Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


A Nuutania, un trafic de drogue mené en famille : "on se croirait en Sicile !"



Le paka entrait à la prison dans des boîtes d'allumettes (Photo d'illustration).
Le paka entrait à la prison dans des boîtes d'allumettes (Photo d'illustration).
PAPEETE, le 13 juillet 2016 - Mercredi, la cour d'appel a rejugé quatre prévenus dans le cadre d'un trafic de stupéfiants organisé à l'intérieur de la prison de Nuutania, mais aussi à l'extérieur, depuis la prison.

"Ces individus se sont livrés à des trafics de stupéfiants. Ce qui est encore plus grave, c'est qu'ils ont pu en organiser un à l'intérieur des murs de Nuutania mais aussi un à l'extérieur, tout en étant incarcérés", a lancé l'avocat général, mercredi, lors du procès en appel d'un trafic de stupéfiants.
Devant lui, dans le box des accusés se trouve un couple à nouveau jugé pour un trafic de drogue orchestré entre les murs de la prison entre 2015 et 2016. Leurs complices, rejugés eux aussi, comparaissent libres.

A lire aussi : Trafic de drogue en famille depuis la prison


Vatea B., 25 ans, est incarcéré à la maison d'arrêt de Nuutania pour trafic d'ice depuis les États-Unis. Dans cette affaire, il a été condamné deux fois, en 2013 et 2016, à quatre ans de prison. Une fois entre quatre murs, ce dernier continue de dealer. Grâce à l'aide de sa compagne, de son cousin et d'un ami, il introduit pendant des mois du pakalolo à Nuutania. "Je l'échangeais contre de la nourriture, explique-t-il à la barre. C'était simplement pour améliorer le quotidien…" Sa compagne, portant un bracelet électronique depuis octobre 2015, l'a aidé pendant plusieurs mois à introduire de la drogue en prison. Vatea B. a aussi organisé d'autres trafics depuis la prison à l'aide d'un téléphone portable.

"Ce trafic de stupéfiants est un véritable fléau qui engendre des conséquences économiques et de santé publique énormes pour le territoire. Il incombe à nous, ministère publique, de pointer cela du doigt et de demander au tribunal de prononcer des peines adaptées", a ajouté l'avocat général.

À la barre, chaque prévenu reconnaît les faits : l'organisation du trafic, les sommes d'argent qui en ont découlé ou encore les biens achetés avec cet argent… Sur les quatre prévenus présents ce mercredi matin, trois ont déjà été condamnés pour des faits similaires.

"LES PREMIÈRES PEINES N'ONT SERVI À RIEN"

"Ces personnes sont en état de récidive légale. Les premières peines n'ont servi à rien! On se croirait en Sicile! Ce n'est plus possible de continuer ainsi!", s'insurge le parquet.
Les avocats du couple ont tous deux assuré que leurs clients "avaient compris la leçon". À la barre, les prévenus l'assurent : "Ils ne recommenceront plus."

Chaque avocat a demandé à ce que la peine de leur client ne soit pas aggravée. "Ma cliente a déjà connu trois mois de privation de liberté, trois mois de privation de son enfant. C'est déjà une bonne leçon pour elle. Elle est passée à autre chose. Elle a un travail, un logement social. Le doublement de sa peine ne va pas faciliter sa réinsertion", a plaidé l'avocat de Laiana T., compagne du prévenu incarcéré et mère d'une petite fille de trois ans.

L'avocat général a requis une peine plus lourde à l'encontre de trois des quatre prévenus. Il a demandé à ce que Vatea B. soit condamné à quatre ans d'emprisonnement, sa compagne à trois ans et le cousin à deux ans. L'avocat général a jugé que la peine de prison de 12 mois avec sursis pour le dernier prévenu était suffisante.

La décision du tribunal sera rendue le 11 août prochain.

Rédigé par Amelie David le Mercredi 13 Juillet 2016 à 16:24 | Lu 11277 fois







1.Posté par Honugirl le 13/07/2016 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a des tas de pays qui ont dénépalisé ou légalisé, et cest tout bénéfice pour eux: Uruguay, Colorado etc. Legalisartion égale controle des produits, taxes pour l'état, diminution de la délinquence (dans ce domains. Moins de police consacrée à la répression du traffic, prisons vidées... Mais on ne sait pas pourquoi la France refuse même de discuter de la question!
Les arguments de santé publique sont fallacieux. Quid du tabac, de l'alcool en vente libre? Quid des quantités de psychotropes, antidépresseurs que les gens avalent?
C'est juste une question de bon sens.

2.Posté par Mc ICE le 14/07/2016 14:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette affaire prouve que la politique de répression contre les stupéfiants est un échec abyssale.

3.Posté par uwe le 15/07/2016 04:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien entretenue ce jardin ^^


4.Posté par moana le 15/07/2016 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le chauffeur du camion fou de Nice était un gros fumeur de paka (infos TV)

5.Posté par Piripirifaufau le 15/07/2016 08:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien d'accord avec le post 1, l'alcool et le tabac font bien plus de dégats mais ce sont des monopoles d'état , et là pas question d'y toucher, de même que les psychotropes, bien suivis pas les lobbys pharmaceutiques . Si c'est si "mauvais" (le paka) en terme de santé publique, pourquoi diable des pays en ont ils autorisés la consommation et la vente? Seraient ils vraiment plus bêtes que la France?

6.Posté par Jeje le 15/07/2016 09:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut se poser la question si c''est ce que l''on souhaite pour nos enfants. Je ne souhaite pas les voir consommer quelconque drogue, c''est aussi simple que ça alors penser à la legalisation est dangereux à mon sens.

7.Posté par FTHE le 15/07/2016 09:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut bien arrivée là, aujourd'hui nous avions crée l’irréversible des fléaux connus par tous, moi même je ne souhaite pas que mes enfants consommes nous sommes pas les maîtres de leurs destins, cette petite famille qui vie de ces moyens pour subvenir aux besoins de sa famille reste pour eux la subsistance de vivre, poserez vous la question si vous serriez dans le même cas??? que propose l'Etat le gouvernement Territorial, nous avions par ans plus de 3000 a 4000 étudiants qui sortent des études avec des diplômes, et que nous proposons même pas 100 embauches par ans !!! alors fait le calcul..... l'égaliser a des fin thérapeutiques, pour des soins a pro-prier aux malade...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Août 2017 - 12:05 Echouage du voilier Bethel II à Ahe

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance