TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


"Ce n'est pas ce que je voulais pour mes enfants"




Suzanne Tehei vit dans la rue avec son fils de 17 ans depuis près d'un an, elle doit faire l'aumône pour survivre
Suzanne Tehei vit dans la rue avec son fils de 17 ans depuis près d'un an, elle doit faire l'aumône pour survivre
PAPEETE, le 15 mars 2017 - Depuis près d'un an, Suzanne et son fils Moïse, âgé de 17 ans, errent dans les rues de Papeete. Aujourd'hui, ils dorment sur le terrain devant le centre d'accueil de jour à Vaininiore. Toutes leurs affaires (matelas, table, armoire…) sont entreposées sous une bâche. Mais les services techniques de la commune de Papeete menacent de jeter toute leur vie aux encombrants.

Parfois le sort s'acharne sur certaines personnes. C'est le cas de Suzanne, mais surtout de son fils Moïse 17 ans. La vie ne les a pas épargnés, mais depuis un an, ils vivent un véritable enfer. Suzanne a 53 ans mais elle en paraît dix de plus. Ses cheveux blancs, attachés, sont impeccables malgré son quotidien dans la rue. Suzanne veille à ce que son fils et elle restent propres, à ce qu'ils gardent leur dignité. Moïse, nonchalant, semble être imperméable à ce qui se passe autour de lui. Il obéit au doigt et à l'œil à sa mère, sort deux tabourets verts qu'il trouve sous leur bâche imperméable bleue électrique. D'une voix entrecoupée de sanglots, Suzanne raconte son histoire.

Depuis près d'un an, Moïse et sa mère vivent dans la rue. Ils squattent à droite à gauche et se posent là où ils le peuvent. Depuis dix ans, leur vie n'a eu de cesse de basculer. La première fois, c'est quand Suzanne se rend compte que Moïse a été abusé sexuellement. Moïse et sa sœur Heiariki sont placés en foyer. L'agresseur est envoyé en prison.

Plus tard, en 2011, une affaire éclate dans le foyer de Saint Amélie où est hébergé le jeune Moïse. Des adolescents de foyer ont prostitué les plus jeunes pour se faire de l'argent. L'enfant fait partie des victimes. " Moïse n'avait que 12 ans et il avait déjà été violé quand il était enfant. Tous ses mauvais souvenirs sont remontés avec cette agression", confie Suzanne, les larmes aux yeux. "Depuis il ne veut plus remettre les pieds dans un foyer. Avec mon concubin (qui n'est pas le papa de Moïse), nous nous sommes alors battus pour le récupérer." Mais le mal est déjà fait. Victime par deux fois, l'enfant est traumatisé. Après le jugement de cette affaire, Suzanne récupère son fils qui ne supporte plus d'être placé.


Faire la charité

les gens qu'elle croise lui  donnent des meubles, du linge, un matelas, à la rue, elle est obligée de stocker tout sous une bâche
les gens qu'elle croise lui donnent des meubles, du linge, un matelas, à la rue, elle est obligée de stocker tout sous une bâche
Suzanne tente de reconstruire tant bien que mal une vie avec son nouveau compagnon et son fils à Mataiea dans la maison familiale de son tane. Sa fille, qui est placée, vient leur rendre visite de temps à autre. Ils ont leur fa'a'apu et vendent leurs produits sur le bord de la route. L'adolescent est scolarisé à Papara. Mais en janvier 2016, leur vie bascule à nouveau. Son compagnon est incarcéré à Nuutania pour deux ans pour détention de stupéfiants. " Sa sortie est prévue en 2018, mais il pourrait bénéficier d'une remise de peine et sortir cette année". Elle l'espère.

Après cette incarcération, les frères de son compagnon la mettent à la rue. Suzanne erre quelque temps avec son fils avant de trouver un terrain à l'abandon à Papeete qu'elle squatte. Suzanne fait la manche, "la charité" comme elle dit. Les gens lui donnent matelas, armoire, tabourets et réchaud. "Je suis réduite à faire l'aumône dans la rue. Les gens m'ont donné ce qu'ils pouvaient, des meubles, du linge… tout ça c'est toute une vie, c'est la seule chose qu'il me reste et qui me raccroche à une vie normale. Je n'ai pas d'aides du service social, je ne touche rien du tout. Je vis au jour le jour."

Mais il y a quelques mois, le propriétaire du terrain a récupéré son bien, il a commencé à construire. Suzanne et son fils ont dû partir. Ils se retrouvent aujourd'hui à vivre sur le terrain goudronné devant le centre d'accueil de jour à Vaininiore, à Papeete, leurs affaires sont entassées sous une bâche et ils dorment sur des cartons. Moïse, quant à lui, est déscolarisé depuis un an. Ils sont en attente d'une réponse des affaires sociales. A défaut de mieux, il fait l'aumône avec sa mère, ne la lâche pas d'une semelle. Sauf le soir quand elle dort, il va retrouver ses copains, ou quand la faim est trop forte, il va aux roulottes pour mendier les restes.


Une vie aux encombrants

"Ce n'est pas ce que je voulais pour mes enfants"
Les services sociaux du Pays leurs ont proposé de les accueillir dans un centre d'hébergement, mais Moïse est traumatisé, il refuse de remettre les pieds dans un foyer. Il a trop donné, trop perdu là-bas. Le centre d'accueil de jour est à court de solutions pour Suzanne et Moïse.
Mais le temps presse pour cette mère et ce fils. Suzanne doit trouver un endroit ou déposer ses affaires avant la fin de la semaine, sinon le camion benne des services techniques de la commune de Papeete passera pour tout emmener à la décharge. " À la mairie de Papeete, l'agent technicien m'a dit qu'il fallait trouver une solution. On ne peut pas laisser ces affaires ici. Ça bloque tout. Ce n'est pas joli à voir ", raconte la quinquagénaire au bord des larmes. "Il y a environ 200 sans-abri dans Papeete. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire des exceptions, cela laisserait la porte ouverte à tous les abus", explique-t-on du côté de la mairie. "Nous leur conseillons de se rapprocher des services sociaux du Pays et des centres d'accueil ou d'hébergement qui auront probablement des solution pour eux et pour stocker leurs affaires."

Aujourd'hui Suzanne a peur de perdre les quelques biens qu'elle possède : "C'est tout ce qu'il me reste de ma vie d'avant. Tout ce que les gens m'ont donné de bon cœur est là". Suzanne éclate en sanglots : "ce n'est pas ce que je voulais pour mes enfants. Ce n'est pas ce que je veux. Réussir à entreposer mes affaires me permettra de travailler, de me concentrer pour trouver un travail. Là dès que je pars, je crains que mes affaires soient volées."

Finalement, Suzanne n'attend qu'une chose : la sortie de prison de son concubin. "Avec mon concubin, on veut que ça s'arrête là. Je n'attends qu'une chose c'est qu'il sorte de prison pour pouvoir récupérer notre vie. Avec tout ce que j'ai pu récupérer, on pourra se refaire une maison. On est vieux, tout ce qu'on veut c'est être en paix ", lâche-t-elle, lasse. La pluie s'abat sur Papeete, Suzanne et Moïse courent se réfugier sous une avancée de toit en attendant que la pluie s'éloigne.


Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mercredi 15 Mars 2017 à 05:00 | Lu 27788 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

36.Posté par Miri RAPA le 17/03/2017 08:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a de la place à l'Assemblée de Polynésie encore Française . C'est climatisé , il y a un lieu de restauration , des toilettes et un vaste hall où on peut y mettre des matelas. Ah, il y a aussi un endroit où débattre des Faits de la Société. Avis aux Sans Domicile Fixe de Tous Horizons , (Y) ;) R.Ch

35.Posté par vans le 17/03/2017 06:26 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cest triste de voir sa de nos jours les affaires sociale la mairie le gouvernement faite kelke chose qd mem

34.Posté par Tcheung manoa le 16/03/2017 12:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C''est triste vraiment il y a toujours une solution si elle na pas des familles sur Tahiti si au moins elle retourne sur son île natale sur les Tuamotu elle aura pas de problème Tahiti aujourd''hui sa tout changé il les plus avant

33.Posté par Cool Ruler le 16/03/2017 08:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A Diké P20, je n'aurai pas pu dire mieux ...

Je serais curieux de savoir combien d'argent repart aux sièges des multinationales du culte. C'est peut être ça qu'il faudrait taxer ...
Cela dit, on peut être anticlérical et admettre que les diverses Églises sont souvent en première ligne pour palier aux carences de nos "chers" gouvernants.
Mais bon, Jésus Christ, la caravane passe, et tout le monde ne peut monter dedans. Ou n'est pas invité à le faire :-)

32.Posté par Johnston le 16/03/2017 07:06 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah c'est malheureux..on ne peut pas leur donner au moins une petite maison sociale??allez monsieur le président un petit effort..

31.Posté par teva le 16/03/2017 00:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faudrait faire un impot sur les pauvres...un impot journalier ou on les harcelent....on les bouscule, on les aide pas...un systeme qui rendra impossible qu ils se relevent....un truc ou nous les meilleurs on peut ecraser ces petits....

Il est ou l'esprit du ''haere mai tamaaaaaa" !!! c est bien beau de vouloir du pouvoir messieurs politiques, mais vous perdez les valeurs essencielles Maohi de s'áider et s'aimer...Tellement mieux de projeter des Iles flottantes...

30.Posté par Hina le 16/03/2017 00:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A cause de cette 'administrativ-attitude', si je peux me permettre du terme, les familles ne veulent plus continuer dans leurs démarches... C'est pourquoi je n'utiliserai pas le terme "assistanat" car certaines familles ont besoin d'une simple assistance, avec des mots simples et claires et si possible en tahitien pour certaines familles...
Si je parle de cette "administrativ-attitude" c'est bien en connaissance de cause...

29.Posté par Hina le 16/03/2017 00:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je dis MERCI à toutes les personnes qui leur ont apportés de l'aide...
Ils ont juste besoin, peut-être pas d'assistanat mais d'un accompagnement, d'une assistance de personnes compétentes pour les orienter dans les démarches à suivre pour une aide auprès des affaires sociales, les affaires foncières pour savoir si elle n'aurait pas une petite parcelle de terre familiale...
Cette famille vit dans la rue ... elle n'a aucun apport financier convenable pour effectuer les démarches. De plus, ce n'est pas une généralité, mais dans certaines administrations accueillent mal les familles telle que la sienne qui peinent à parler correctement français. Certaines familles sont remballés...

28.Posté par Hina le 16/03/2017 00:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le fils a été abusé depuis son plus jeune âge donc traumatisé... La mère refait sa vie mais avec un 'délinquant' qui est incarcéré. Elle n'a qu'une seule espérance : voir le jour de sa sortie de prison pour pouvoir rebâtir un foyer ensemble...
Je ne peux pas juger leur mode de vie...
Ils étaient agriculteurs, En Polynésie, il ne faut pas se leurrer, le petit "Tetuanui, sans diplôme, sans expérience pour pouvoir évoluer financièrement, voit en la culture du PAKA, un moyen "facile" mais risqué d'améliorer sa condition de vie quotidienne financièrement parlant... C'est une réalié : il y en a tellement qui récidive.

27.Posté par Hina le 16/03/2017 00:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je remercie effectivement TAHITI INFOS de s'être intéressé à cette mamie et son fils... J'espère que l'article interpellera le gouvernement et la municipalité de Papeete ou d'autres généreux donateurs...
Je suis désolée pour la quinquagénaire... désolée pour son fils de 17 ans... désolée que ni la municipalité de Papeete, ni le Gouvernement, ni les Affaires Sociales ne peuvent leur venir en aide...

26.Posté par Diké le 15/03/2017 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Détail à ajouter pour les personnes qui souhaiteraient aider Suzanne et/ou son fils; Elle se trouve souvent Avenue Prince Hinoi, dans le sens Vaiete-->Papeava, avant le feu de "ESSOR" au niveau de la pizzeria, avec son panneau à la main..... Ce message ne s'adresse évidemment pas à" Fiu", bien sûr... qui n'a pas complétement tort, mais qui devrait se méfier, rien n'est acquis dans la vie, rien n'est définitif..; "sic transit gloria mundi"...

25.Posté par Lilou le 15/03/2017 19:09 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils ne peuvent pas faire ce qu'ils veulent et font avec les moyens qui leurs sont donnés. Alors oui,il y a peu de moyens mais s'il faut taper sur les.doigts de quelqu'un c'est bien le gouvernement dont les préoccupations principales ne se

24.Posté par Pathétique le 15/03/2017 17:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec le post 1 le Vieux. Nos élus sont de droite mais leurs politiques sont basées sur l'assistanat de la France. Les plus aisés se donnent bonne conscience en embauchant une femme de ménage (souvent au black) ou en achetant des mape à des pauvres ombres. Et on va dire qu'il ne faut pas encourager l'assistanat alors qu'on a l'une des productivité les plus médiocres au monde, le tout financé sur fonds publics. C'est pathétique.

23.Posté par Fiu le 15/03/2017 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pas moi... déjà trop de social...

22.Posté par emere cunning le 15/03/2017 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A diviser pour mieux régner, voilà à quoi ça nous aura mené. Trop injuste, de quoi avoir la haine.

21.Posté par Diké le 15/03/2017 16:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Raerae hétéro, il n'y a pas besoin d'augmenter les impôts. D'où vient l'argent pour acheter les terrains et batir les "superbes" temples des soit disant églises et sectes qui prospèrent ici? Des centaines de terrain depuis 30 ans. Encore un nouveau récemment avant le stade Canivet à Faa'a. Il y a là un gros problème fiscal et politique. On coupe tous les arbres on bitume pour un immense parking, pour garer les gros 4X4, et on batit une horreur architecturale pour des centaines de millions. Pour défendre la cause de Jésus qui n'avait même pas un âne! Mormons, Saints derniersjours, Témoins deJéhovah, des milliards, versés tous les mois sur leur paie et qui alimentent un circuit financier vers les USA..C'est cela que voulait "Jésus"??? de l'argent il en arrive environ 190 milliards chaque année de France. C'est très facile de savoir comment il est dépensé. Dex incapables, des corrompus, des malhonnêtes.

20.Posté par Diké le 15/03/2017 16:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et ce clochard, noir de crasse qui dort boulevard Pomaré dans l'entrée d'un immeuble depuis des lustres à côté du "Musée de la Perle"? Vous ne croyez pas que la Mairie pourrait le ramasser de temps en temps, le faire se laver. Il n'a plus toute sa tête, et alors? ce n'est pas un chien. C'est à moi, particulier, de l'aider? (comme je le fais parfois, par pitié) . En France, il y avait autrefois, avant les années socialos, les "Bleus", craint par les sdf car le ramassage signifiait nettoyage mais aussi possibilités d'être aidé. Quant aux 200 qui dorment dans la rue, c'est sous estimé, car combien sont hebergés par charité par leur famille ou des amis? Il y a des terres , il pourrait y avoir de nouveau une campagne de construction de fares type "MTR" pour re-enraciner les gens sur leurs iles d'origine. cela me brule de créer un parti politique!!!!!!!!!!!!!!!!

19.Posté par Diké le 15/03/2017 15:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

D'accord avec"Le Vieux" et avec Toriki. Des milliers d'hectares, partout, à occuper et à travailler.. et toujours des milliers d'hectares de cocoteraie à régénerer, le coprah , cela paie! et du travail, il peut y en avoir.. il faudrait juste une volonté politique. Mais les "sans-dents ", on n'en a rien à foutre ici. je veux dire les élus. De nouveau merci au père Christophe et aux organisations religieuses qui s'occupent d'eux. De l'argent IL Y EN A. Quid des 720 millions que le port autonome destine à RE aménager le jardi du rond-point J Chirac... etc à suivre..

18.Posté par raerae hétéro le 15/03/2017 15:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut augmenter les impôt pour aider les pauvre
Qui vote pour bande d’hypocrite?

17.Posté par Paenaoutou le 15/03/2017 13:13 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De voir certain qui se bat et d'avoir tout ce qu'on veut.La vie n''est pas gratuit mais mama a pure te atua, nana e a tauturu ia uru'a ! Parau tu i ta oe tama'iti, iè a'apa'o, apae noa to outou ara i rapae, a mana'o maita'i to outou orara'a.

16.Posté par Chaval le 15/03/2017 13:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"le camion benne des services techniques de la commune de Papeete passera pour tout emmener à la décharge. " À la mairie de Papeete, l'agent technicien m'a dit qu'il fallait trouver une solution. On ne peut pas laisser ces affaires ici. Ça bloque tout. Ce n'est pas joli à voir " Ce qui n'est pas joli à voir ce sont ces pauvres personnes à la rue et l'inaction du Maire Buillard, l'inaction du gouvernement qui n'a pas honte de tous ces malheureux qui n'ont pas un toit et qui mendient , belle image qui est donnée aux touristes qui croient arriver au paradis sur terre, les services sociaux font ce qu'ils peuvent mais avec quels moyens ? Et quand je lis :"Ne t'inquiète pas , Oscar se bat pour ta souveraineté et tu aura a manger tous les jours grâce a l'ONU" C'est du second degré Puipui ?

15.Posté par Lebo RORO le 15/03/2017 13:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lebororo
Triste pour cette famille; elle mériterait un peu plus du Gouvernement.

14.Posté par Fiu le 15/03/2017 13:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Triste mais en même temps, on ne tombe pas dans la misere du jour au lendemain. Qe faisit cette personne avant ? Que fait elle avec un trafiquant de drogue ? Pourquoi pense t elle que son avenir est avec cette racaille ?
La première chose que son mec fera en sortant c'est de retourner a la delinquence au lieu de bosser...
fiu... Au boulot..

13.Posté par Herehau le 15/03/2017 13:01 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le RSA est bien sous condition que les bénéficiaires recherches un job et soient actifs dans un contrat à mi tps où à tps partiel par les ets locaux pr n importe kel activités pr compensés les caisses d aides du territoire, et être autonome ...

12.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 15/03/2017 12:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo au posts 1 (Le Vieux) (Et à Tahiti-infos de l'avoir publié), d'avoir osé ces trois lettres : RSA hahahaha
A post 5 (lecommentateur) qui dans l'anonymat qui lui sied, a le courage de blaguer sur le non-DROIT au RSA et qui précise qu'il n'est pas fonctionnaire comme pour s'excuser hihihihihihihi
Voici un petit article sur un des aspects du sujet : http://www.leparisien.fr/vie-quotidienne/argent/prestations-sociales-des-milliards-d-euros-non-distribues-14-03-2017-6759765.php (titre : "Prestations sociales : des milliards d'euros non distribués) hohohohoh rollstahiti@gmail.com

1 2
Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance