Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Bruno Barrillot : "Priorité aux victimes !"



Bruno Barrillot : "Priorité aux victimes !"
PAPEETE, le 15 août 2016 - En juin, le président de la Polynésie française a demandé à Bruno Barrillot, spécialiste du nucléaire,
de reprendre en main la délégation au suivi des essais nucléaires, créée en 2005, dont il avait été évincé en 2013.


Vous venez de réintégrer la délégation au suivi des essais nucléaires. Quand le président de la Polynésie française vous l'a proposé, avez-vous accepté tout de suite?


Quand je l'ai appris, j'ai demandé l'avis des principaux partenaires et notamment des associations de défense des victimes des essais nucléaires. Je crois que le rétablissement de la délégation faisait partie depuis quelques temps des points de revendications de l'association 193. Les associations m'ont toutes donné leur accord. C'était quand même important pour moi car, il y a un an et demi, l'Assemblée de la Polynésie française m'avait sollicité pour une commission. A cette époque, j'avais eu l'impression que c'était lié à un débat politique interne aux autonomistes entre le Tahoeraa et le camp d'Edouard Fritch donc à ce moment, j'étais beaucoup plus hésitant car je ne voulais pas être l'otage d'un débat politique.

Selon vous, aujourd'hui, les choses ont changé?

À partir de cette année, le contexte politique est un peu différent. Il semble qu'il y ait quand même un consensus assez large du côté du gouvernement, de la majorité de l'Assemblée et des associations. Je sens aussi que nous avons le feu vert du côté de l'Élysée. Le Président, lors de sa visite au mois de février, a fait des annonces : il a reconnu les conséquences du nucléaire sur la santé et l'environnement. Compte tenu de cela, je pense que la délégation et les revendications pour faire reconnaître les droits des victimes ne sont plus un obstacle vis-à-vis de l'État. C'est la première fois qu'un Président se prononce aussi clairement. Est-ce qu'il fallait attendre plus ? Je n'en sais rien. De plus, François Hollande soutient le fait que l'histoire des essais nucléaires et leurs conséquences soient transmises aux nouvelles générations. Nous avons quasiment des feux verts un peu partout. Reste maintenant à les mettre en application. Il va probablement falloir insister. On voit déjà qu'ils n'ont pas pris l'ampleur des risques que les Polynésiens ont encourus. Le fameux décret de juillet le prouve : on est loin d'arriver à une véritable reconnaissance.

Est-ce aussi le but de cette délégation?

Lors de la réunion au ministère de la Santé à Paris en juillet, tout le monde a été invité à donner son point de vue. Sur ce projet de décret, il n'y a pas eu vraiment de projet de concertation entre tous les gens concernés. C'est pour cette raison qu'il est temps que l'on mette en place le Coscen pour qu'on ait un point de vue unanime. C'est toujours ce qui a manqué par le passé lorsque j'étais à la délégation. J'ai eu plusieurs occasions d'aller discuter des projets avec les différents ministres de la Défense. Ils m'ont toujours dit qu'il fallait d'abord commencer par se mettre d'accord entre Polynésiens. Chacun venait à son tour faire ses récriminations pour l'indemnisation, le remboursement des frais… A Paris, ils étaient trop contents de voir qu'il n'y avait aucune unanimité, ni même un point de vue commun! Ainsi, on laissait traîner les affaires… Aujourd'hui, c'est important que, politiquement, il y ait un consensus dans les relations vis-à-vis de l'État sur ce dossier nucléaire.

Pensez-vous y arriver avec cette délégation?

C'est en tout cas dans la perspective. Quand j'ai été recruté, j'ai dit à mes interlocuteurs qu'il était important que les forces vives, société civile, politiques et associations, soient informées des décisions à prendre par rapport à l'indemnisation, au remboursement des frais médicaux ou encore au suivi des dossiers environnementaux. Par exemple, sur l'avenir de l'atoll de Hao, sur ce qu'on va faire par rapport aux risques d'effondrement de Moruroa… Et puis, le gros dossier sur lequel j'insiste beaucoup, qui faisait partie des annonces de François Hollande, c'est bien entendu le centre de la mémoire. Il faut que les générations suivantes puissent connaître le déroulement de ces 30 ans d'essais nucléaires dans leur pays.

Quelles vont être vos missions?

Ma priorité est d'avancer sur les droits des victimes. Cela fait partie des actions principales sur lesquelles il faudra travailler, non seulement avec les responsables du Pays, mais aussi avec les associations. Je me suis toujours battu pour ça : priorité aux victimes! Après, il y a aura aussi la question environnementale. Moruroa, tout le monde sait que c'est un atoll perdu pour des activités humaines pour des siècles et même peut-être des millénaires.
Il faudra voir comment gérer cela. Aussi, il y a tout le dossier de Hao. Ma mission sera de voir comment on réhabilite cet atoll des dégâts causés par la présence du CEP, car il y a encore toutes les terres contaminées et les traces de plutonium qui restent sous la zone de décontamination. Je pense que c'est quelque chose d'extrêmement grave. Sur un atoll, où il y a une population civile qui y habite et où il y a aura des activités industrielles, il n'est pas pensable qu'on laisse des matériaux contaminés. Mais ce n'est pas gagné car ce sont des procédures complexes. L'essentiel c'est de pouvoir décontaminer complètement l'atoll de Hao. Et puis aussi, il y a un dossier sur lequel je travaille depuis longtemps, qui est le centre de la mémoire avec tout le programme témoins de la bombe. A l'Elysée, on m'a dit que ce dossier correspondait à l'annonce de François Hollande faite en février. Maintenant, il faut mettre ça en route.

Combien de temps va durer votre travail à la délégation ?

J'ai accepté cette mission à condition que je puisse former un successeur polynésien. Je souhaite que la relève puisse être prise d'ici quelques mois ou un an. C'est une condition importante car je tiens absolument à ce que ma présence et mon travail à la délégation soient conçus de manière provisoire pour assurer le relais.

Un référendum local : union ou division ?

Quand à la mise en place d'un référendum local sur la question du nucléaire, Bruno Barrillot reste réservé. Pour lui, ce n'est peutêtre pas la bonne méthode à employer: "Nous avons déjà recueilli 45 000 signatures, que veut-on de plus? Pour organiser un référendum, il faut qu'il y ait des gens pour et des gens contre. J'imagine assez peu des personnes qui pourraient se battre pour s'opposer à un référendum sur la question des essais nucléaires. Un référendum demande de choisir entre le oui et le non, donc c'est diviser la population. Ce sont des choses qui mériteraient d'être réfléchies."

Crime contre l'humanité, bonne ou mauvaise initiative ?

Dimanche dernier, à l'occasion de son 132e synode, l'Église protestante mā'ohi a annoncé son souhait de poursuivre l'Etat français pour crime contre l'humanité. Bruno Barrillot se réjouit de cette décision : " Cela fait plus de 50 ans que l'on parle de crime contre l'humanité. En 1964, le député John Teariki est intervenu devant l'Assemblée et a dit : "Avec vos essais nucléaires, vous allez provoquer un génocide en Polynésie française!" Le lendemain, le ministre des Armées a répondu qu'il était inadmissible de parler de génocide, ce qui n'est pas sans rappeler la réponse du haut-commissaire cette semaine. Je pense que c'est un débat intéressant. Je pense qu'aujourd'hui, il faut réfléchir de manière globale avec d'autres représentants des victimes des essais nucléaires. Il ne faut pas seulement pointer du doigt les responsables français mais aussi ceux des autres États qui ont mené des essais nucléaires : la Chine, la Russie, les États-Unis…"

Rédigé par Amelie David le Lundi 15 Août 2016 à 18:00 | Lu 3052 fois







1.Posté par Chaval le 16/08/2016 09:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est bien qu'une responsable désigné soit chargé de régler les problèmes et les conséquences du nucléaire sur la santé des Polynésiens, c'est une bonne chose, mais je trouve que Mr Barillot aurait du condamner les déclarations de l'Eglise protestante ma'ohi, "crime contre l'humanité" c'est excessif et complètement hors sujet, il faut savoir ce que l'on dit et ne pas parler en négligeant la véritable portée des mots. Il y a des problème de santé soit, mais parler de crimes contre l'humanité c'est ne pas savoir ce que l'on dit, c'est de la manipulation de qui l'on sait.

2.Posté par simone grand le 16/08/2016 11:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà un beau programme où le volet "ionisant" et "environnement" est abordé de manière sereine il me semble.
Donc faaitoito
Pour ma part, je me demande si un volet "déresponsabilisation et infantilisation" ne pourrait pas être ajouté. Les discours où l'on dit aux gens: "comptez-sur moi" = "ti'aturi mai" particulièrement en vogue durant la période nucléaire devraient évoluer vers: "ensemble, nous allons nous en sortir." Donc allons vers la responsabilisation. Il est quand même choquant que des personnes s'endettent et bossent toute leur vie pour s'offrir un terrain et une maison pendant que d'autres n'ont qu'à se plaindre et ça finit par arriver.

3.Posté par emere cunning le 16/08/2016 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

« Ils m'ont toujours dit qu'il fallait d'abord commencer par se mettre d'accord entre Polynésiens. Chacun venait à son tour faire ses récriminations pour l'indemnisation, le remboursement des frais. A Paris, ils étaient trop contents de voir… » et blablabla.
Ce type (tout comme Régnault pour la révision du procès de Pouvanaa) profite du malheur des autres et fait le jeu de la France en parlant de la sorte. DEPUIS LE TEMPS, nous devons nous rendre à l'évidence que Paris se moque des victimes. Hollande, Sarko et toute cette clique nous baladent, ils n’ont besoin ni de comité ni de personne pour savoir ce qu’ils ont à faire pour que ces dossiers aboutissent ENFIN. Ils nous prennent pour de sombres idiots POUR NE PAS CHANGER.

4.Posté par emere cunning le 16/08/2016 13:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Chaval,
Ouais, "c'est une bonne chose"... "MAIS (et que je me regarde le pito) il aurait du condamner l'Eglise...et blablabla". "Il y a des problèmes de santé soit, MAIS (et rebelote mon beau pito) parler de "crimes c/ l'humanité... et blablabla". Toujours vous, encore vous, et rien que vous.
Qui manipule qui ??? Avez vous seulement une petite idée de vers quoi nous cheminons ???
CONTINUEZ COMME CA...

5.Posté par Chaval le 16/08/2016 15:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Emere, vraiment ou tu le fait exprès ou tu as été contaminée, finalement tout le monde a tort, tu es la seule à détenir la vérité. Je répète de nouveau, tu es traumatisée depuis la mise en retrait de Flosse, tu en veux au monde entier. Qu'elle était ton opinion sur l'Etat Français quand Gaston Flosse (que j'ai toujours défendu pour ce qu'il a fait pour le pays) était président ?
Tu traines avec toi une grande rancoeur, tes analyses elles sont contaminées.

6.Posté par Cool Ruler le 17/08/2016 08:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A P5, Emere est la fille de Gaston Flosse. Je sais que la décence commanderais de la jouer neutre, voire de faire profil bas, soyons fous :-) Mais bon, la pomme ne tombe pas loin de l'arbre, et tu peux mesurer le degré d'humilité familiale, à la hauteur de cette caste qui a régné sans partage sur le fenua pendant plusieurs décennies. Quant à tout ce qu'il a fait pour le pays ... faut ouvrir les yeux, tout n'est pas noir mais bon, faut pas pousser Mémé dans les orties non plus :-)
J'ouvre le parapluie, la bile ne devrait pas tarder à pleuvoir ...

7.Posté par Chaval le 17/08/2016 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Cool Ruler, quand je dis ce qu'il a fait pour le pays je mets en avant quelque d'avancées comme ATN et TNTV par exemple, ça a tout de même été un progrès pour notre pays, il est sur que le GIP et autres barbouzes c'était pas non plus à mettre au côté positif de son action, mais il est bien entendu que comme tout homme politique qui se respecte quel que soit son bord, il s'en est mis dans les poches comme tous l'on fait avant et après lui. Il a eu sa cour comme tous les autres, ne lui jetons pas la pierre car comme disait Jésus : "Que celui qui n'a jamais péché...
Au fait quel est le président du pays qui recevait les gens dès six heures du matin (si ce n'est avant) à la présidence ?

8.Posté par Cool Ruler le 18/08/2016 08:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A Chaval, j'ai bien précisé que tout n'était pas noir. Je retiendrai surtout son charisme et son côté travailleur qui n'est sans doute nié par personne. Maintenant, avec les appuis financiers et politiques dont il a disposé, et quand je dis appui financier, c'est plutôt les chutes du Niagara, j'ai honte pour lui de voir le Fenua dans cet état. Soyons clair, le corruption, le clientélisme, le populisme qu'il a encouragé sont en grande partie la cause de la plupart des dérives observées aujourd'hui, et on peut dire que ses élèves, en dépit de leurs efforts répétés, n'ont toujours pas dépassés le maître. Il y a tant de choses à citer qu'on pourrait en faire une encyclopédie. Quant à recevoir les gens à 6h du matin, je te dirai juste : en échange de quoi ... ?

9.Posté par Chaval le 18/08/2016 08:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Cool Ruler, trouves-tu anormal que le Président recevant les gens tôt le matin afin de les écouter et de tenter de résoudre leurs problèmes, trouves-tu donc anormal qu'il n'attende pas en retour une voix ? C'est humain, tous les hommes politiques en passent par là, donner c'est également recevoir, de tout temps il en a été ainsi. Seul Jesus donnait par amour, personne ne peut être "un" Jesus. Les apports financiers ? ( oui, il y a eu des fuites quelque part). Bien sur c'est ainsi, ce n'est pas en plantant du noni qu'un pays comme le notre peut vivre, la France donne logiquement pour aider à son développement, santé, éducation, tourisme, travail etc...sans argent on fait quoi ? Doit-on vivre en autarcie ? L'intérêt personnel prévaut chez nous hélas.

10.Posté par Cool Ruler le 18/08/2016 14:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Anormal que le plus haut responsable du Pays reçoive les gens tôt le matin pour écouter leurs doléances ? Oui dans le sens inhabituel, mais cela serait la preuve d'une rare empathie, voire d'une humilité bien rare dans le monde politique. Mais ça fait belle lurette que je ne crois plus au Père Noël, celui des enfants, comme celui des adultes (couramment appelé Jésus ou Dieu) et comme tu le soulignes fort bien, il y a un retour en attente, et on est plus dans le même registre. J'aimerais bien que tu m'expliques la différence entre ça et le clientélisme... En gros, pour toi les chutes du Niagara sont une fuite, hum, bon, question de point de vue j'imagine. Sinon, je suis d'accord avec la fin de ton post, sauf que je ne m'y résigne pas. Disons que je trouve ça anormal :-)

11.Posté par emere cunning le 18/08/2016 22:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Chaval (p 5),
quant à toi, c'est sûr que t'as pas été contaminé (pour revenir à l’article). NOT CONCERNED !
Et inutile de te fatiguer, je ne suis pas dupe.

12.Posté par emere cunning le 18/08/2016 22:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ cool ruler,
PAS PLUS CONCERNE, mais comique à mourir de rire. "J'ai bien précisé que tout n'était pas noir" !!! Et deux lignes plus loin : "soyons clair, la corruption, le clientélisme, le populisme et BLABLABLA". Chassez le naturel, il revient au galop... et que je te repeins tout en noir ! Ola, tu vas mieux là ? T'as pris ton pied au moins ?
Vous êtes indécrottables, APRES VOUS ET VOTRE PITO, L'AUTRE N'EXISTE PAS S’IL N’EST A VOTRE (TRISTE) IMAGE. Vous feriez peut-être mieux de rentrer chez vous avec vos papas noël qui vous ressemblent, de quoi retrouver un peu de sérénité.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance