Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

De la fête à la dépendance, un consommateur d'ice raconte



Roura, 48 ans, a consommé de l'ice pendant près de 15 ans.
Roura, 48 ans, a consommé de l'ice pendant près de 15 ans.
PAPEETE, le 16 octobre 2017 - A 48 ans, Roura tente de sortir de l'enfer de l'ice. Après en avoir consommé pendant plus de 10 ans et être passé par la case prison deux fois, il tente de s'accrocher à une vie saine, loin de toute addiction.

D'une main fébrile, Roura attrape une cigarette. Il en allume le bout et tire une longue taffe dessus. Quelques secondes à peine suffisent, il souffle la fumée. Il jette un coup d'œil à ce bout de tabac roulé et lâche : "L'ice, c'est vraiment de la merde!" Sourire. Son visage s'adoucit. Roura ne veut pas ajouter au drame. Si le quadragénaire a accepté de sortir du silence, ce n'est pas pour le plaisir de revoir ses vieux démons. Il parle pour alerter sur ce phénomène qui l'inquiète. "Je vois de plus en plus de jeunes, des gamins de 14 ou 15 ans qui prennent de l'ice. C'est inquiétant ! Il faut arrêter ça tout de suite", s'insurge l'homme de 48 ans. Ce dernier maîtrise son sujet. Il est tombé dedans voilà près de 15 ans.

Roura a perdu son père à 14 ans. Le gamin d'alors aime la fête, les sorties entre copains et surtout les découvertes. Un soir, un ami lui propose d'essayer le paka. Sans hésitation, il en fume. "Au début, on était des bleus, on ne savait pas ce qu'on faisait, on avait des feuilles, on fumait ça, on était tout content." Mais très vite, les bleus deviennent des experts.

10 ans après la première taffe, le groupe de jeunes s'initie aux drogues dures. Première expérience : le LSD. "On était en bringue, un ami m'a proposé. J'ai accepté juste pour voir. Puis c'est devenu occasionnel, on se marrait bien, je trouvais ça relaxant", confesse-t-il, toujours dans un sourire. Quelques temps après, il goûte à la cocaïne. Là aussi, la dépendance devient rapide. "Je pouvais m'en fournir car je travaillais." La vie continue doucement, entre le travail et la bringue. Mais en 2003, une nouvelle rencontre trouble cet ordre.

IMPOSSIBLE D'ARRÊTER

"Un copain m'a proposé de l'ice. J'appréhendais un peu car j'entendais plein de choses dessus. Mais comme toujours, j'ai voulu essayer. La première bouffée, je n'ai rien ressenti. Mais après, je me sentais lourd." Comme avec le LSD et la cocaïne, au départ, Roura n'en prend que les week-ends pour s'amuser. Puis le fêtard se prend au jeu.

Ces semaines commencent à tourner autour de cette nouvelle substance. "Je me suis dit que je ne deviendrai jamais dépendant. Je pensais pouvoir arrêter à la fin de l'année où j'ai commencé et finalement…", souffle-t-il, en allumant une cigarette. Sa consommation est régulière. Les effets sur sa personne sont immédiats : il ne dort plus, ne mange plus, ne boit plus. "C'est le truc qui te booste pour travailler. Je me sentais plus en forme, moins fatigué. Je faisais tout le temps la fête, j'allais bosser et je recommençais. Je n'avais plus besoin de dormir", décrit le consommateur.

Ces sensations ne sont qu'une impression. Le corps de Roura se détériore à une vitesse folle. Famille et amis tirent la sonnette d'alarme. En vain. Le consommateur perd près de 10 kilogrammes en l'espace d'un an. "Je faisais comme si tout allait bien", se souvient-il aujourd'hui.

DESTINATION PRISON

Au bout de plusieurs mois de consommation, le corps fatigue et ne suit plus. Une raison d'arrêter? Pas du tout. Roura s'enfonce un peu plus dans son quotidien de drogué. Il commence à dealer.

Un jour, il est embarqué par les forces de l'ordre. Un collègue de défonce l'a dénoncé. Il plonge pour trafic de stupéfiants. Une première fois libérée, il se refait prendre quelques mois plus tard. En tout, il aura passé plus de trois ans en prison pour une poignée de cristaux. "J'ai fait une petite dépression en sortant. Cela a été dur. Heureusement que ma famille était là. Mais ils m'ont dit que si je retombais dedans, ils ne voudraient plus me voir. C'est normal. Je ne peux pas les confronter à nouveau à tout ça… C'est la hantise de tous les parents que leur enfant tombe dedans…"

Roura l'a compris, la liberté n'a pas de prix : à l'intérieur comme à l'extérieur de la prison. Toutes ces années, son pire geôlier ne se trouvait pas à Nuutania mais dans un petit sachet. L'ice l'a enfermé dans un cercle vicieux duquel il a beaucoup de mal à sortir.

Assis dans son salon en cours d'aménagement, l'enfant du pays songe à tout ça. Il se rappelle cette fois où il a cru mourir. Un soir, après avoir fumé de l'ice mélangé à de l'alcool et d'autres drogues, son cœur s'est mis à tambouriner dans sa poitrine. Il a cru qu'il allait se décrocher. "Je me suis fait peur, lâche-t-il. J'avais quelque chose d'hyper chargé et j'ai cru que j'y passait." Les séquelles de l'ice sont toujours visibles sur son visage. Roura désigne ses dents rongées par la drogue.

Quatre ans après sa sortie de prison, l'homme de 48 ans mène sa vie entre son travail d'artisan et l'aménagement de sa maison. Il espère dire adieu à l'ice dans les mois qui viennent. "Je vais mieux, assure Roura, comme pour se rassurer lui-même. Quand je vois ce qui se passe, je m'inquiète. Je ne sais pas où notre jeunesse va aller avec ça. L'ice est un problème de société aujourd'hui. Il s'est démocratisé au fil des années. Personne n'est épargné !"

"Une drogue énormément addictive"

Depuis plusieurs années, les équipes du centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomanie ont constaté la montée en puissance de la consommation d'ice sur le territoire. Les accros à cette drogue sont de plus en plus jeunes.

Dans une enquête menée en 2016, 3 % des jeunes interrogés ont déclaré avoir consommé au moins une fois de l'ice. "Cela ne devrait pas exister. L'influence de l'ice est partout, reconnaît Marie-Françoise Brugiroux, interviewée en septembre à ce sujet. C'est devenu presque banal. Ce n'est plus tabu comme avant."

Comment s'en sortir?

Le centre de consultations spécialisées en alcoologie et toxicomaine ( CCSAT) a été créé en 1984 à la direction de la santé. C’est le seul service spécialisé en addictologie de la Polynésie française. Il assure un accompagnement et des soins spécialisés en ambulatoire gratuits et anonymes à toutes les personnes, adolescentes ou adultes et leur entourage.

Les consultations ont lieu dans les locaux du service à la Direction de la Santé, rue des Poilus Tahitiens.
Téléphone : 40 46 00 67

Le site Internet permet notamment aux visiteurs de tester leur consommation d'alcool ou de drogue et permet de situer le degré de son addiction.

Rédigé par Amelie David le Lundi 16 Octobre 2017 à 04:00 | Lu 15401 fois

Tags : ICE DROGUE





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance