TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Lundi 22 Septembre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Il y a 70 ans, les Tahitiens du bataillon d'infanterie de marine et de Pacifique débarquaient à Cavalaire.




Sources : Tamari'i Volontaires, les Tahitiens dans la seconde guerre mondiale

Il y a 70 ans, les Tahitiens du bataillon d'infanterie de marine et de Pacifique débarquaient à Cavalaire.
Il y a 70 ans, cent cinquante tahitiens du bataillon d’infanterie de marine et du Pacifique (BIMP) débarquaient avec le corps expéditionnaire français à Cavalaire, en Provence.

Une fois débarquée, l’unité prend rapidement le chemin de la Croix Valmer.
Sur la route, les Tahitiens retrouvent un ancien camarade du bataillon du Pacifique, Léon Garet, de Makatea. En juin 1943, Léon Garet, dit Bonhomme, a intégré les Corps francs d’Afrique. A l’aube, les commandos français ont escaladé les falaises du Cap Nègre pour réduire les casemates allemandes et leurs pièces.

La 1re DFL, à laquelle appartient le BIMP reçoit l’ordre de prendre Hyères et de progresser par la côte. Ils seront soutenus par l’artillerie des navires et les Forces françaises de l’intérieur (FFI) qui connaissent le terrain et constituent une vraie force militaire. Le 18 août, le bataillon par la route de la Corniche atteint l’objectif du Lavandou et prend position.

Le 19 août, en milieu d’après-midi, le bataillon passe à l’attaque pour prendre la Grande Bastide, franchit le Gapeau et occupe la ferme Decugis. La première ligne de défense couvrant Toulon a été percée mais l’Hôtel du Golf interdit le passage du Gapeau.

Des lignes de barbelés les empêchent d’avancer. Les vignes environnantes sont truffées de mines sur lesquelles plusieurs hommes et des brancardiers ont sauté en portant secours aux blessés.Deux Tahitiens sont tués dans la progression: le 1re classe TetioroTeariki et le soldat de 2e classe OreoreAhutoru, grièvement blessé, qui décède le lendemain à Saint- Honoré (Hyères).
Golf hôtel.

Le Golf hôtel : une immense bâtisse dans les pins.Les Allemands l’ont transformé en une véritable forteresse avec des abris souterrains, des casemates blindées et des observatoires qui dominent la plaine côtière. Deux sections de trente voltigeurs se préparent : tenue légère, pas de casque, pas de sacs, pas de vivres, cartouches et grenades à foison, mitraillettes, carabines et pistolets pour tous sauf FM.

Le 21 août à dix-huit heures quinze, l’artillerie se déchaîne et la poussière enveloppe rapidement tous les étages de l’hôtel. Les groupes s’élancent dans les fumigènes passent les barbelés et courent à leurs missions respectives. L’hôtel réapparait, intact des bombardements. Pas une brèche dans ses murs de béton. Les étages sont investis, grenades et rafales de mitraillettes réduisent ses défenseurs. Les hommes trouvent rapidement des tunnels où les FM sont mis en batterie. De premiers allemands se rendent : cent trente-sept prisonniers sont faits. Le 22 août, le bataillon pénètre dans Hyères.
Le 23 août, les Pacifiens du BIMP sont en position avancée au nord de La Garde accusant six jours et six nuits sans sommeil depuis leur débarquement à Cavalaire.

Ils reçoivent l’ordre de pousser vers le hameau de La Maurane, quelques maisons et une villa à l’orée d’un petit bois de pins avec un grand champ de deux cent mètres environ, truffées de barbelés et de nombreuses armes automatiques organisées en défense circulaire.La section tahitienne est à gauche, les Calédoniens sont à droite. A quinze heures, les salves des 105 et des 155 foudroient les arbres de la pinède, crèvent les tuiles des villas, les enveloppent de fumée et de poussière. Les éclaireurs se meuvent dans les premiers fossés, entrent dans les jardins, cisaillent les clôtures et les treillages des villas. Les voltigeurs s'élancent, sautent par-dessus les barbelés pour bousculer les défenseurs retranchés derrière les murs à coup de rafales de mitraillette qui se rendent. Les Tahitiens ont fait aussi une vingtaine de prisonniers qui sont acheminés vers l’arrière. Des tirs nourris provenant d’un ancien pigeonnier en lisière de la pinède à environ deux cent mètres du hameau répondent alors aux Pacifiens. Une cinquantaine d’Allemands sont retranchés dans des trous.

Le feu est meurtrier : le capitaine Perraud est tué d'une balle en plein front.

Les sergent- chef Temauri Fuller, le 1re classe Henri Avaeputa et le 2e classe Albert Tua sont tués. Le caporal-chef MahaheTeuru est fauché à son tour alors qu’il traverse les réseaux de barbelés battus par une arme automatique ennemie.
Les actes de bravoure font faire place à la riposte ennemie. Le caporal Claude Hugon atteint un premier nid de mitrailleuse allemande qu’il réduit de son FM. Il sera cité par le général Patch de la 7ème armée américaine.BrixEtilage couvre son groupe avec son fusil mitrailleur alors que le caporal Frédéric Tefaafanaa neutralise une position ennemie servie par une arme automatique.La section tahitienne occupe finalement le petit bois avec l’appui de deux chars des fusiliers marins.L’un des chars a été touché et brûle.

Seize hommes de la 1re compagnie sont morts dans l’assaut sur La Mauranne : huit calédoniens, cinq tahitiens et trois tirailleurs canaques. L’ennemi s’est défendu avec acharnement, laissant plus de trente cadavres sur le terrain, quarante blessés et cent trente-sept prisonniers.

Le sergent-chef Charles Bernardino décède de ses blessures.

Une balle explosive a couché MaurihauTamata de Rapa, déjà blessé à RotondaSignali. Il a une fracture ouverte à la cuisse droite. Son courage lui vaut d’être cité une troisième fois à l’ordre de la VIIe armée américaine du général Patch. TeriiNarii a le bras fracturé par un éclat.Ont été aussi blessés Maurihau Tamata, Aro Puhiri, Turi Rere et le vaillant Teheuira Poheroa.
Poheroa (nom prédestiné qui signifie « mort tout à fait ») a été touché par une rafale à la ceinture, faisant exploser une de ses grenades. Secouru, emporté par ses camarades, le ventre ouvert, les entrailles maintenues dans un casque serré contre l’abdomen, il va cependant survivre et entrera dans la légende.

La route de Toulon est désormais libre.



Rédigé par Jean-Christophe Teva SHIGETOMI le Jeudi 14 Août 2014 à 15:21 | Lu 955 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par EcceHomo987 le 15/08/2014 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Honneur à ces glorieux combattants du Fenua et du Pacifique partis défendre la Mère Patrie !
Il est dommage que, dans son discours officiel de ce jour, M. Hollande, Président de la République française qui détient le triste record de la cote de popularité la plus basse, ait totalement oublié de citer ces Français venus du Pacifique, comme il a omis de parler des Pieds noirs d'Afrique du Nord et des Métropolitains qui représentaient tout de même respectivement 32 % et 8% du Corps expéditionnaire français ayant débarqué en Provence le 15 août et les jours suivants .... Les Arabes musulmans (d'Algérie,du Maroc et de Tunisie), quant à eux - et merci à eux car ils ont été des féroces combattants à défendre la France - constituaient environ 50 % de cet embryon d'Armée française ... Pour être c...

2.Posté par Case à Nova le 15/08/2014 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Parce que j'aime la Polynésie ce petit témoignage personnel. A l'occasion d'une visite familiale dans le Beaujolais, il y a une quinzaine d'années, la grand-mère qui nous reçut quand je lui ai dit venir de Tahiti,s"est souvenue du passage de ce bataillon dans la vallée de la Saône.
A son visage épanoui et la discrétion avec laquelle elle évoquait pudiquement ce souvenir j'ai compris que les "guitaristes" avaient joué les Romeo et charmé et peut-être plus cette brave femme remplie de regrets!!!

3.Posté par simone Grand le 15/08/2014 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand je pense que l'un des arguments principaux de la conversion et de la colonisation était d'arrêter les guerres locales qui étaient sans doute sauvages par contre les horreurs de 1914-18 et celles de 39-40 étaient civilisées...
Il y a urgence à revoir notre discours sur l'Histoire
Simone Grand

4.Posté par TARA le 15/08/2014 17:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BRAVE HAUT A EUX. IL NE FAUT PAS LES OUBLIER

5.Posté par santucci le 15/08/2014 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est bien dans parler dans tous les reportages en france on ne parle jamais du batallon du pacifique ,j'ai connu dans ma jeunesse TAMA VIRIHUA ET JOHN MARTIN à chaque fois je bout on ne parle que des senegalais ou marocain ,qu'un de vos journaliste rafraichisse la mémoire aux français merci

6.Posté par Moana le 17/08/2014 09:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Jean-Christophe Teva SHIGETOMI

en attendant la publication de livres

7.Posté par Le vieux le 18/08/2014 06:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Par contre il y avait bien des « Polynésiens » ce 15 Aout 2014 a bord du Charles de Gaulle et d’autres navires lors de cette commémoration. Mon fils qui n’est pas « Tahitien » mais « Polynésien » était chargé d’aider les anciens combattants invités à bord. Vous noterez que le l’on peut être Tahitien et donc Polynésien. Mais aussi Polynésien sans être forcément Tahitien.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes moeurs de quelque manière qu'il soit. Elle se reserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012