Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


À Hao, l'étude sanitaire concernera 300 personnes



Hao, au temps où l'atoll accueillait la base arrière du CEP. Aujourd'hui une grande partie de ces constructions n'existent plus. A la place, en bord de lagon devrait prendre place le projet de ferme aquacole porté par les investisseurs chinois du groupe Tian Rui international, Tahiti Nui Ocean Foods.
Hao, au temps où l'atoll accueillait la base arrière du CEP. Aujourd'hui une grande partie de ces constructions n'existent plus. A la place, en bord de lagon devrait prendre place le projet de ferme aquacole porté par les investisseurs chinois du groupe Tian Rui international, Tahiti Nui Ocean Foods.
HAO, le 16 août 2015. La semaine dernière des responsables de l'Institut Louis Malardé sont venus rencontrer le conseil municipal de Hao pour expliquer les modalités de l'enquête sanitaire qui sera menée sur un échantillon de la population, à la recherche des polluants laissés par la base arrière du CEP et de leurs effets sur la santé.

Un total de 300 personnes (un quart de la population totale), résidentes à Hao depuis au moins cinq ans sur l'atoll seront étudiées de très près et seront soumises à des analyses médicales poussées. Trois classes d'âge sont visées par cette enquête sanitaire de grande ampleur : les 12-19 ans, les 20-49 ans et les 50 ans et plus. Des prises de sang seront effectuées sur ces personnes afin de mesurer le taux de polluants laissés par les activités de la base arrière du Centre d'expérimentation du Pacifique durant une trentaine d'années sur l'atoll. Les résultats de ces analyses seront comparés à un échantillon de personnes habitants cette fois à Makemo, car les habitudes alimentaires, notamment, y sont très similaires ; les résultats seront comparés également aux normes maximales autorisées de ces polluants industriels en Europe.

Jeudi dernier, le Conseil municipal de Hao s'est réuni autour du docteur Édouard Suhas, chargé de recherche à l'Institut Louis Malardé pour qu'il précise aux élus le mode opératoire de cette enquête sanitaire visant à évaluer l’imprégnation par la pollution industrielle de la population de Hao, confiée à l’Institut Louis Malardé (ILM) en partenariat avec le Centre hospitalier universitaire du Québec.

"Nous sommes partagés au sujet de cette étude. Bien sûr, c'est bien de savoir si nous avons été exposés et à quoi. En même temps, le fait de mener cette enquête sanitaire fait naître aussi des inquiétudes quant aux résultats" explique Théodore Tuahine, le maire de Hao. L'enquête sanitaire devrait commencer à être menée à partir de février 2016 le temps d'informer la population.

Rédigé par Mireille Loubet le Dimanche 16 Août 2015 à 10:56 | Lu 2418 fois







1.Posté par JacquesAdi le 16/08/2015 11:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Centre hospitalier universitaire du Québec ferait mieux de s'occuper des retombées radioactives de Fukushima qui ont touché tout le Canada et la côte Ouest des USA et de la pollution industrielle autrement plus présente en Amérique du Nord.
L'atoll de Hao est surement moins pollué que les zones industrielles de Fare Ute, Tipaerui ou de Punaruu

2.Posté par Hirinake le 16/08/2015 16:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tiens donc, avec la palanquee de chercheurs on trouve pas mieux de choisir le mari d'une ministre du gouvernement au meme doux prenom que le President Fritch.....bonjour la Neutralite et l'Objectivite ???

3.Posté par Xenos le 16/08/2015 19:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un hasard Hirinake post 2, c'est un hasard complet.

Quand à la neutralité elle sera totale comme toujours en Polynésie.

Et puis, cela évite de parler de la pollution par les pesticides agricoles, que l'on fait bouffer de force aux Polynésiens depuis 30 ans et qui sont autrement toxiques que des friches industrielles.

Mais chutt... il y a des copains influents qui se font plein de pognon.

4.Posté par John Devan le 17/08/2015 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en voilà, une enquete indépendante !

5.Posté par Kevin le 18/08/2015 07:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore des infos erronées , la photo n'a rien à voir avec le CEP c'est le village d'OTEPA aux alentour de 2008. Et le projet chinois se trouve à 10km au nord...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Août 2017 - 17:22 Une nouvelle ère à Polynésie 1ère radio

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance