Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


2 ans ferme pour les agresseurs de la plage du Radisson



Un mandat d'arrêt a été prononcé contre l'un des prévenus qui n'a pas jugé bon de se déplacer ce mardi au tribunal.
Un mandat d'arrêt a été prononcé contre l'un des prévenus qui n'a pas jugé bon de se déplacer ce mardi au tribunal.
PAPEETE, le 23 mai 2017 - L'agression violente et gratuite d'un quadragénaire sans histoire par quatre jeunes fumeurs de joints avait ému la population au moment des faits, en juillet 2014 à Arue. Trois ans plus tard, ses agresseurs ont finalement été condamnés ce mardi.


Deux des quatre délinquants impliqués dans ce passage à tabac gratuit ont écopé ce mardi de 2 ans de prison ferme chacun. Le tribunal correctionnel a décerné un mandat de dépôt contre le premier qui comparaissait détenu, un mandat d'arrêt a été délivré contre le second qui n'a même pas jugé bon de se présenter à l'audience pour répondre de son geste.

L'agression s'était produite un dimanche de juillet 2014, du côté de la plage Lafayette vers l'hôtel Radisson à Arue. La victime, un homme de 41 ans, se baladait tranquillement sur le sable quand elle a eu le malheur de croiser la route de quatre fumeurs de joints qui passaient le temps du côté des installations du restaurant le Beach House. Il n'aura pas fallu beaucoup plus qu'un échange de regards et quelques mots pour que les quatre loustics, âgés de 17 à 19 ans, fondent littéralement sur le malheureux. Ils en profiteront pour lui voler son sac et son téléphone portable avant de prendre la fuite puis d'être interpellés par les gendarmes quelques jours plus tard.

La victime avait encaissé un violent coup de poing au visage, lui fracturant l'arcade sourcilière, avant de se faire rouer de coups au sol alors qu'il tentait péniblement de se relever. Les agresseurs lui avaient aussi fracturé le bras dans la bagarre. Il avait fallu l'intervention d'un employé de l'hôtel pour mettre la victime à l'abri, sans quoi "l'issue de cette agression aurait pu être bien pire", a souligné le président du tribunal aujourd'hui à l'audience.

"Vas-y, fini le !"

Seul à répondre des faits trois ans après l'agression, l'un des quatre prévenus, à la carrure plutôt athlétique, ne semble pas vraiment prendre la mesure de ce qui lui est passé par la tête ce jour-là. Ecroué, il reconnait les faits, rigole dans le box avec deux autres co-détenus en attente eux-aussi de leur jugement dans un dossier de cambriolages. "Il nous a provoqué…", indique tout simplement le jeune homme sans plus de précisions en évoquant l'attitude de la victime le jour des faits. Un homme de 41 ans sans histoire, seul contre quatre jeunes…

"La scène a été particulièrement violente", s'est chargé de lui rappeler le représentant du ministère public, qui n'apprécie pas cette "minimisation des faits" : "Il y a tout de même eu 21 jours d'incapacité totale de travail (ITT), ce sont des violences gratuites. L'un d'eux a même lancé : "Vas-y, fini le !". Heureusement qu'il y a eu l'intervention d'un employé du Radisson qui a permis à la victime de se réfugier dans un local".

Deux des trois prévenus étaient en état de récidive légale de vols, vols avec violence, avec un casier judiciaire comportant déjà une dizaine de condamnations pour le plus chargé de la bande.


Rédigé par Raphaël Pierre le Mardi 23 Mai 2017 à 14:20 | Lu 5836 fois

Tags : JUSTICE






1.Posté par fiu le 23/05/2017 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Deux ans fermes c'est cadeau... Vivement qu'un juge soit agressé ou qu'un membre de sa famille le soit pour qu'il comprenne enfin ce que doit être la justice.. La justice doit protéger les "honnêtes gens" et mettre hors d'état de nuire ces débris décérébrés qui pullulent partout.... Mettre hors d'état de nuire cela veut dire 20 ans minimum sans remise de peine...
Pas de pitié pour des multirécidivistes....

2.Posté par Pito le 23/05/2017 20:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tout à fout d'accord avec fiu il faut que la justice soit plus ferme, toutes ces violences deviennent trop fréquentes. Nous avons une Nouvelle prison, il y a de la place alors messieurs les juges faites votre travail.

3.Posté par Hae le 24/05/2017 08:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maururu à fiu pour son post, tout à fait d'accord. Et même pour aller plus loin. Quand est ce qu'on aura des juges digne de ce nom en polynésie ? Pour faire appliquer la loi plus sévèrement et enfin réduire ce genre d'agression.
Nos juges sont là en vacance, pour aller à la plage et faire le minimum de le job. A chaque fois les peine sont les plus minime possible. On se demande plus pourquoi les délinquant continuent après ça...

4.Posté par Pascal le 24/05/2017 10:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le rétablissement des travaux forcés à la place d'une peine dans un club med nourris logés blanchis avec salle de sport climatisée

5.Posté par Lebo RORO le 24/05/2017 12:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Beaucoup ont une meilleure vie en "prison" que familiale !

6.Posté par Filou713 le 24/05/2017 12:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour des gens comme ça, c'est le bagne à vie. Ils ne méritent pas mieux.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 24 Juin 2017 - 16:15 Bulibasha : le Patriarche maori

Samedi 24 Juin 2017 - 14:33 Un week-end pour fêter l'orange à Punaauia

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance