Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Concurrence: Google dans le viseur des autorités américaines à cause d'Android (presse)



Concurrence: Google dans le viseur des autorités américaines à cause d'Android (presse)
Washington, Etats-Unis | AFP | vendredi 25/09/2015 - Google est de nouveau dans le viseur des autorités américaines de la concurrence, qui le soupçonnent d'entrave à la concurrence sur son système d'exploitation Android, présent sur de nombreuses marques de smartphones, rapporte vendredi l'agence de presse Bloomberg.

La Federal Trade Commission (FTC) a conclu un accord avec le département de la Justice des Etats-Unis pour prendre la tête d'une procédure sur le sujet et a déjà rencontré des responsable du géant internet américain, indique l'agence en citant deux sources proches du dossier.

La FTC reprocherait à Google de donner la priorité aux services développés par ses soins sur la plateforme Android et d'en restreindre d'autres, explique Bloomberg, tout en soulignant que l'enquête en est encore à ses débuts et pourrait ne pas déboucher sur une inculpation.

Contactés par l'AFP, ni Google ni la FTC n'ont voulu commenter.

"Les enquêtes de la FTC ne sont pas publiques et nous ne faisons pas de commentaires sur une enquête ou l'existence d'une enquête", a notamment indiqué un porte-parole de la FTC.

Google développe le système d'exploitation mobile Android, mais il laisse toute une série de fabricants de tablettes et de smartphones l'utiliser, éventuellement avec des modifications.

Le logiciel, qui intègre une série de services de Google, faisait ainsi fonctionner 82,2% des smartphones vendus dans le monde au deuxième trimestre, selon des statistiques du cabinet de recherche Gartner.

Android a déjà valu il y a une dizaine de jours à Google d'être jugé coupable d'abus de position dominante par les autorités russes de la concurrence. Elles avaient été saisies par le concurrent local Yandex, qui reprochait au groupe américain d'imposer aux constructeurs de téléphones fonctionnant sous Android l'installation de toute une série de ses services ainsi que de faire de Google le moteur de recherche par défaut.

La Commission européenne a aussi ouvert une enquête sur Android ainsi que les services et applications mobiles de Google le 15 avril dernier, disant à l'époque vouloir examiner l'existence éventuelle d'ententes illégales ou d'abus de position dominante gênant le développement et l'accès au marché de produits rivaux.



- Déjà des problèmes dans la recherche -



La FTC avait déjà soupçonné Google de mettre en avant ses propres services (vidéos de sa filiale YouTube, voyages, avis sur des restaurants) dans les résultats que son moteur de recherche en ligne propose aux internautes. L'enquête avait été close début 2013, la FTC disant n'avoir pas trouvé de traces d'abus.

Les services européens de la concurrence ont en revanche toujours en cours une enquête ouverte depuis fin 2010 concernant les pratiques du géant internet dans la recherche, séparée de celle sur Android lancée cette année.

Trois tentatives de règlement à l'amiable ont déjà échoué, les propositions de Google étant à chaque fois jugées insuffisantes, et Bruxelles avait fini par adresser au groupe en avril une "communication de griefs", détaillant ses accusations d'abus de position dominante. Google a répondu fin août en affirmant que les conclusions tirées étaient "erronées".

Le commissaire européen chargé du numérique, l'Allemand Günther Oettinger, a reconnu lors d'un entretien mercredi que le dossier était "difficile", mais il a évoqué "des progrès", se disant persuadé qu'il ne faudrait pas attendre 2017 pour voir l'issue de la procédure.

Une solution à l'amiable est toujours possible, mais dans le cas contraire Google encourt une amende de plusieurs milliards de dollars si l'infraction est avérée.

Outre la recherche et Android, Google est aussi dans le collimateur des autorités de plusieurs pays du monde pour des questions liées notamment à la protection des données ou aux droits d'auteurs.

Rédigé par Noémie Debot-Ducloyer le Vendredi 25 Septembre 2015 à 15:47 | Lu 126 fois





Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies