Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Des poissons plus petits et moins nombreux dans les 50 ans à venir



Des poissons plus petits et moins nombreux dans les 50 ans à venir
PARIS, 30 jan 2013 (AFP) - On sait déjà que les activités humaines font rétrécir les poissons, mais cela va aussi les rendre plus vulnérables aux prédateurs et, au bout du compte, menacer une ressource alimentaire cruciale pour l'espèce humaine, mettent en garde des chercheurs.

Les scientifiques ont déjà observé et étudié comment la pêche industrielle, en prélevant les spécimens les plus gros, et le réchauffement climatique, en abaissant la teneur en oxygène des océans, réduisaient la taille moyenne des poissons.

Mais les conséquences globales et à long terme de ce phénomène restent encore méconnues.

Une équipe de chercheurs australiens et finlandais a modélisé par informatique ce rétrécissement progressif sur les cinquante ans à venir pour tenter de comprendre quel en serait l'impact sur la population de cinq espèces de poissons du Pacifique.

Ils en sont arrivés à la conclusion que, même avec une taille réduite de seulement 4% en moyenne, le taux de mortalité lié aux prédateurs pouvait augmenter jusqu'à 50%. Cela réduirait en proportion les prises des pêcheurs, avertissent-ils dans la revue Biology Letters de l'Académie des sciences britannique.

"Même une légère diminution de la taille d'une espèce de poisson peut avoir des effets importants sur leur mortalité naturelle", insistent les chercheurs.

Leurs calculs portent sur cinq espèces couramment pêchées par les chalutiers australiens, parmi lesquelles le hoki, aussi connu sous le nom de merlu à longue queue, l'abadèche rose ou une variété de poisson-crocodile.

Selon leurs modèles, la masse totale de chaque espèce perdrait entre 5% et 35%, à l'exception du hoki. Si la taille moyenne de ce poisson se réduit bien elle aussi, le nombre de hokis augmenterait de 10% tandis qu'ils se rapprocheraient des zones côtières pour mieux échapper à leurs prédateurs.

Pour les chercheurs, il ne fait aucun doute que l'Homme est en train de changer les écosystèmes marins sur toute la planète, directement via la pêche et indirectement à cause du réchauffement climatique.

"Les pratiques qui ignorent les changements actuels risquent de surestimer les ressources à long terme et d'aboutir à leur surexploitation", insistent les auteurs de l'étude.

Rédigé par AFP le Mardi 29 Janvier 2013 à 14:45 | Lu 405 fois






1.Posté par Tehei le 30/01/2013 12:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qu'elle nouvelle , cela me scie , j’aurais parié le contraire !
est-ce que c'est pareil pour les grands mammifères ?

2.Posté par Bruno FABRE le 30/01/2013 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je pense que beaucoup de monde a remarqué la rarefaction des poissons et la taille décroissante des prises, les expéditions croissantes de glacières depuis les îles vont accélérer également leur épuisement halieutique. il serait agréable de voir se lever des gens pour manifester leur opposition à cette "stérilisation" progressive aussi bien qu'ils le font pour les conséquences des expérimentations nucléaires qui mis à part de condamnables conséquences sanitaires, ne sont pas à ma connaissance à la hauteur des dégats environnementaux présents et à venir, causés par notre style de vie.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Octobre 2017 - 03:22 L'eau de plus en plus dégradée et rare

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies