Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

A Nouméa, un procès emblématique de la délinquance routière



Nouméa, France | AFP | mardi 11/09/2017 - Un homme de 19 ans été condamné mardi à six ans de prison ferme pour homicide involontaire et délit de fuite après un accident qui a coûté la vie à une infirmière, une affaire devenue symbolique du fléau de la mortalité routière en Nouvelle-Calédonie.    

Le passager du véhicule, poursuivi pour non-assistance à personne en danger, 19 ans également, a écopé de 8 mois de prison. "Je pense que la peine est juste (...), ce n'est pas que pour Mathilde qu'on la voulait, c'est aussi pour les 41 personnes décédées depuis le début de l'année sur les routes calédonienne et les de 41 familles, qui sont comme nous complètement dévastées", a déclaré à l'AFP la mère de la victime.      

Originaire de Seynod en Haute-Savoie, Mathilde Molina, 23 ans, a été violemment percutée par un pick-up sur un passage piéton, le 19 août 2016 vers 04H00 du matin, alors qu'elle sortait avec un ami d'une boîte de nuit à Nouméa. Le conducteur avait pris la fuite sans se soucier du sort de l'infirmière, grièvement blessée. Soignée dans un premier temps à Nouméa puis évacuée à Annecy, Mathilde Molina est morte le 3 novembre.     

Sa famille, épaulée par de nombreux soutiens et les médias, s'est fortement mobilisée pour retrouver l'auteur des faits, érigeant la jeune femme en symbole de l'insécurité sur les routes de Nouvelle-Calédonie, qui tuent quatre fois plus que celles de la métropole.

Près de trois mois après l'accident, le conducteur et le passager du véhicule, deux lycéens, Allan Nicol et Thomas Louviers, ont finalement été interpellés. L'enquête a révélé qu'ils avaient "fait la tournée des bars après avoir vidé l'alcool qu'ils s'étaient fait livrer à domicile".      

L'audience de mardi a par ailleurs mis en lumière que le jeune chauffard, qui a montré peu de compassion, avait obtenu son permis de conduire deux semaines avant le drame, qu'il conduisait une voiture que son père venait de lui donner mais non assurée à son nom, et que le 4 septembre 2016, il avait été interpellé pour conduite en état d'ivresse.

L'alcool, la vitesse et le non-port de la ceinture sont les principales causes des accidents de la route en Calédonie. Le président de l'association pour la Prévention routière, Olivier Goyard, dénonce l'incapacité des pouvoirs publics locaux à prendre des mesures efficaces notamment pour limiter la consommation d'alcool et imposer des contrôles techniques aux véhicules, dans les mêmes conditions qu'en métropole.

le Mardi 12 Septembre 2017 à 04:20 | Lu 881 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance