Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Blocage de la route traversière : la famille Bennett jusqu'au bout en appel



Depuis 2008, l'accès au lac de Vaihiria est devenu quasi impossible en raison du blocage de la route traversière depuis Mataiea. La situation perdure encore aujourd'hui malgré les décisions de justice.
Depuis 2008, l'accès au lac de Vaihiria est devenu quasi impossible en raison du blocage de la route traversière depuis Mataiea. La situation perdure encore aujourd'hui malgré les décisions de justice.
PAPEETE, le 24 mars 2016 - Condamnée en 2015 par le tribunal correctionnel pour entrave à la circulation et extorsion de fonds, la famille Bennett était de retour au palais de justice, ce jeudi en appel. Le parquet général a requis la confirmation de la condamnation alors que la famille se trouve depuis sous le coup d'une procédure d'expropriation. Délibéré le 30 juin.


S'estimant propriétaires d'un bout de terrain, le terrain Hinano, sur lequel passe la route traversière menant au lac Vahiria, côté Mataiea, les Bennett empêchent depuis plus de dix ans la libre circulation des personnes et des véhicules dans la vallée. Portails sauvages, chaînes cadenassées, impossible de passer sans se soumettre à leur bon vouloir. La société Marama Nui, qui doit emprunter la route pour assurer la maintenance de sa centrale hydraulique, avait décidé de signer la fin de la récréation en déposant plainte contre les empêcheurs de circuler librement après des incidents, en 2011, entre leurs équipes et les irréductibles.

Les gendarmes avaient dû intervenir à de nombreuse reprises pour faire libérer l'accès, une pétition avait rassemblé plus de 200 signatures de propriétaires de terrains dans la vallée, furieux d'être empêchés d'aller chez eux, sans compter les multiples plaintes pour racket : la situation se débloquaient parfois, mais en échange de quelques billets de 1 000 francs.

La question de la propriété "ne devrait même pas se poser" pour le parquet et la partie civile

Condamnés en 2015 à des peines comprises entre 8 et 12 mois de prison avec sursis pour entrave à la circulation et extorsion de fonds, les consorts Bennett avaient fait appel. Examiné ce jeudi par la cour, le dossier n'a été qu'une redite du procès qui s'était tenu en première instance. Sur la base de deux décisions de justice en leur faveur, que la famille Bennett interprète comme une reconnaissance de leur droit de propriété, ce qui est contesté, la route fait toujours l'objet de blocages sporadiques. La solution pourrait venir de la procédure d'expropriation qui vient de s'achever et acceptée sur le principe par les Bennett.

Mais, comme ils n'ont pas manqué de le relever à l'audience, dans un discours parfois confus, les indemnités ne leur auraient toujours pas été versées et la procédure aurait oublié de prendre en compte l'une des trois maisons érigées par la famille sur le lopin de terre de tous les enjeux. "On ne peut pas laisser le portail ouvert tant qu'on a pas touché l'argent" a lâché Laetitia, la maman, qui jure que la famille a mis de l'eau dans son vin et que "si la chaîne est toujours en travers de la route, il suffit de venir nous voir pour qu'on ouvre".

Du côté de l'avocat de la partie civile, Me Quinquis, dans les intérêts de Marama Nui, comme du côté du parquet général d'ailleurs, la question de la propriété, ou pas, du terrain Hinano ne devrait même pas se poser. Un arrêté de 1932, du temps des Etablissements français d'Océanie, stipule que toutes les voies carrossables et même les sentiers remontant ou descendant des vallées sont des chemins vicinaux d'utilité publique et que la circulation doit y être libre peu importe qu'ils soient privés.

Pour la défense des consorts Bennett, assurée par Mes Algan et Lau, le texte est aujourd'hui obsolète et même anticonstitutionnel puisqu'il s'opposerait au caractère inaliénable de la propriété, considérant un arrêt de la cour d'appel de Papeete de 2011 en faveur des Bennett et qui, justement, reconnaissait ce chemin comme une voie privée.

La cour d'appel s'est donnée jusqu'au 30 juin pour démêler cet imbroglio qui dure depuis plus d'une décennie dans sa phase "moderne", mais qui suscite tensions et crispations depuis bien plus longtemps encore. En attendant, le lac Vaihiria, considéré comme l'un des sites les plus remarquables de Tahiti, situé au cœur de l'île, reste pacifiquement accessible par Papenoo, à l'est.



Rédigé par Raphaël Pierre le Jeudi 24 Mars 2016 à 17:31 | Lu 3222 fois







1.Posté par Hiro le 25/03/2016 07:22 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore une fois un petit groupe pourrie la vie de tout le monde...personne peut profiter de ce lac magnifique...c est un honte..

2.Posté par Mathius le 25/03/2016 11:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le parquet est plus que trouble dans cette histoire, et le garant de la légalité fait semblant rien voir.
Pourquoi?

3.Posté par Fiu!!! le 25/03/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme d'habitude quelques "individus" dont les variations mentales balancent entre le pito et le moni, embêtent tout le monde et bafouent la loi et l'intérêt public, en (presque) toute impunité depuis dix ans.

Bonne pub pour la famille qui n'est pas responsable de l'inconduite de quelques-uns de ses membres.

Et bonne pub, une fois encore pour le Fenua.

Encore une attitude qui dope les bonnes relations avec les voisins, le reste des habitants de Tahiti et quelques touristes qui en ont fait les frais...

4.Posté par Noel Flantier le 26/03/2016 12:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a 20 ans déjà, ces personnes avaient positionné une pelleteuse au milieu de la route pour m'empêcher de passer. J'avais dû traverser leur faapu.
20 ans plus tard, l'histoire se poursuit.
La Polynésie n'aura jamais de touristes.

5.Posté par Mathius le 26/03/2016 13:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au fait qu'en pense l'ex mairesse de mataia ? C'est bien son père maire qui est à la source des malheurs des BENNETTs et si Temaru ne dit rien Dévinez pourquoi? ..... Haaaa ces histoires de terres et la politique coloniale du flossisme et de l'upld.

6.Posté par Mathius le 26/03/2016 13:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Fiu!!!, tu es injurieux car d'après toi pourquoi c'est maintenant que le pays exproprie les BENNETTs ? Ce sont justement les gens de ton esprit colonnisé qui fait que ce pays ne se develloppé pas.

7.Posté par lou le 28/03/2016 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Sans prendre parti, le gouvernement ne pourrait-il prendre une initiative pour permettre l'accès au Lac Vahiria et la traversée de l'île en attendant qu'un jugement définitif intervienne dans cette affaire? Par exemple l'achat ou la location amiable (sinon l'expropriation dans l'intérêt général) du terrain nécessaire au rétablissement du passage, avec consignation des sommes correspondantes qui ne seraient versées que si la justice donne raison à la famille qui s'estime lésée par le déplacement de la rivière. Il y a peut-être aussi des solutions techniques par franchissement de la rivière..?
En tout cas, le développement du tourisme autour de la Maroto serait un non-sens sans la possibilité de traverser l'île depuis Mataia.

8.Posté par Mathius le 29/03/2016 12:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@lou , mais aujourd'hui cela est fait, mais apres 20 ans de magouilles par certains elus. Si Fritch ne fait pas attention les memes problèmes risquent de surgir dans le projet de eco park de la papeenoo

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance