Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Un jardinier tueur en série reconnaît huit meurtres à Toronto



Montréal, Canada | AFP | mardi 29/01/2019 - Un jardinier canadien de 67 ans a reconnu mardi avoir mutilé et tué huit hommes ayant fréquenté la communauté homosexuelle de Toronto, un fait divers sordide qui avait choqué le Canada.

Le plaider-coupable surprise de Bruce McArthur, désormais considéré comme l'un des pires tueurs en série au Canada, lui évite un procès de plusieurs mois qui devait commencer le 6 janvier 2020.
Sa peine devrait être prononcée lors d'une audience le 4 février: il encourt la prison à vie, avec une période incompressible de 25 ans. En cas de cumul des peines, il pourrait être condamné à passer jusqu'à 200 ans derrière les barreaux.
"Bruce McArthur a plaidé coupable", a expliqué à la presse l'inspecteur David Dickinson, un responsable de l'enquête policière, à l'issue de l'audience au tribunal de Toronto. "C'est la bonne décision".
"Malheureusement, nous ne pourrons pas faire revenir ces hommes, j'espère que nous pourrons aider les familles et les communautés (touchées par ces meurtres) à tourner la page", a ajouté M. Dickinson.
Pour Haran Vijayanath, l'un des responsables d'une association de prévention du sida ayant soutenu les proches des victimes, ces derniers risquent de ne jamais connaître les motivations du tueur, faute de procès.
"Pour les familles, la famille et la communauté, nous n'aurons jamais toutes les réponses (...) sauf s'il décide de nous donner cette information", a-t-il commenté devant les journalistes.
Bruce McArthur a été arrêté début janvier 2018 alors qu'un jeune homme venait d'entrer chez lui. La police l'a retrouvé attaché à un lit, sain et sauf.
Le jardinier a été inculpé de huit meurtres peu après, à l'issue d'une longue enquête de la police de Toronto sur de nombreuses disparitions inexpliquées.
Selon la police, il a profité de son emploi de jardinier-paysagiste pour enterrer les corps démembrés de sept de ses victimes dans des jardinières d'un client, chez lequel il entreposait également son matériel.
Le corps de la huitième victime a été retrouvé dans un ravin derrière la maison de ce client.
Quelque 75 jardins de la région de Toronto où il avait eu des contrats d'entretien au fil des années ont été fouillés par la police au printemps et à l'été. Il s'agit de la plus vaste enquête jamais menée par la police de cette ville, a expliqué l'un de ses cadres.
 

- "Un monstre" -

 
Michael Cantlon, avocat de l'accusation, a décrit lors de l'audience de mardi, selon des journalistes sur place, comment M. McArthur avait "mis en scène" les corps des victimes, qu'il photographiait ensuite. Il a également gardé quelques souvenirs d'elles, toutes disparues entre 2010 et 2017, notamment des bijoux.
L'une des huit victimes était un ancien amant de Bruce McArthur, les autres étaient deux immigrés afghans, deux réfugiés sri lankais, un Iranien, un Turc et un sans domicile fixe canadien qui se prostituait.
Tous les crimes étaient "à caractère sexuel", a ajouté le procureur. Les corps ont subi des mutilations sexuelles, a-t-il été révélé lors de l'audience. 
La police avait retrouvé chez l'accusé un sac contenant du ruban adhésif, des cordes, des gants chirurgicaux et des seringues. Ces éléments laissent penser que les victimes ont été attachées et abusées sexuellement avant d'être tuées, estiment les enquêteurs.
"Des choses terribles ont été faites", a commenté Karen Fraser, propriétaire de la maison où M. McArthur entreposait ses jardinières. "Pour moi, il incarne le mal".
Bruce McArthur, un homme trapu et barbu, avait reconnu son homosexualité à la quarantaine. Il avait quitté sa femme et leurs deux enfants à Oshawa (Ontario) avant d'emménager à Toronto, où il fréquentait la communauté gay. Des témoins l'y ayant fréquenté l'ont dépeint comme un homme "gentil" et "jovial".
Il a été condamné au début des années 2000 pour avoir frappé un prostitué avec une barre en métal mais il avait échappé à la prison ferme.
C'est "un monstre qui s'est attaqué à notre communauté", a commenté John Tory, maire de Toronto, dans un communiqué.

le Vendredi 15 Mars 2019 à 05:59 | Lu 410 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net