Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


CHPF : l'ancien directeur obtient raison en justice face au Pays



L'ancien directeur du CHPF, Christophe Bouriat, a obtenu l'annulation de son arrêté de fin de fonction anticipée devant la justice administrative.
L'ancien directeur du CHPF, Christophe Bouriat, a obtenu l'annulation de son arrêté de fin de fonction anticipée devant la justice administrative.
PAPEETE, 12 octobre 2016 - Le tribunal administratif de Polynésie française a annulé l’arrêté du 15 janvier 2016 qui avait constaté la fin de fonction avec 6 mois d’anticipation de Christophe Bouriat, l’ancien directeur du CHPF.

Alors que le nouveau directeur du Centre hospitalier territorial, René Caillet, prendra ses fonctions le 2 novembre prochain à la tête de l’établissement du Taaone, le tribunal administratif vient d’annuler, mardi, l’arrêté du Conseil des ministres qui avait mis fin par anticipation à la fonction de son prédécesseur, Chritophe Bouriat. Le Pays a 3 mois pour engager un éventuel appel sans caractère suspensif.

L’intéressé est aujourd’hui fondé à réclamer le versement des rémunérations qui lui sont dues de janvier à avril 2016, date de sa réintégration effective à la tête d’un autre établissement hospitalier, en métropole. Il a également la capacité d’engager un recours indemnitaire.

"Les postes des emplois fonctionnels, on sait qu'il peut y être mis fin de manière brutale, c'est une chose", explique François Mestre, l'avocat de Christophe Bouriat, à propos d'un possible recours indemnitaire. "Maintenant le motif retenu par l'arrêté annulé portait atteinte à sa probité et à sa conscience professionnelles. Un des motifs a fait l'objet d'un signalement au parquet en vue de poursuite pénale (...) avec les incidences que ça présente puisqu'il a été obligé de rendre des comptes à son administration d'origine".

Christophe Bouriat, fonctionnaire hors classe, avait été détaché auprès du CHPF en qualité de directeur pour une durée de deux ans à compter du 18 août 2014.

Visé par une enquête administrative et sanctionné, dès mai 2015, pour "perte de confiance", après le recrutement contesté de son épouse à un poste d’encadrement technique, il avait été débarqué début août de la même année, tout en conservant le bénéfice de sa rémunération en attendant son reclassement à un poste équivalent ou au plus tard jusqu’au le 17 août 2016.

Son ministère de tutelle lui reprochait d’avoir "agi avec une légèreté fautive en recrutant son épouse dans des conditions irrégulières et en l’absence de besoin avéré et de transparence (…)", la rémunération indexée de Mme Bouriat faisant "supporter une charge excessive par le CHPF qui se trouve dans une situation financière contrainte".

Parallèlement à cette "action disciplinaire", une plainte avait même été déposée à l’encontre de l’intéressé, en vue de l’ouverture d’une procédure pénale, pour le délit de prise illégale d’intérêt. Le parquet de Papeete l’a classée sans suite le 11 juillet 2016. L’enquête a mis en évidence des "défaillances importantes" dans les procédures de contrôle et de recrutement du CHPF.

Christophe Bourriat aura été rémunéré normalement jusqu’en décembre 2015, bien que remplacé à la direction de l’hôpital. Il n’a été reclassé qu’en mai 2016 par son administration d’origine.

Mais entre-temps, l’arrêté de fin de contrat pour "faute grave", annulé mardi, avait été prononcé à son encontre le 15 janvier 2016. Le Pays défendait qu’il s’agissait d’un acte recognitif, entérinant des décisions antérieures, le tribunal administratif y voit "un prétexte élaboré a posteriori afin de soustraire le CHPF à l’application de la loi" imposant à l’établissement la charge de la rémunération de Christophe Bouriat au plus tard jusqu’au 17 août 2016.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Mercredi 12 Octobre 2016 à 13:38 | Lu 2665 fois






1.Posté par Voyageur le 12/10/2016 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sur le territoire, toujours très fort pour "virer" les gens (surtout les popa'a...) mais en le faisant mal et après condamné à verser des indémnités ...hahahaha. Vraiment que des amateurs dans l'administration...

L'ancien directeur, lui, a gagné (le pactole) et à bien eu raison !


2.Posté par mathius le 12/10/2016 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Est ce que le Pays va faire appel? Histoire d'être logique dans ses décisions, sinon cela respire le pas très clair à lire cet article.

3.Posté par Pascal ALBERT le 12/10/2016 16:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que montre l'article , c'est l'amateurisme juridique des services de la Polynésie, c'est un problème de forme.

Le jugement du TA ne se prononce pas sur le fond, c'est à dire sur les faits reprochés au directeur.

4.Posté par mathius le 13/10/2016 06:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@pascal Albert, c'est justement pour cela que je doute des juristes du Pays car ce genre de plaisanterie est trop répétitive. Est qu'il y aurait pas du copinage ? Cela mériterait minimum une enquête administrative pour déterminer les responsabilités des uns et des autres. Si aucune enquête à lieu c'est un aveu du gouvernement qui le fait exprès pour favoriser pécuniairement celui qu'il veut virė, pour des raisons de secret dans le secret.

5.Posté par simone grand le 13/10/2016 07:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gaspillage par ci, copinage par là, ce n'est pas avec ces actions-là que notre société sortira de l'ornière

6.Posté par Honey well bulle le 13/10/2016 10:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut juste se rappeler du contexte de ce licenciement et séparer la version officielle de la version officieuse. Quoiqu'il en soit le déclencheur de cette gabegie est toujours le même : Patrick Howell. Partout où il passe (Santé, CHT, ILM etc...) ce n'est que désolation. Encore un "responsable" mais pas "coupable", Il n'est pas très difficile d'être décideur à ce niveau. On peut imaginer le sort de la Polynésie s'il était élu au Palais Bourbon.

7.Posté par taramea le 13/10/2016 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n'y as pas de copinage dans cette affaire, c'est un problème de personne, je ne t'aime plus, je te vire, sans respecter le contrat qui lie le Pays à la personne, et sans respecter les procédures règlementaires avant de faire quoi que ce soit. Continuez comme çà, et il y aura de nouvelles taxes, ou des augmentations d'impots à mettre en place pour payer les conneries de ces catégories A de la FPT.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance