Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



ONU : Oscar Temaru plaide pour la réinscription devant les pays non-alignés



ONU : Oscar Temaru plaide pour la réinscription devant les pays non-alignés
Le président indépendantiste de la Polynésie française, Oscar Temaru s'est rendu à New York pour plaider en faveur de la réinscription de la Polynésie sur la liste des Pays non-autonomes à décoloniser. Il s'est exprimé mercredi 16 janvier, entre 12 heures et 13 heures (HNE), à l'Organisation des nations unies, devant une assemblée de représentants du mouvement des non alignés.

Le sénateur souverainiste Richard Tuheiava, qui l'accompagne lors de ce déplacement d'une semaine à New York, n'a pu se présenter au colloque organisé au Sénat, jeudi 17 janvier, sur le thème de "La France dans le Pacifique : quelle vision pour le 21e siècle", où il devait introduire le débat sur les coopérations dans le Pacifique.

Dans l'entourage d'Oscar Temaru on n'excluait pas, jeudi 17 janvier, une absence du président du Pays pour la visite du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, du 20 au 23 janvier prochains. "Lors de notre dernier déplacement à New York nous savions déjà que nous devrions revenir le 10 janvier alors que le ministre était attendu en début d'année, sans précision", nous explique un proche collaborateur. "Nous avons adressé notre agenda à Victorin Lurel en décembre. En dépit de cela, sa visite a été fixée au 20 janvier."

"Quel péché avions-nous commis pour mériter cela ?", interroge Oscar Temaru


Epoque coloniale, période nucléaire et problèmes économiques de l'ère post nucléaire en Polynésie Française : un siècle et demi d'histoire moderne du "peuple ma'ohi" : "Quel péché avions-nous commis pour mériter cela ?", a interrogé Oscar Temaru, lors de son intervention aux accents bibliques, devant les pays non alignés aux Nation Unies. La réinscription y est qualifiée d'"occasion de donner de l’espoir au peuple ma’ohi, une petite nation aux grands rêves, qui pleure et demande à la communauté internationale de choisir avec elle la liberté et la paix".

Le discours

Ia Ora na,
Je voudrais tout d’abord vous présenter tous mes meilleurs vœux pour 2013 et vous remercier pour l'opportunité qui m'est offerte de m’adresser à cette honorable assemblée. Je veux aussi remercier nos pays frères de la région Pacifique, qui ont joué un rôle important et ont soutenu avec persévérance l’avancée de notre cause au sein des Nations Unies.
Le communiqué final du 16e sommet du Mouvement des non alignés qui s’est tenu à Téhéran du 26 au 31 août 2012 affirmait le droit inaliénable du peuple Ma’ohi à l’autodétermination, en vertu de la charte de l’ONU et de la résolution 1514.

Aujourd’hui c’est un devoir et un honneur de vous fournir le contexte nécessaire à une meilleure compréhension de cette déclaration faite à Téhéran. Il fut un temps où notre pays, Ma’ohi nui, était un pays libre, et où notre Peuple était en charge de son propre destin. Cela changea au XIXe siècle, après que les soi-disant “découvreurs” européens eurent atteint nos rivages. Par la suite, notre grand océan Pacifique se retrouva morcelé en partie qu’ils administraient, des colonies.

92 % d’entre vous, honorables membres du MNA, ont subi ce processus de colonisation et en sont sortis pour réclamer leur liberté. 27 d’entre vous ont obtenu leur indépendance du même pouvoir colonial qui régit encore ce qui est aujourd’hui la Polynésie française, et qui définit les limites de la liberté de mon peuple.

On força la main à notre défunte reine Pomare IV pour qu’elle consente à un protectorat, puis à une annexion, et notre pays fut finalement envahi au terme d’une guerre injuste, les guerriers ma’ohi s’opposant avec bâtons et lances face aux fusils et aux canons. Les colonisateurs vainquirent ceux qu’ils appelaient “rebelles”, et que nous appelons héros.
Violant leur propre traité d’annexion du 29 juin 1880, les Français remplacèrent notre système communautaire de partage des terres par le Code Napoléon ; une façon de s’emparer légalement de la terre du peuple ma’ohi, et de permettre l’établissement des colons.

Ceci a causé un bouleversement majeur dont les effets se font toujours sentir chez nombre de natifs ma’ohi qui peinent à obtenir les terres autrefois chéries par leurs ancêtres.

De 1908 à 1966, l’une de nos îles, Makatea, a été pillée pour ses phosphates, générant une richesse énorme pour les colons à qui les droits miniers avaient été accordés.
La Compagnie française des phosphates de l’Océanie quitta Makatea presque du jour au lendemain, laissant derrière elle un désastre écologique et une île fantôme.
À peu près à la même période, lors du combat de l’Algérie pour son indépendance, la France fit le projet de relocaliser ses essais nucléaires dans notre pays, sur les atolls de Moruroa et de Fangataufa.

En 1958, un homme s’éleva contre le pouvoir de l’administration coloniale. Pouvanaa a Oopa, le père du nationalisme tahitien. Ses idées sur un pays Ma’ohi gouverné par le peuple ma’ohi montaient en puissance et commençaient à menacer les plans de la France. L’ennemi de l’État devait disparaître.

Pouvanaa a été piégé, accusé d’avoir voulu incendier la capitale. Dans une parodie de procès, Pouvanaa fut condamné, banni, et envoyé en exil en France.

La route était libre pour le coup suivant de la France : les essais nucléaires.
Quel péché avions-nous commis pour mériter cela ?
30 ans d’essais nucléaires, avec 193 bombes explosant au-dessus ou à l’intérieur des atolls de Moruroa et Fangataufa, qui sont désormais des décharges nucléaires, des terres maudites.
30 ans de mensonges au peuple ma’ohi, à nous utiliser comme rats de laboratoire, en prétendant que ces essais étaient propres et sans danger.
30 ans pour mettre notre société et notre économie sens dessus dessous. Tandis qu’elle lâchait ses bombes nucléaires, la France lâchait aussi de grandes quantités d’argent pour créer une économie artificielle et captive.

Ce faisant, elle a mis en place un système qui bénéficiait d’abord aux colons. Notre mode de vie traditionnel a été détruit. Les pêcheurs ne pêchaient plus. Les fruits et tubercules endémiques n’étaient plus cultivés. Les commerces, leurs produits importés et l’argent facile des centres d’essais nucléaires, ont rapidement démantelé les bases de ce qui nous rendait pratiquement autosuffisants.

Aujourd’hui, des enfants naissent avec des anomalies et des gens meurent de maladies radio-induites qui seront immanquablement transmises à de nombreuses générations futures.
Entre-temps, les Français ont occasionnellement donné du mou à la laisse du chien. Nous attirant avec l’illusion de la liberté… ça sent la liberté, ça a le goût de la liberté, mais ne vous y trompez pas : la version française de “l’autonomie” n’est pas la liberté. Nous ne sommes rien de plus qu’une collectivité française, gouvernée en réalité depuis Paris.
De 1977 à 2011, on nous a imposé six mises à jour de notre statut. En fait, un petit “bac à sable politique.” Tout notre soi-disant “statut d’autonomie” n’est rien de plus qu’une petite loi organique à l’intérieur du corps des lois de la France. Une loi qu’ils peuvent changer à leur guise, sans consulter le peuple ma’ohi.

Mais soyons clairs : ni nos ancêtres, ni nos enfants n’ont aliéné ou n’aliéneront jamais notre droit universel à l’autodétermination.
Alors, pourquoi la France est-elle si déterminée à nous garder sous son joug, à présent que les essais nucléaires sont terminés ? Pour le dire simplement, Ma’ohi Nui, avec cinq millions de kilomètres carrés, représente la moitié de son domaine maritime, en faisant la troisième nation océanique du monde. Plutôt qu’un petit pays insulaire, nous sommes un grand pays océanique, aussi grand que l’Europe de l’ouest.

La France cherche maintenant à exploiter notre océan. Depuis les poissons jusqu’aux gisements de phosphate récemment découverts, et les énormes réserves minières de terres rares de nos fonds sous-marins.

C’est encore une histoire de David contre Goliath, et la raison pour laquelle nous voulons que notre pays soit de nouveau sur la liste de l’ONU des territoires non autonomes.
Sans l’ONU en guise d’arbitre entre la France et nous, c’est de nouveau un combat ardu et inégal.
Soyons clairs, ceci n’est pas une requête pour obtenir l’indépendance sans le vote de notre peuple. Ce que nous voulons est une évolution de nos relations avec la France vers plus d’équité, sous le contrôle de l’ONU.

Un jour viendra où cette évolution arrivera à maturité, et la question de l’indépendance sera ensuite posée. Mais ceci demandera de passer par un référendum.
Mais qui sera autorisé à prendre part à un vote si décisif ? Les 6 000 “expatriés” français qui restent trois ans dans notre pays doivent-ils voter sur notre avenir ? Un non natif avec moins de 15 ans de résidence devrait-il voter sur notre avenir ?

Le droit français permet aux Européens de participer aux scrutins en Polynésie française seulement trois mois après leur arrivée. La loi qui définit qui, quand et comment nous votons dans toutes nos élections n’est ni élaborée ni votée à Tahiti, mais à Paris par le Parlement français, sans réelle consultation du peuple ma’ohi.

Sans le cadre international de l’observation par les Nations unies, un tel référendum serait une farce et une disgrâce pour la démocratie.

Il y a 35 ans, en 1978, je suis venu pour la première fois à l’ONU, à New York, pour m’opposer aux essais nucléaires français dans notre pays. À l’époque on m’avait répondu que l’ONU ne pouvait pas nous aider sur ce sujet, car nous avions été unilatéralement retirés par la France, en 1947, de la liste des Nations unies des territoires non autonomes.
En 1986, je suis revenu avec mes frères de Nouvelle-Calédonie Kanaky, une autre colonie française également retirée de cette liste. Avec le soutien du Mouvement des non alignés et de nombreux autres elle a été réinscrite par un vote en assemblée générale. Il aura fallu que le sang coule en Kanaky, et la détermination de mon défunt frère spirituel Jean-Marie Tjibaou, pour y parvenir.
La paix, le développement économique et social ont suivi, et un processus équitable vers un référendum d’autodétermination est en place.
Comment quiconque peut-il dire que ce qui a été fait pour la Nouvelle-Calédonie ne peut pas être fait pour la Polynésie française-Ma’ohi Nui ?
Aujourd’hui, avec l’aide du Tout-puissant, je vous présente le cas de mon peuple.

Cette fois, en tant que président du Pays, et avec le soutien de l’assemblée, des églises locales et régionales et du Conseil œcuménique des Églises et, plus important, le soutien du Groupe mélanésien Fer de lance et des leaders du Pacifique.
Notre cas est très spécifique. Nous ne demandons pas l’inscription, mais la réinscription sur la liste de l’ONU de laquelle nous avons été retirés unilatéralement, sans consultation de notre peuple ni aucune résolution de l’assemblée générale des Nations unies.
Notre quête est pacifique, mais notre détermination est forte. Elle l’a toujours été.
La décolonisation et l’autodétermination ne doivent pas être vues comme des menaces pour les puissances coloniales, mais comme une façon de remplir la mission sacrée à laquelle elles se sont engagées devant les Nations unies depuis 1946.

Récemment la France a soutenu la Palestine, ainsi que l’a fait le Mouvement des non alignés, se montrant fort et uni. Aujourd’hui vous avez l’occasion de faire une autre déclaration à la face du monde.
Une occasion de rappeler aux Nations unies ses engagements fondamentaux sur la décolonisation.
Une occasion de donner de l’espoir au peuple ma’ohi, une petite nation aux grands rêves, qui pleure et demande à la communauté internationale de choisir avec elle la liberté et la paix.
Il y a 36 ans, j’aurais pu choisir un chemin plus paisible. Mais mon âme et ma foi ne pouvaient se plier et accepter la colonisation.
Au lieu de m’aligner sur la supercherie des “essais nucléaires propres” français, je m’y suis opposé. Pour cela, ma famille, mes amis ont souffert. J’ai été menacé, jeté en prison, traité comme un terroriste et j’ai risqué ma vie en bien des occasions.

Aujourd’hui, certains essayent encore de faire croire à notre peuple qu’il n’y a pas d’avenir en dehors de la dépendance. Mais je sais que Ma’ohi Nui possède les atouts et le potentiel pour construire une nation par et pour nous-mêmes.
Cette conviction ne faiblira jamais, car le droit à l’autodétermination est l’héritage le plus précieux pour nos enfants.

Comme l’a dit autrefois Dag Hammarskjöld : Ne reniez jamais votre propre expérience et vos convictions au nom de la tranquillité.
Mauruuru, Te aroha ia rahi.”


Rédigé par () le Vendredi 18 Janvier 2013 à 05:28 | Lu 5734 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

53.Posté par tevamana le 21/01/2013 12:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@SAS MALKO nous dit que :

Ils en ont rien à fouttre de nous [la France] pinguoin!!!

LE PIRE C'EST QUE MALKO A RAISON !!!

Et c'est bien pour cela que le fenua doit prendre son indépendance dans la paix et le respect mutuel (ce sera dur avec certains qui ne connaissent pas ces deux mots !!! Tehei oui tu peux te sentir visé, et certains retraités aussi!)

Tiamara'a

52.Posté par tupai le 20/01/2013 12:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Son Altesse Sakatua Malko,

Mais qu'est ce que tu fais dans ce pays que visiblement tu n'aimes pas, à te lire, y a rien qui te plaît,
prends ton courage à 2 mains et 2 pieds : dégage et délivre nous de tes vibrations néatives

51.Posté par Ugly Quijot le 20/01/2013 11:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Encore des gesticulations internationales d'OT, mais toujours rien de concret pour essayer de développer notre autosuffisance, condition sine qua none d'une indépendance réussie.
Malgré les centaines de milliards qu'on reçoit tous les ans (directement et indirectement), malgré la très grande autonomie juridique dont on dispose, on est toujours pas capables de se nourrir nous-mêmes, d'augmenter le nombre des touristes, d'exporter quoi que ce soit, et de donner un toit aux pauvres gens qui vivent dans des bidonvilles; Oscar : c'est beau de parler des héros passés, et de ton rêve d'accéder à l'indépendance, mais est-ce qu'il faudrait pas commencer par la base : développer le pays? Non, ça c'est trop compliqué et tu sais que tu n'y arriveras pas... Et ne dis pas que la France t'empêche de le faire, ce serait un gros mensonge. Gaston Flosse, lui, au moins, avait un vrai projet pour le fenua.

50.Posté par rod le 19/01/2013 23:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

votons socialiste et après, on reste à ONU, on rien à foutre des socialistes Faranie !!!!

49.Posté par tupai le 19/01/2013 21:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hé ! les Zozos !!

quand je lis tout ce fratras de commentaires qui défile, je me dis : qu'avons nous fait au bon dieu pour mériter des compatriote aussi sots,
c'est la volière en chaleur,

excusez moi pour ma franchise

48.Posté par Dr Maboul le 19/01/2013 20:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

AHAHAHAHAHA

@Taata Tahiti EXCELLENT ta blague "En France, ils ne pourront pas planter en HIVER, ce qui fait UNE de nos richesses",

Par ce que tu crois que c'est nous qui nourrissons la France en hiver ?

Merci pour la blague, je me suis bien marré.

47.Posté par SAS Malko le 19/01/2013 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

taata Tahiti, il n'y a rien en france qui vient de TAHITI, t'es plus que nul, en france les Litchis sont à 500 fcp et les ananas à 200fcp . C'est quatre fois moins cher qu"à papeete. Personne ne connait notre vanille. Ils en ont rien à fouttre de nous pinguoin!!!

46.Posté par SAS Malko le 19/01/2013 19:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

taata TAHITI sans la france tu n'aurais même pas le net et vu ton niveau de réflexion comme on le dit aux ISLV, tu serais mourre depuis longtemps. Profiteur qui crache dans la soupe. La france ne rève que de se séparer de la polynésie et ce n'est pas le moment de leur en donner l'occasion. On rapporte rien, on ne représente rien et on coût cher!!!

45.Posté par SAS Malko le 19/01/2013 19:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Votre commentaire a été modéré, merci de votre compréhension. La rédaction

44.Posté par taataTAHITI le 19/01/2013 19:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'AGRICULTURE...

de gré ou de force. En France, ils ne pourront pas planter en HIVER, ce qui fait UNE de nos richesses... parmi tant d'autres !

C'est la France qui a besoin de nous, certainement pas le contraire et ce, depuis les bombes nucléaires....... Prenons notre destin en main et laissons la France couler tout seule sinon, vos enfants, les enfants de vos enfants et bien ++ encore, paieront la dette COLOSSALE française...

TIAMARA'A

43.Posté par topikite le 19/01/2013 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Osacr est richissime, ce qui met son entourage dans la sécurité quoiqu'il arrive, ainsi que sa double nationalité.
Il ne prend aucun risque personnel, et il s'engage sans mandat ce qui d'autant plus détestable.
Le verdict des urnes n'y fera rien, jamais l'électorat aussi figé qu'à la messe ne changera de position, son comportement n'a fait que renforcer la bipolarité GF/OT, et les élections vont se limiter à une partie d poker, abstention Oscar élu, votes massifs GF élu…et les iléens à la trappe, seule bonne nouvelle.
Avec 120 000 touristes/an, nous sommes la risée du monde voyagiste, sans compter les hôtels qui ferment, et la coupe du monde BeachSoccer 2013, risque de ressembler étrangement au JO de …1936

Tiamara'a viti viti

42.Posté par topikite le 19/01/2013 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'INAPTOCRATIE est en marche, ici plus qu'ailleurs, malgré les jérémiades des polynésiens, ils oublient trop souvent que 87% de l'électorat et de la population sont composées d'autochtones…
100% des postes de l'administration publique locale détenu par des locaux, l'APF, que des locaux, la présidence, la CCISM, le CESC, les subdivisions territoriales, les partis politiques, la plupart des emplois cabinets, à l'OPT, Mana, Vini, ATN, 99% de la fonction publique municipale, des syndicats,100% des enseignants de l'école primaire, et bientôt plus de 50% du secondaire…
N'oublions pas aussi de citer tous les Polynésiens qui détiennent des postes dans la fonction publique d'état.
Merci à Monsieur Oscar Temaru de nous indiquer comment va t-il trouver le pognon pour financer les salaires de ces concitoyens une fois foutu les farani dehors ???
Dans ces discours, je n'ai JAMAIS trouvé aucune solution d'économie de substitution, hormis les mécénats d'autres puissances extérieures qui n'auront certainement bien de considération historique pour le peuple premier.

41.Posté par topikite le 19/01/2013 14:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon dieu que le pito de Oscarito doit être satisfait, quoi qui puisse se passer sur cette planète, seuls les agissements de ce pauvre type semblent intéresser le monde.
Dès qu'il se met à bouger, clan qu'il provoque dizaines, centaines de commentaires et surtout permet les relents racismes d'éclore.
Qu'ils veuillent comme en NC, créer un électorat gelé, par de blem, normal, quiconque ne réside pas au fenua depuis au moins 15 ans, ne devrait pas voter aux territoriales, mais nous parlons de 2, 3 ou au plus 4 milliers de personnes.
Pas de quoi douter un chat, ou faire basculer une élection quand on sait qu'une seule voix a pu le propulser président avec seulement 24% de l'électorat….
Se contenter de la commission des 77 de l'ONU, c'est vouloir à tout prix faire croire aux ignares du pei qu'il est important, tevamana peut dire qu'ils ne manquent pas de nobles en Polynésie, les idiots aussi sont légions parmi ses concitoyens qui gobent bien des couleuvres depuis des lustres.
Le temps va nous paraître bien long jusqu'en mai 2013, vu que l'économie est déjà exsangue et malgré les résultats, personne ne pourra relever le désastre qui se profile en 2013...

40.Posté par Teiva 33 le 19/01/2013 13:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A tetumu poste 21 : Je suis venu à Tahiti où vivaient nos i'a vaevae roa qui ne servaient à rien d'autre que d'objet sacrificiel pour mon marae de Taputapuatea... C'est dans ce vivier de "moins-que-rien", qui avaient pour nom ta'ata tahiti voire pua'a tahiti înférieur à nos pua'a maohi que je dégnais parfois me rendre pour choisir ceux ou celles que je sacrifierai lors du levée de matari'i....

toi et toute ta bande de rigolo vos ancêtres maohi de Tahiti,tels nos pua'a maohi, vous n'étiez bon qu'à être sacrifiés à Taputapuatea. A cause de ces Tai et à leurs missionnaires (et heureusement pour vous) nous n'avons plus nos anciennes religions et nous ne pouvons plus vous donner en sacrifice aux véritables dieux maohi...

Vivement que l'on revienne en effet comme avant que nous puissions revenir prendre parmis vous nos i'a vaevaeroa : à commencer par Oscar et toute sa clique de mécréans...

Tiamara'a des Raromatai

39.Posté par Toerau le 19/01/2013 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eh Krylon-ma…Au lieu de nous raconter tes vieilles histoires coloniales des temps anciens qui n'interessent personne, si toi et ton chef vous puissiez vous intéresser un peu plus à notre présent….ben alors là ce serait nettement mieux, parce que là, franchement, on s’en fout un peu du passé, ce qui nous intéresse c’est ce qu’on va bouffer aujourd’hui et ce qui est prévu à bouffer demain.

38.Posté par SAS Malko le 19/01/2013 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tupai, on ne devrait faire voter que les gens du Tavini car si on fait voter aussi le reste de l'UPLD, ce n'est pas sûr que le "oui "passe lors de l'hypothétique référedum .
Oscar ne connait même pas l'histoire de son peuple. Il évoque sans cesse son dieu en ommétant que c'est au nom de celui-ci que la Polynésie s'est faite colonisée. Si c'était pour ses richesses cela se saurait!!!! Il n'y avait rien chez nous...à part le soleil et nos jolies vahine

37.Posté par Dr Maboul le 19/01/2013 11:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait Oscar quand on l'entend c'est un peu notre LE PEN local.

36.Posté par Baba le 19/01/2013 09:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tevamana post 32,
Arrête de lécher ton retro !

35.Posté par Booster le 19/01/2013 09:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L’Indépendance c’est plus de 180 milliards par an d’économies pour la France. C’est sur que les contribuables français apprécieront ! Merci les gars ! On vous souhaite bon courage pour vite apprendre à vivre seuls, sans pognon et confrontés à la dure réalité du tiers monde.

34.Posté par Zeb le 19/01/2013 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous les indépendantistes êtes frappés du même virus que les terroristes djihadistes les gars ! La régression et la misère ça vous aimez ! Votre cerveau ne traite que la partie négative des choses, le positif, ça, votre cerveau bloque. Vous nous servez un bilan qui ne montre qu’une seule et unique colonne !!! Omettre l’autre colonne comme vous le faites, c’est nous prendre tous pour des incultes. En somme vous nous confirmez votre qualité, celle qui est commune à tous les marginaux anticonformistes et antisociaux qui sont mal dans leurs peaux. Vous êtes une petite minorité qui cherche à imposer son pouvoir sur la grande majorité et régner sur nous par la peur. Vous nous parlez de droit des peuples alors que vous n’avez rien à fiche de la démocratie ou même de ce que peuvent penser vos voisins. Votre programme, votre futur, ne se résume qu’à l’image que vous voyez sur votre gros rétroviseur magnifié par la fumée de vos pétards.

33.Posté par 100% Local le 19/01/2013 06:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a encore trop de gens naïfs en Polynésie qui croient que l'argent poussent sur les arbres.
Oscar vit toujours dans le passée et veut revenir comme nous l'étions dans le passée.
Est-ce réellement le souhait des polynésiens ?
Aujourd'hui, nous sommes un peuple civilisé et moderne, c'est de l'avant qu'il faut aller, et non pas l'inverse.
Oscar sait qu'il ne lui reste que quelques mois à "régner" et on voit très bien où sont ses priorités.
Il me fait honte, il nous fait honte !
Allez faire tout un cinéma devant des représentants du monde entier en leur faisant croire que nous sommes "maltraité" par la France "que les colons nous ont envahit sans notre consentement" et "qu'ils se sont emparés de nos terre illégalement" !
Oscar, arrête de salir la réputation de la Polynésie française ! Tu n'es pas digne d'être un représentants du pays !
Il est encore temps pour toi de partir la tête haute avant que l'ont ne te perçoivent définitivement comme un malade mental !

32.Posté par tevamana le 19/01/2013 05:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mauururu ava pour le geste, pour nos tupunas tomber au champs d'honneur des deux guerres mondiales, et de tous ceux qui sont morts !!!

Tiamara'a

31.Posté par ONU le 19/01/2013 05:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ te aho api
Tu as raison , mais j'espère qu'on ne verra pas ta tronche après aux CAF ou URSSAF en France venir mendier pour toi et ta famille, parce que ton messi t'aura laissé sur le bord de la route.
T'inquiète, l'indépendance, vous allez l'avoir, plus vite que vous ne croyez, et après ce sera la guerre civile, car en parlant de racisme, entre vous vous êtes pas mal.
Les Marquisiens, lors du fait divers de Nuku Hiva, ont eu à vivre des moqueries, non pas de la part des farani, mais leur frères tahitiens, et dans les vallées, si ils pouvaient s'entretuer comme avant…..
Vive l'indépendance…et après on ferme les douanes françaises, ce qu'on a jamais eu les c…. de faire aux Comores.
L'indépendance, est souvent une question d'un homme, d'une communauté, d'un clan, qui en deviennent les rois ensuite, pour les autres, ça reste toujours subir.
Bonne chance, mais avant envoie tes gosses à l'école.

30.Posté par Krylon le 19/01/2013 01:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Savez-vous que l'état français ni ses fidèles serviteurs néocolonialistes que sont les autonomistes n'ont jamais fait le moindre effort pour bâtir des monuments à la mémoire des autochtones de tahiti, des îles sous-le-vent, des Marquises etc... morts sous le feu des balles des soldats français pour avoir défendu leur terre, leur patrie entre 1844 et 1898? Rien! Nada!
Oscar, lui, a élevé à Faaa un monument en l'honneur des guerriers tahitiens de ces années sombres pour célébrer leur courage et leur mémoire!
Le traité du protectorat n'a jamais été respecté, le traité d'annexion qui était déjà biaisé au départ, car très peu de véritables chefs l'avaient signé, a été violé par l'état français. Et la patrie des droits de l'homme qui parle toujours de justice s'en fout royalement. La justice doit reconnaître le fait colonial!

29.Posté par Lacoste le 19/01/2013 00:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une seule solution..Le virer et en changer..!
La Polynésie ne peut pas continuer a être mal dirigée par un Tartufe de Président..!
Le rôle d'un président est d'oeuvrer pour la totalité des Polynésiens et non pas assouvir une idéologie personnelle, qui ne peut servir qu'a son ego!
Il faut agir vite comme en médecine, la gangrène est galopante...!!
G.Lacoste

1 2 3 4
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 22 Juin 2019 - 18:05 Deux taureaux arrivent à Tahiti par avion

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net