Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Desserte aérienne entre la Polynésie française et la Nouvelle-Zélande : un nouvel accord signé



L’accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande a été signé le 22 septembre 2015 entre Simon Bridges et Mme Florence Jeanblanc-Risler, Ambassadrice de France en Nouvelle-Zélande
L’accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande a été signé le 22 septembre 2015 entre Simon Bridges et Mme Florence Jeanblanc-Risler, Ambassadrice de France en Nouvelle-Zélande
WELLINGTON, dimanche 27 septembre 2015 (Flash d’Océanie) – La France et la Nouvelle-Zélande ont signé en début de semaine dernière un nouvel accord relatif aux dessertes aériennes dans le Pacifique, en particulier à destination de la collectivité de Polynésie française.
Cet accord intervient sous forme d’amendement aux accords relatifs aux dessertes précédemment signés (en 1967), ont annoncé les deux gouvernements.
« Cet amendement va permettre de renforcer des liens de longue date entre la Nouvelle-Zélande et la Polynésie française », a commenté Simon Bridges, ministre néo-zélandais des transports, qui parle aussi de « nouvelles opportunités de routes ».
« Cela permettra aux compagnies aériennes néo-zélandaises d’utiliser tous les itinéraires possibles à destination de et au-delà de la Polynésie française. Similairement, les compagnies aériennes de Polynésie française pourront elles aussi utiliser tous les itinéraires possibles à destination de et au-delà de la Nouvelle-Zélande. La France est un partenaire important pour la Nouvelle-Zélande et je suis convaincu qu’une amélioration de la connectivité aérienne entre nos deux pays augmentera aussi les liens commerciaux et touristiques », a-t-il précisé.
M. Bridges a appelé de ses vœux la signature prochaine d’un accord du même type concernant les dessertes à destination et en provenance de la Nouvelle-Calédonie, autre collectivité française du Pacifique, mais aussi à destination de la France métropolitaine.
L’accord relatif au transport aérien entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Nouvelle-Zélande a été signé le 22 septembre 2015 entre Simon Bridges et Mme Florence Jeanblanc-Risler, Ambassadrice de France en Nouvelle-Zélande.

pad

Rédigé par PAD le Lundi 28 Septembre 2015 à 05:59 | Lu 2102 fois






1.Posté par tutua le 28/09/2015 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est clair, ce ne sont pas les zozonomistes qui peuvent conduire notre destin et notre pays, mais le bon vouloir de la France à 20 000 km de chez nous, on nous entretient dans l'infantilisme, c'est pas comme ça qu'on peut gouverner en priorité au profit de notre population

2.Posté par Chaval le 28/09/2015 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tutua tu devrais arrêter simplement de toujours critiquer ce qui se fait, surtout que vous n'avez dans votre idéologie que le parau parau à proposer ainsi que des promesses "brillantes mais utopiques", alors s'il vous plait allez donc à la pêche et laissez les Polynésiens vivre tranquilles, ils ne sont pas à 75% d'accord avec vos idées du moyen âge.

3.Posté par Zorro le 28/09/2015 12:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@tutua : autonomistes/indépendantistes c'est un peu la même m.... Vouloir toujours plus alors qu'ils ne sont même pas foutu de relancer l’économie sans créer des emplois aides ou bétonner la nature, il n'y a que toi qui pense que l’indépendance est la solution. Il y a tellement a faire comme casser les monopoles, instaurer la concurrence, exonérer de taxes ce que l'on ne produit pas, diminuer le nombre de fonctionnaires et instaurer des objectifs quantifiables a ces derniers, repenser la politique de développement économique des archipels ( arrêter de tout centrer sur Tahiti et donner aux îliens la possibilité de vive dignement). Bref qu'ils commencent a faire leur job on verra plus tard s'ils sont capables de faire plus.

4.Posté par loiseau des iles le 28/09/2015 12:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

enfin peut être des billets d'avion moins chères

5.Posté par tutua le 28/09/2015 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

zorro et autres
l'indépendance, c'est un contrat de " rattrapage et de développement " avec la France sous l'oeil de l'ONU. ça peut durer 10 /15 ans et après référendum.
ce contrat n'a plus rien à voir avec ce qu'on peut faire aujourd'hui avec l'état sous sa tutelle , la priorité c'est en faveur de notre développement

6.Posté par Indépendance le 28/09/2015 14:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tutua, que tu veuilles l'indépendance, c'est noble et courageux. Mais soit tu crois au Père Noël (Tu me diras, la plupart d'entre vous croit en dieu ce qui est à peu près pareil) soit tu essaye d'enfumer tout le monde. L'ONU est un machin qui n'engage que ceux qui y croient. Les nations indépendantes n'en en rien à F.... de ce qu'y si décide. (Ils viennent de nomme l'ambassadeur de l'Arabie Saoudite, Président de la commission des droits de l'homme. Si çà ne t'interpelle pas...) Dans ces conditions, tu peux rêver ou faire rêver sur ton contrat de rattrapage, il ne verra jamais le jour. Ce qui ne retire en rien le droit des polynésiens à être indépendants

7.Posté par Zorro le 28/09/2015 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ tutua
Rattrapage de développement: rattraper quoi le temps qui passe, l'inaction, le clientélisme a outrance, l’incompétence. Rien n’empêche les maires de donner a leurs administres un cadre de vie agréable, leur offrir des services publics efficaces (eau, traitement des déchets, espaces verts...) Ils ne le font pas car ils sont nuls, incompétents et amateurs. Un exemple La Setil pendant des années l’aéroport sous tutelle territoriale ressemblait a rien et il était pourtant géré par les sous nuls des nuls qui gouvernaient. Alors signer des accords commerciaux ca demande un autre niveau intellectuel, une capacité a se projeter dans le futur et les politiques locaux ben desole ils ne sont pas outilles pour ca. Donne moi un exemple de truc qui fonctionne et qui a ete a l'origine une idee d'un politique. Apres si tu veux on reparle d'independance.

8.Posté par tutua le 28/09/2015 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ indépendance
qui vivra verra, mais pour quoi ce nom : indépendance ? de quelle indépendance te revendiques-tu ? perso ou plus large ?

9.Posté par tuterai 58 le 28/09/2015 17:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

tutua l'onu n'a rien mais absolument rien a péter de nous qu'est ce qu 300.OOO pelés pour eux,rien alors n'attends rien de l'onu ou des autres,aide toi et le ciel t'aidera.Demande aux cousins du pacifique ce qu'ils en pensent de l'onu et tu seras surpris par leurs réponses.La seule bonne chose qu'on peut retirer de l'indépendance c'est notre identité,mais on ne vit pas que sur cela,il y a toute une structure économique autour,chose que pour le moment nous n'avons pas encore,et c'est pas demain la veille.

10.Posté par Tamatoa le 28/09/2015 18:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@3 : ' contrat de " rattrapage et de développement " avec la France', ca veux dire que la France verse 10% de ce qu' elle donne actuellement ou seulement 5%?

Il faut arreter de se mentir. La France verse actuellement a la Polynesie beaucoup plus que ce qu'elle donnerai sous tout autre regime. Et les metropolitains en ont marre de payer pour se faire cracher dessus. Donc, il est bein possible qu' un de ces jours provhains, Paris accorde l' independence unilateralement.... et coupe les subventions, avec toutes les c..... actuelles.

La ce sera tres grave pour la Polynesie. Dans le meilleur des cas, elle deviendra une colonie de la Chine. Et regrettera la France...

11.Posté par Le fabulateur le 29/09/2015 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Regardez vous débattre sur le statut de la Polynésie française.

Si la population n'est même pas d'accord sur le statut à adopter, qui est la base de toute relations entre personnes physiques et morales de droit privé ou public sur le territoire, comment voulez vous évoluer ?

12.Posté par emere cunning le 29/09/2015 11:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

E hoa a’era zorro, qu’est ce que tu fais encore chez les nuls ?
Tu oublies de dire que c’est la même m…. en France où qu'il faut tendre l’oreille pour entendre un bruissement de leur chère croissance. Et ce, malgré les milliards prélevés dans les poches des administrés qui devront oupss… repasser à la caisse avec la quasi suppression des dotations aux maires. Tu ne les entends pas rouspéter?
For sure, vos politiques sont bien outillés dans vos grandes écoles, sauf que, jusqu’ici, ils m’ont l’air d’y apprendre à servir le dieu fric et leurs potes nantis comme pas permis. Ceux là n’ont pas fini de s’en ramasser à pleines mains, ET de débaucher à tour de bras.

13.Posté par emere cunning le 29/09/2015 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ zorro (suite)
Quant au futur dans lequel ils vous projettent à vendre vos aéroports, monuments, usines, commerces sans oublier vos rafales et mistrals aux chinois et arabes (que vous dénigriez), l’ami, I’m not sure your tomorrow is gone be that fantastic ! Nos élus n’ont pas les moyens de nos ambitions à tous, mais nous y arriveront tant qu’ils resteront proches de nos populations, step by step. I’m just sad that we can’t build it all together.
Et pour l'exemple de truc qui fonctionne, notre cie aérienne ne se porte pas plus mal que Air France (stupid to compare, I know) qui, par contre, continue de virer du monde malgré les subventions que l’Etat lui sert en douce. Le "mégalomaniaque" vous aurait écouté que AF ferait sa loi, comme l'EDT...

14.Posté par tutua le 01/10/2015 08:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il y a 2 façons d'accéder à la souveraineté : la guerre ou la négociation, c'est cette 2ème qui est la nôtre, parce que nous avons des liens anciens avec la France, et que c'est l'évidence. Oscar l'a d'ailleurs défini simplement:
"Ce que nous voulons est une évolution de nos relations avec la France vers plus d’équité, sous le contrôle de l’ONU. Un jour viendra où cette évolution arrivera à maturité, et la question de l’indépendance devra alors être posée. Mais ceci impliquera de passer par un référendum. » Equité, maturité.
Suite

15.Posté par tutua le 01/10/2015 08:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite
Voyez les anciennes colonies d'Afrique ou mieux l'Algérie qui a des liens étroits avec la France malgré une guerre terrible. C'est une évidence, nous resterons toujours proches de la France et c’est l’intérêt de l’Etat comme du nôtre. Le vice amiral Vichot, ancien patron du CEP dans un colloque en 2013 au sénat affirmait que l’avenir de la France c’est la Polynésie française, pas demain, mais aujourd’hui.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance