Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Ils croient voir le diable: 11 personnes se défenestrent, un bébé décédé


LA VERRIERE, 23 octobre 2010 (AFP) - Ils ont eu peur du diable alors que ce n'était qu'un père qui se rendait, complètement nu et mal réveillé, au chevet de son enfant qui pleurait: 11 personnes terrorisées, dont des enfants, se sont défenestrées samedi à l'aube d'un appartement des Yvelines, causant la mort d'un bébé.


Ils croient voir le diable: 11 personnes se défenestrent, un bébé décédé
Le bébé décédé est une petite fille de quatre mois, a-t-on appris dans la soirée de source judiciaire.

Ce mystérieux fait divers s'est produit à La Verrière, commune de 6.000 habitants.

Au petit matin, un appel à la police fait état de plusieurs personnes qui auraient sauté par la fenêtre depuis le 2e étage d'un immeuble, ont raconté des enquêteurs et les secours sur place samedi.

Les pompiers prodiguent les premiers soins aux blessés qui se traînent dans les allées de la résidence HLM Orly-Parc.

Parmi elles, ils trouvent un homme d'origine africaine, totalement nu et qui présente une vilaine blessure à la main. Mais les pompiers ne savent pas encore que cet homme serait "le diable en personne".

Selon le procureur adjoint du parquet de Versailles, Odile Faivre, "c'est parce qu'il était nu et qu'il s'est levé durant la nuit pour se porter au chevet de son enfant en pleurs que les choses se sont produites".

Dans l'appartement, 13 personnes "étaient en train de regarder la télévision", a expliqué la magistrate à l'AFP. "L'homme s'est levé pour préparer un biberon quand son épouse aurait hurlé en le voyant: +C'est le diable, c'est le diable+".

"L'homme en question a été sérieusement blessé à la main d'un coup de couteau", qui aurait été porté par la soeur de sa femme, "avant d'être expulsé de l'appartement", a précisé Mme Faivre.

Au moment où ce trentenaire tentait de revenir dans l'appartement, "les autres occupants ont pris la fuite en sautant par la fenêtre, ayant une peur panique du diable", a poursuivi Odile Faivre.

Un homme se serait jeté dans le vide avec une fillette de 2 ans dans les bras. Il est parti se réfugier dans un buisson à deux pâtés de maison pendant plusieurs heures.

Selon une policière, il hurlait: "je devais me défendre, je devais me défendre!". Il a été interpellé, ainsi que "le diable".

"De nombreux points restent à éclaircir", a souligné le procureur adjoint. Les policiers, qui ont fouillé le logement, n'ont pas découvert de substances hallucinogènes. Et selon Mme Faivre "aucune séance de spiritisme n'aurait eu lieu dans l'appartement".

Selon le parquet de Versailles, parmi les personnes blessées, sept ont été transportées aux urgences de plusieurs hôpitaux de la région. Elles souffrent de multiples traumatismes. Deux enfants, la fillette de deux ans et le bébé décédé samedi soir, avaient été hospitalisés à Necker à Paris.

ms/paj/nr/ei

La police évoque une bagarre, des voisins parlent de mysticisme et d'une "scène d'horreur"

Choqués par ce drame, des habitants de la résidence Orly-Parc, théâtre de cet étrange fait divers, ont exprimé dimanche auprès de l'AFP leur effroi, mais aussi tristesse et incompréhension.

Samedi à l'aube, 11 personnes, dont des enfants et un bébé de 4 mois qui décèdera dans la soirée, s'étaient défenestrées du deuxième étage d'un appartement, persuadées d'avoir croisé le diable en la personne d'un père nu et mal réveillé qui s'était levé pour aller au chevet de son enfant, selon le parquet de Versailles.

Interrogé samedi, le procureur adjoint du parquet de Versailles, Odile Faivre, avait déclaré qu'"aucune séance de spiritisme n'aurait eu lieu dans l'appartement", reconnaissant que "de nombreux points restent à éclaircir".

Dimanche, l'enquête semblait s'orienter vers une altercation familiale qui a dégénéré, avec une ou plusieurs personnes armées de couteaux, a confié une source policière. "Ils auraient tenté de descendre par la fenêtre du second étage en s'accrochant le long de la paroi, plutôt que de se jeter dans le vide", a précisé cette source.

Mais pour Manuel Armand, le locataire du premier étage, ses voisins ont traversé samedi un "moment mystique".

Avant la défenestration, "j'ai vu mon voisin complètement nu qui m'a demandé des vêtements", raconte M. Armand à l'AFP, ajoutant que l'homme était grièvement blessé à la main. "Auparavant, il y avait du bruit, les murs tremblaient. Puis mon voisin est remonté en criant +Au nom de Jésus, ne fais pas ça!+", poursuit M. Armand.

Il connaît bien ses voisins --un couple et quatre enfants-- qui "ne posent pas de problème". La femme, Agnès, serait originaire de la République démocratique du Congo (RDC). Son mari, Francisco, est un Angolais d'une trentaine d'années. Le vendredi soir et jusqu'à samedi à l'aube, tous étaient réunis avec la belle-famille.

Au petit matin, un autre résident d'Orly-Parc, Vivien Granet, se trouvait dans sa voiture à discuter avec des amis et narre "la scène d'horreur" dont il a été le témoin.

"J'ai entendu comme des hurlements venant d'un appartement. Il devait être 04H30, on pouvait entendre +Arrête! Arrête!+ C'était fou! J'ai alors vu quelqu'un courir avec une fille dans les bras".

Désarçonné, M. Granet fonce avec ses amis vers l'appartement.

"On a vu des policiers et soudain, nous sommes tombés sur sept corps. Il y avait l'enfant de 4 mois et son frère qui saignait. Il n'y avait pas un bruit. C'était horrible", témoigne-t-il.

Le groupe trouve aussi une autre femme à terre, visiblement tombée de la fenêtre. "Elle s'est subitement relevée. Elle hurlait +Il va revenir, il va revenir, vous allez tous mourir!+", poursuit le voisin, qui en tremble encore.

"Elle était totalement affolée. Les policiers ont essayé de la calmer. Elle a levé les bras au ciel avant de tomber, perdant apparemment connaissance", se rappelle M. Granet.

Il a ensuite épaulé les secours pour évacuer les blessés. Parmi les personnes hospitalisées figure une fillette de 2 ans, dont le pronostic vital n'est pas engagé, selon la source policière.

ms-nr/mba/df

© 1994-2010 Agence France-Presse

Rédigé par Par Michel SEIMANDO le Dimanche 24 Octobre 2010 à 13:54 | Lu 1111 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance