Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Homicide involontaire : un automobiliste relaxé au bénéfice du doute



Le jeune conducteur du deux-roues, âgé de 19 ans était mort à son arrivée aux urgences de Taravao.
Le jeune conducteur du deux-roues, âgé de 19 ans était mort à son arrivée aux urgences de Taravao.
PAPEETE, le 2 décembre 2015. Le 30 novembre 2014, au volant de son 4x4 un automobiliste de 53 ans avait renversé à un croisement de l'agglomération de Taravao un jeune de 19 ans circulant en scooter, probablement sans lumière et fortement alcoolisé. Mardi, le tribunal correctionnel, faute de preuves démontrant la responsabilité de l'automobiliste, l'a relaxé.

Le tourne-à-gauche est l'une des manœuvres les plus accidentogènes sur la route car il s'agit de traverser une voie en sens inverse. Les règles du code de la route imposent ainsi de s'assurer que la chaussée est totalement libre avant de s'y engager. Ce soir de novembre 2014 à Taiarapu Est, à 18h50 une collision entre un 4x4 et un scooter se révèle fatale pour le jeune homme qui circule en deux-roues. Il fait nuit mais la route est bien éclairée.

L'automobiliste qui rentre d'une séance de sport s'apprête à tourner à gauche mais aperçoit deux scooters : il ralentit avant de s'engager vers la gauche. Le choc survient quasi immédiatement. Dans la foulée des deux premiers scooters, mais un peu décalé, un 3e scooter a surgi que l'automobiliste n'a pas vu, roulant a priori sans lumières. Le choc est violent, le scooter frappe la portière avant-droite du 4x4 : le conducteur du deux-roues avait simplement posé son casque sur sa tête sans le fermer. Il décède à peine arrivé aux urgences de Taravao.

A l'audience correctionnelle ce mardi, presque un an jour pour jour après cette collision mortelle, les circonstances de cet accident relevées immédiatement sur place par les gendarmes de la brigade de Taravao, grâce à divers témoins n'ont pas changé. Une automobiliste circulant en sens inverse avait croisé les trois scooters. Le comportement agité du 3e l'avait alertée car "non conforme aux règles du code de la route" : il roulait presque sur la ligne médiane, sans lumières et avec un casque juste posé sur le crâne. On y apprend aussi que le jeune décédé, âgé de 19 ans à peine, avait passé sa journée à boire de l'alcool : bière et vodka en alternance depuis 7 heures du matin. Son taux d'alcoolémie est particulièrement élevé : 2,56 grammes d'alcool par litre de sang et il a aussi consommé du paka. Pour l'automobiliste prévenu d'homicide involontaire c'est une nouvelle information. "Je viens d'apprendre que la victime avait bu" explique-t-il simplement au tribunal.

Pour l'avocat des parents du jeune décédé, cela ne doit pourtant pas tout expliquer. "Il faut se garder des appréciations péjoratives du dossier de la victime. Parce qu'en face on a un jeune fou inconscient qui a bu et consommé du paka, qu'il ne portait pas correctement son casque et qu'il n'avait peut-être pas de lumière, la cause est entendue ! Mais ce n'est jamais aussi simple". Et d'insister sur le fait que l'automobiliste était "débiteur d'une priorité, qu'il n'a pas respecté de laisser le passage au scooter (…) Il ne l'a pas vu car il n'a pas regardé. Il a ralenti mais sans marquer de temps d'arrêt. Cette fraction de seconde aurait peut-être suffi et l'accident n'aurait pas eu lieu".

Le procureur immisce un peu plus le doute. Le prévenu a toujours répété n'avoir pas vu surgir le scooter parce qu'il n'avait pas de lumières. Pourtant, l'autre automobiliste présente sur les lieux qui croise le deux-roues éteint l'a bien vu, elle. Elle est même capable de dire que le casque du jeune homme n'était pas correctement attaché. Il n'y a donc "aucune raison pour que monsieur n'ait pas vu le scooter". Il requiert ainsi un mois de prison avec sursis simple et le retrait de son permis de conduire pour six mois.

Après en avoir délibéré, le tribunal décide pourtant de relaxer le chauffeur du 4x4, "en considération des éléments présentés, il y a un doute sur votre responsabilité".


Rédigé par Mireille Loubet le Mercredi 2 Décembre 2015 à 21:19 | Lu 1407 fois






Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance