Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Il part à la recherche des sapins de Pif Gadget



Il part à la recherche des sapins de Pif Gadget
TOULOUSE, 23 décembre 2011 (AFP) - En 1975, Pif Gadget invitait ses lecteurs à planter une petite brindille d'épicéa. Quelques décennies plus tard, un Toulousain s'est mis en quête des sapins Pif, rencontrant l'engouement d'un public nostalgique et friand de belles histoires.

"Attention, dans deux ans, ce sapin sera plus grand que toi", avertissait alors le numéro 347 du magazine pour la jeunesse, aujourd'hui disparu.

Joël Fauré, fonctionnaire au greffe du tribunal de Toulouse, avait 13 ans et habitait à l'orée de la forêt de Buzet-sur-Tarn. "Pif et ses gadgets étaient révolutionnaires à l'époque. Mon père m'a aidé à planter mon arbre et très vite il s'est épanoui", se rappelle-t-il.

La maison familiale a été vendue après la mort de ses parents, mais l'arbre est toujours là. Il fait douze mètres et "raconte mon propre parcours", dit Joël Fauré, 49 ans. Le nouveau maître des lieux lui a fait la promesse de le préserver.

Au total, il s'est vendu 360.000 pousses de sapin sous plastique, un succès à rapprocher de celui des pifises, drôles d'oeufs de crustacés écoulés à un million d'exemplaires, ou des poids sauteurs du Mexique, rapporte Joël Fauré.

"Je me suis dit qu'il y avait potentiellement 359.999 autres sapins pifesques" témoins d'autant de tranches de vie. Il en parle en 1997 à la Dépêche du Midi mais c'est surtout depuis l'été 2011 et un "appel de la forêt" lancé dans le Monde Magazine que le sujet explose. A l'automne, Libération lui propose d'héberger son blog

Joël Fauré a retrouvé 120 résineux pifesques à ce jour. Ils sont dissiminés à travers la France. Mais il en prospère aussi en Turquie et au Canada. Un exemplaire a vécu deux ans en Tunisie.

"Les gens envoient des photos, racontent leur histoire, je suis ému aux larmes", dit-il. Il explique ce succès par "une histoire qui met en valeur des résonances très fortes": la nostalgie de l'enfance et du temps qui passe, le souci de l'environnement.

"Les gens écrivent, et souvent ils écrivent bien. Il y a de très belles histoires. Des scénaristes pourraient en faire leur miel", dit-il.

Il y a les histoires tristes de "massacres à la tronçonneuse" et de "destins tragiques", comme celui de l'épicéa sacrifié par le père de famille parce que ses racines devenaient envahissantes.

Mais d'autres ont vu, après les enfants, naître les petits-enfants. D'autres encore marquent la tombe du chien de la famille. Bon nombre ont résisté à la tempête du siècle en 1999.

Marie-Christine, en Bourgogne, raconte comment son père, à la vue de la brindille rabougrie, s'était exclamé "avec un pessimisme très légitime: +Ben, t'es pas prête à te mettre à l'ombre dessous+".

"Le bel arbre toise maintenant la maison familiale où réside ma mère désormais seule", dit-elle. "Et, de temps en temps, je vais bouquiner à l'ombre de mon Pif... histoire de faire mentir mon père."


Rédigé par Par Emmy VARLEY le Vendredi 23 Décembre 2011 à 05:46 | Lu 603 fois







1.Posté par Schtroumpfette le 23/12/2011 08:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un peu de rêve dans ce monde ! Moi aussi j'étais abonnée à Pif. En 1975 je n'étais pas encore née mais j'ai connu le pois sauteur du Mexique et je m'en souviens encore !

2.Posté par Teiva 33 le 23/12/2011 08:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Zut alors, j'ai pas dû acheter ce numéro là...
Pif magasine c'était super pour le petit tahitien (on ne s'appelait pas maohi en ce temps là) que j'étais et que je suis toujours. J'adorais ce magasine encore plus que Zembla, Akim et toutes les bandes dessinées dont nous raffolions tous à l'époque.
Je pense que je dois encore avoir quelques gadgets Pif chez mes parents.

3.Posté par alex le 24/12/2011 07:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce sont peut être les fêtes qui me font cet effet, mais je dois dire que cela fait chaud au cœur de voir combien des gens sont encore attachés a la nature. l'arbre est symbole de notre vie.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance