Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Climat: à Alternatiba Paris, des citoyens désenchantés vis-à-vis de la COP21



Climat: à Alternatiba Paris, des citoyens désenchantés vis-à-vis de la COP21
Paris, France | AFP | samedi 26/09/2015 - 15:45 GMT - La COP21, j'en attends pas grand chose", "je ne crois pas que les gouvernements sont prêts à changer le système" : à Paris, les participants au rassemblement Alternatiba, en quête de solutions contre le réchauffement, se montrent très sceptiques sur la grande conférence sur le climat.

"Changeons le système, pas le climat": le slogan s'affiche partout place de la République, où des milliers de personnes sont attendues samedi et dimanche pour échanger sur le thème du réchauffement et réfléchir aux possibles actions à l'échelle des citoyens.

Mais dans la foule des militants et des curieux, rares sont ceux qui pensent que la COP21, organisée du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, va être capable de changer véritablement le modèle énergétique mondial, trop dépendant du charbon, du pétrole et du gaz.

"Je ne pense pas qu'il y aura de grandes décisions lors de la COP21, les gouvernements ne sont pas prêts à s'attaquer à un modèle ultralibéral qui détruit la planète", estime Murielle Collet, 44 ans, salariée d'une association de lutte contre le sida à Paris et bénévole pour Alternatiba Paris le temps d'un week-end.

Avant les concerts du soir, le public déambule au milieu des stands des grandes ONG et de petites associations et participe à des débats: une formule déjà mise en oeuvre dans des dizaines de rassemblements Alternatiba organisés en régions depuis deux ans.

Politique en faveur du vélo, habitat partagé, circuits courts, agriculture durable, fournisseur d'électricité d'origine renouvelable, isolation thermique des bâtiments, sensibilisation à la surpêche, etc. : Alternatiba se veut le village des solutions pour un monde plus écologique et moins gaspilleur.

Une équipe d'Alternatiba a aussi bouclé samedi à Paris un tour de France cycliste de plus de 5.000 km et 187 étapes, pour sensibiliser l'opinion aux enjeux climatiques.



- 'Une façade politique ?' -



De nombreux participants au rassemblement de ce week-end comptent bien se mobiliser en manifestant lors de la COP21, où plus de 40.000 personnes seront accréditées.

Mais ils ne croient pas à un accord international permettant d'atteindre l'objectif affiché : limiter le réchauffement à 2°C, sachant que le thermomètre planétaire a déjà pris 0,8°C depuis l'ère pré-industrielle et que le réchauffement s'accélère.

La conférence climat ? "Ce sera une façade politique, rien de plus", lâche Fabien Roustard, étudiant en sciences de la terre à Jussieu, à la sortie d'un débat. Pour lui, "il faut remettre en cause tout le système et ce n'est pas la COP qui va le faire".

"Qu'ils n'accouchent pas d'une souris !", lance Micheline Coutelan, une retraitée du Val-de-Marne. A la COP21, "il y aura de grandes déclarations, mais est-ce-que ce sera suivi d'effets?", s'interroge-t-elle.

A l'issue de plusieurs années de négociations très difficiles, 195 pays doivent conclure au Bourget un accord international sur le climat engageant l'ensemble des pays de la planète dans la lutte contre le réchauffement.

Dans cette perspective, les pays dévoilent peu à peu leurs engagements qui, à ce jour, sont insuffisants pour contenir la hausse à 2°C, ce qui nourrit le scepticisme à l'égard de leur ambition réelle.

"En plus, les pays s'engagent sur la base du volontariat, cela risque d'être que des annonces médiatiques", craint Bérengère Ameslant, 22 ans, diplômée en design.

Frédéric Vincent, un enseignant-chercheur en astrophysique, pense aussi qu'il "ne faut pas en attendre trop". "Il y aura des progrès, mais il y aura aussi une COP22, une COP23... La COP21 ne va pas tout résoudre".

Pourtant le temps presse. Au cours d'un débat samedi matin, la climatologue Valérie Masson-Delmotte a expliqué que "si l'on continue à émettre autant qu'en 2014, dans 20 ans, nous aurons utilisé tous les gaz à effet de serre compatibles avec une hausse de 2°C".

Rédigé par Noémie Debot-Ducloyer le Samedi 26 Septembre 2015 à 07:06 | Lu 575 fois






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 02:35 A Marseille, les champignons naissent dans le café

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies