu jitsu en Polynésie. Je n’oublie pas Tamatoa Parker, entre autres. S’il n’avait pas été là, je n’aurais jamais commencé. »
 
Tu as été très actif dernièrement avec l’ouverture d’un local pas loin de ta salle de gym ?
 
« Oui, j’ai ouvert un premier Açai Bowl, je vais essayer d’en ouvrir plusieurs en Polynésie, apparemment cela plaît bien. Le açai est un fruit bourré d’antioxydants très apprécié des Brésiliens. J’ai voulu le tester chez nous, cela marche bien, les gens aiment bien. Il faut rappeler que le jiu jitsu est un mode de vie, un art de vivre, pas seulement un sport de combat. »
 
Un remerciement ?
 
« En premier lieu je remercie ma femme et ma petite fille. Ce sont elles qui me donnent le moral qui me pousse à m’entraîner, à tout donner. Entre mes combats en open, j’envoyais des messages avec mon smart phone pour lui dire que j’avais besoin de ‘power’, elle m’a répondu avec des photos de ma fille et cela me reboosté avant chaque combat. »
 
« Je remercie également mes frères Taihia, Hoanui, Arii, Akamai Fight Wear, Blast Tahiti Surf Accessories. Thanks à mon professeur Michael Fowler et à toute la Purebred Team. Big Thanks aussi pour Air Tahiti Nui, Aito Sport, Edt, Tahiti Mega Fit, Breakpoint Fc et une pensée spéciale pour mon frère Flavio Torrès. »

Rédigé par SB le Dimanche 13 Septembre 2015 à 13:15 | Lu 2591 fois


Notez

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki