Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Il perd un chef d'oeuvre à un million d'euros dans le TGV Paris-Genève



La perte n'est pas anodine. Un collectionneur d'art a oublié dans le TGV son cartable de dessins. A l'intérieur, une oeuvre chinoise datant du XIIIe siècle. Valeur estimée : un million d'euros.
La perte n'est pas anodine. Un collectionneur d'art a oublié dans le TGV son cartable de dessins. A l'intérieur, une oeuvre chinoise datant du XIIIe siècle. Valeur estimée : un million d'euros.
Une œuvre d’art, égarée dans le TGV. L’histoire a tout d’une farce et pourtant, le collectionneur Francesco Plateroti n’en dort plus. Le 21 novembre, à 22h30 ce féru d’art descend sur le quai de la gare de Bellegarde-sur-Valserine, dans l’Ain. Le train repart, direction Genève. Mais l’homme y a oublié quelque chose : un chef d'oeuvre à un million d’euros.

Le rouleau portatif chinois, datant de la dynastie Yuan (XIIIe siècle), contient les peintures des douze immortelles de Wang Zhenpeng, un peintre admiré par l'empereur Renzong, mais aussi par Van Gogh. Fancesco Plateroti venait de le présenter à une fondation d’art parisienne, avec pour objectif de les exposer.

Il transportait à bord du TGV 9789 un cartable à dessins noir, dans lequel il pensait n'avoir glissé que des répliques de l'oeuvre. Ce n'est que le lendemain matin qu'il a réalisé que celui contenait aussi le rouleau de papier de riz chinois.

"J'ai un petit doute, confie-t-il. Est-ce que je l'ai laissé dans le train ou quand je suis descendu sur le quai?". Chaque jour, il contacte le service des objets trouvés de Genève. Sans succès.

Invendable sur le marché officiel

Le collectionneur, spécialiste de Van Gogh, est prêt à tout pour les récupérer et n’hésite pas à "offrir une récompense à quiconque lui permettrait de remettre la main dessus", confie-t-il au Dauphiné Libéré. Il rappelle également que l’œuvre ne peut être vendue sur le marché de l’art, au risque de poursuites pour recel.

Sans le certificat culturel, toujours en sa possession, cette peinture vieille de huit siècles "ne peut être ni vendue ni exportée".

Rédigé par () le Samedi 29 Novembre 2014 à 07:10 | Lu 895 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance