TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Communiqué du Tavini huiraatira: "La leçon de dictature"




Ce vendredi 13, le sénateur souverainiste Richard Tuheiava invite la jeunesse polynésienne au grand théâtre de la maison de la culture où se tiendra un Forum dont l’intitulé est sans ambigüité : « Build me a Nation ». La conférence de presse organisée pour l’occasion a mis l’accent sur la diversité des intervenants du pays, de la région Pacifique et au delà.

Parmi ces derniers, l’ambassadrice itinérante de Fidji, ce qui ne pouvait manquer d’attirer l’attention. Que vient faire cette ambassadrice d’une dictature dans un pays démocratique ? Et, à peine voilé : les « indépendantistes » sont-ils de véritables démocrates ?

Il faut rappeler le contexte de la décolonisation dans la région. La plupart des pays insulaires n’ont pas eu à insister. Contrairement à une certaine « tradition » française, la Grande Bretagne ne s’est pas faite prier. Les modèles du colonisateur n’étaient pas forcément les mieux adaptés à ces peuples, mais pour autan, faut-il les rejeter parce qu’ils cherchent une autre voie ? Fidji a déjà connu la « dictature », elle visait une refonte de la constitution, comme l’actuelle menée par le contre-amiral Bainimarama.

D’abord, sommes-nous bien placés pour donner des leçons, alors qu’une majorité de Polynésiens s’effraient et préfèrent leur statut de colonisés. Sommes-nous vraiment dans une démocratie, nous peuple colonisé ? Non, Fidji n’est pas le diable, et même les Australiens, plutôt chatouilleux sur ce point, renouent doucement le dialogue. Et que dire de l’exemple de la France si fière de sa Révolution. Combien de massacres et de guillotinés pour faire triompher la démocratie ! Rien de tel à Fidji qui a bien droit à un peu de temps pour construire un futur meilleur. Evitons les copier-coller, Fidji n’est pas la Syrie tout de même ! Ce pays attire 600 000 touristes, un chiffre en progression chaque année. A priori, une dictature qui n’effraie pas les touristes, c’est plutôt bon signe.

Rédigé par communiqué du Tavini le Mercredi 11 Juillet 2012 à 05:41 | Lu 1027 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par tauarai le 11/07/2012 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ia orana pai ariirau,

me na he'a oe i tae i ni'a i teie tiara'a polisika ta o'e e e te'oteo nei i teie mahana, ere a naei na te tahi ruau o ta oe e fa'aino noa na ?
e tamarii afa o'e noa tù pai e pa'aeraa maohi ta oe, o vai te maohi i tei mahana ? te taio' nei 'au i ta oe mau papai' a tire ra e haere ra tatou i hi' tei hi'a to tatou tiamaraa ia outou iho te mau tamarii api ?

pärahi

pour mémoire et à notre "jeune" sénateur opportuniste qui s'arrange quand cela l'arrange avec une vraie dictature... le rapport d'amnesty international sur fiji et sa démocratie "touristique".. qu'il demande saux milliers de fijien de souche indienne ce qu'ils pensent de leur exil forcé dans le Pacifique (Nouvelle-zélande, Australie, Hawaii...)

http://www.amnesty.org/fr/region/fiji/report-2012

2.Posté par Karl le 11/07/2012 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fidji, Vanuatu, etc Voilà le genre de modèle de société dans lequel ils veulent nous faire plonger. Nous faire passer de citoyens de la république française à citoyens de république bananière, dépendante entierement du bon vouloir des puissances régionales et surtout des banques internationales. Si c'est pour builder une telle nouvelle nation micro-étatico-insulaire miserable du pacifique sud, merci les gars, je n'en veut pas et je ne pense pas non-plus que notre jeunesse veuille se retrouver demain comme SDF dans les rues froides d'Auckland ou en boat people cherchant une nouvelle patrie d'accueil.

3.Posté par tavararo le 11/07/2012 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quand il s’agit des autres pays du Pacifique qu’il considère comme ami, le tavini huiraatira déborde de zèle et d’imagination abracadabrants pour justifier la dictature « parce qu’ils (les fijiens) cherchent une autre voie » et que cette bonne dictature « visait une refonte de la constitution » ! Si le tavini cautionne l’idée que les pays qui cherchent une autre voie et qui veulent réformer leur constitution doivent passer par une bonne dictature, alors c’est en effet « une vraie leçon de dictature » de la part du tavini. Justifier la dictature fijienne en soutenant que c’est pour le bien des habitants de ce pays est proprement grotesque et irresponsable. Par ailleurs, je suis effaré de constater que les tavinistes se persuadent d’être des « colonisés ». Moi qui suis né et circoncis en Polynésie française, qui ai bourlingué dans tous nos archipels, j’ai vu que les seules personnes en Polynésie française qui se plaignent parfois de leur situation de « dominés » sont les habitants des Marquises et des Tuamotu, à cause disent-ils de la (pré)dominance de Tahiti. Jamais, je n’ai rencontré de Polynésien de base se plaindre de toute forme qui s’apparente à du colonialisme. Mais, il est...

4.Posté par Lux le 11/07/2012 17:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On s'étonne de voir à quel point le Sénateur Tuheiava n'a pas honte de faire la p---.
Aller demander de l'argent à la France en faisant semblant de l'aimer
puis cracher dessus dès son retour au fenua.

5.Posté par IC le 11/07/2012 19:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca craint : comparer la France à Fidji !
Voilà ce qui nous attend, si un jour ils n'y a plus le contrôle de la France : une démocratie dictatoriale à la fidjienne !

6.Posté par grand prix le 11/07/2012 22:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous n'avez rien compris !!! Ce communiqué voulait concourir au grand prix de l'humour politique et je crois qu'il est bien placé pour gagner cet année.
Parce qu'au fait on a ostracisé avec raison l'Afrique du Sud pour sa politique d'apartheid mais on ne dit rien à Fidji où les fidjiens d'origine indienne n'ont pas les mêmes droits politiques que les mélanésiens. Serait-ce parce l'apartheid pratiqué par des noirs est plus acceptable ?

7.Posté par coyote le 12/07/2012 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



La révolution française 1789,.....Le coup d'Etat de Fidji 2006 ....et ils veulent comparer ce qui est comparable HAHAHAHA......

Parlons de la situation des fidjiens indiens, parlons de la banlieue de Otara Auckland Sud, le ghetto maori, les "frères de clive Palmer les aborigènes, la spoliation des terres des natifs d'Hawaii etc etc


8.Posté par Morigaz . le 17/07/2012 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

S'il veut être en accord avec lui même le sénateur devrait reverser ses revenus perçus par " l'état colonialiste" à des mahoi nécessiteux...dans le cas contraire ses paroles ne sont que du vent, du shalala comme on a l'habitude d'entendre de sa part ou de ses collègues!

9.Posté par tauarai le 19/07/2012 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à propos de Fiji et de dictature..
ils se frottent aux "amis" chinois de notre pérézidon et le moins que l'on puisse dire c'est que ca ne se passe pas très bien.

Vu entendu sur Radio Australie

"Récemment, un chef traditionnel des îles Fidji s’est plaint de l’arrivée d’hommes d’affaires chinois qui paient les villageois pour obtenir le droit de pêcher comme bon leur semble.
Ratu Naiqama Lalabalavu vit à Taveuni, sur la deuxième île du pays, Vanua Levu, et il affirme que les Chinois vident la côte et le lagon de ses ressources halieutiques.
L’accusation a été reprise le jeudi 12 juillet 2012 par Graham Southwick, directeur de l’entreprise fidjienne de pêche Fiji Fish Marketing sur l’antenne de ABC Radio Australia. Ecoutez-le tirer la sonnette d’alarme."

Des propos recueillis par ABC Radio Australia et traduits par Frédéric Bénot.

pärahi

10.Posté par anonymouz le 20/07/2012 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne vais même pas m'abaisser à relever l'amalgame lamentable entre la révolution française , la dictature militaire fidjienne et notre situation actuelle , non je vais faire simple en donnant un chiffre que tout le monde peut vérifier : statistiques de l'UNICEF concernant Fidji : revenu brut par habitant par an = 3600 dollars US soit 30000 cfp par mois , et c'est ça que notre cher sénateur prend en exemple pour notre futur ?!

11.Posté par Te Maru no te motu le 25/07/2012 00:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

FIU DE CE PARTI POLITIQUE qui se place en donneur de leçon, alors que si on était indépendant, ce serait le premier a squatter le pouvoir et à se muter en dictature.

Monsieur Temaru, tuheiava et consoeur vous êtes loin d'incarner la justice et le bon côté des choses....
arrêter de vous admirer et regarder autour de vous.
Le pays souffre, et c'est tous ensemble (les trois communauté réunis) que l'on pourras avancer.
see ya les umara

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Sports | SportLive | Parau Ha'uti | OPEN | La video de la semaine | En exclu sur TAHITI INFOS | Faire-parts | Décès | Mieux comprendre | La tribune politique | Expression libre | CCISM | Le savez-vous? | SERVICES | Archives | TIFO, la monarquenovela | programme TV | Evènement | Observatoire des Prix | Tiki