Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Michel Monvoisin : "Nous ne sommes pas une destination low cost"



PAPEETE, le 6 septembre 2016 - Le P-dg de Air Tahiti Nui et président du conseil d'administration de Tahiti Tourisme estime que baisser les prix des billets d'avion n'amènera pas plus de touristes en Polynésie. Il affirme que les efforts à faire ont été faits par la compagnie. Explications.

Pourquoi souhaitez-vous revenir sur l'interview que vous avez donnée à Polynésie 1ère samedi dernier et la polémique qui en a découlé?

J'ai dit que, en ce moment, baisser les billets d'avion ne fera pas venir plus de touristes car nous avons un problème de capacité hôtelière et de chambres. Je suis à l'écoute des marchés et je suis à l'écoute des professionnels. Aujourd'hui, si on va sur le site booking.com (NDLR : il sort son téléphone et va sur le site) et qu'on fait une recherche pour deux nuits dans un hôtel de Punaauia pour un week-end prochainement, on peut voir qu'il ne reste que très peu de chambres, même pour les pensions de famille. Je n'invente rien ! Tout est comme ça. Quand certains disent qu'il faut une autre compagnie aérienne, cela veut dire 300 sièges en plus. Il n'y aura pas assez de chambres disponibles pour les accueillir.

Selon vous, il n'y a pas lieu de baisser les prix?

Mais baisser les prix pourquoi? Pour créer de la frustration? En ce moment, tu vas baisser les prix et les gens vont se dire : "Super je viens à Tahiti!" Mais ils vont avoir quoi comme réponse? "Je suis désolé il n'y a plus de disponibilité aux dates que vous demandez." L'industrie aérienne c'est celle qui fait les plus petites marges. Les comptes d'ATN sont publics, les rapports d'activité ont été publiés. Tout le monde peut les consulter sur le site. Le ciel est libre mais les compagnies aériennes ne viennent pas. Si ATN faisait des marges honteuses avec des prix excessifs, il y aurait de la place pour les autres. Il faut arrêter de regarder en l'air et de dire des âneries. Il faut regarder les chiffres. Quand la demande est supérieure à l'offre, les prix augmentent. Sauf que nous, nous n'avons pas augmenté nos prix, et nous les avons déjà baissés.

Quelle baisse avez-vous effectué sur vos tarifs?

Nous avons baissé nos tarifs d'un milliard en année pleine. C'est en fait un milliard de recettes que nous avons fait grâce à trois baisses successives de surcharge carburant. Nous sommes une des plus rares compagnies aériennes à l'avoir fait. Normalement, le marché ne le demandait même pas puisque nous avons une demande qui est supérieure à l'offre.

Quand avez-vous effectué cette baisse ?

En 2015, nous avons vendu 50 000 billets à prix cassés, jusqu'à moins 30 % de réduction. Est-ce qu'il y a eu 50 000 touristes de plus? Non. Il y a des chanceux qui en ont bénéficié. Ils avaient prévu de venir à Tahiti de toute façon. Nous ne pouvons pas faire venir des touristes si le produit n'est pas conforme et s'il n'y a pas la capacité d'accueil correspondante. J'ai rencontré les tour-opérateurs américains et ils sont d'accord avec moi. Nous sommes tous en phase aujourd'hui pour dire que nous sommes saturés.


Mais pour ceux qui aimeraient venir en Polynésie et qui ne le peuvent pas à cause du prix des billets d'avion?

En ce moment on fait Auckland à 60 000 Fcfp. C'est moins cher que d'aller aux Marquises ; mais personne n'en parle. On parle toujours du tarif du vol Paris/Papeete en haute saison! Paris, nous le vendons à 160 000 Fcfp aussi, mais pas au mois de juillet ou au mois d'août. A cette période, nous n'avons pas assez de sièges d'avion. Nous sommes une entreprise commerciale quoiqu'il en soit. Nous avons de nouveaux avions à payer. Quand nous n'avons pas assez de sièges, les gars du management poussent les prix, et les prix passent parce que nous avons une demande sur juillet/août qui explose! Donc, à un moment donné, s'ils veulent partir, il y a des prix cassés toute l'année. Mais ça dépend de la saison, ça dépend de la période… Aujourd'hui, baisser les prix pour ne pas vendre plus, ce n'est pas possible…

Vous dites que cette baisse n'est pas demandée ?

Par les gens qui nous vendent! Et c'est là la grosse confusion! Quand je parle des tour-opérateurs et de mon incertitude à ce qu'ils répercutent les prix. Ils fabriquent des packages et ils les vendre aux agences de voyage. Comment est composé ce prix? Je n'en sais rien. A quel prix est vendu notre billet d'avion, je ne sais pas. Si je baisse le prix demain, qui me garantit que les tour-opérateurs vont répercuter?

Vous voulez plus de chambres, plus d'hôtels. Cela signifie que la Polynésie aura toujours le même type de touristes fortunés…

Mais nous n'allons pas nous en plaindre! C'est un créneau que nous pouvons avoir. C'est une destination qui leur plaît. Les gens parlent du low cost sans savoir! La Polynésie n'est pas un pays low cost! A faire venir des sacs à dos, qu'allons-nous leur proposer quand ils vont arriver ici? Le coût de la vie est ce qu'il est. On peut citer la république Dominicaine mais quel est le coût de la vie là-bas? Combien gagnent les gens ?

Vous voulez dire que la Polynésie française restera une destination inaccessible à une certaine partie de la population?

Après, c'est un choix de vie, ce n'est pas à moi de le dicter. Aujourd'hui, nous ne sommes pas une destination low cost. Après, les compagnies low cost, je veux bien, mais c'est quoi une compagnie low cost? C'est le même avion qu'ATN avec 50 sièges en plus et surtout, un siège social basé dans un pays qui n'est pas regardant sur les droits du travail. C'est ce qu'on veut? On ne veut plus de droit social? On veut de la précarité? Si on veut faire du low cost, la destination doit l'être. Nous ne pouvons pas nous disperser. Nous ne pouvons pas aller tous azimuts sur les marchés. Nous ne pouvons pas aller chercher toutes les niches.

Rédigé par Amelie David le Mardi 6 Septembre 2016 à 16:17 | Lu 15127 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

5.Posté par mathius le 06/09/2016 17:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pourquoi monvoisin a les dents qui rayent le parquet ? Parceque il en rien à foutre de l'intérêt général. Il sert son prince qui est malheureusement totalement incompétent, ainsi se gouverne les pays assistés. Il va réussir à renflouer sa compagnie sur le dos des plus faibles, et les bénéfices du tourisme iront dans les banques offshores par les compagnies internationales. Ou est le bénéfice pour le pays? Allez Buissou explique nous cette politique economique touristique.

4.Posté par Cool Ruler le 06/09/2016 17:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En fait, ATN ne veut pas baisser ses prix, de peur que les TO gagnent plus d'argent en ne répercutant pas la baisse ?

Quant au fait que nous sommes une destination de luxe car le low cost entraînerait avec lui des bas salaires et une expatriation fiscale qu'ATN ne peut se permettre, je doute que les propriétaires de pensions de famille qui ne pratiquent pas, eux, des tarifs de luxe goûte cette explication ...
Mais sur les tarifs incendiaires en haute saison, on ne peut lui en vouloir, c'est une entreprise privé, enfin je crois ...

3.Posté par TOM le 06/09/2016 17:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Monsieur le PDG d'ATN, c'est à cause de vous que 25 hôtels ont fermé (je ne parle même pas des pensions de famille) depuis la création de votre compagnie. C'est pour ça qu'aujourd'hui il n'y a plus de place en haute saison, vous êtes en train de niveler l'industrie touristique par le bas en vous gavant avec votre surcharge carburant (la plus haute au monde au kilomètre parcouru), au détriment du développement touristique et de l'économie du territoire. Bien sûr que si le billet était plus bas nous aurions plus de touristes, plus de consommation, plus de création d'emploi. Mais vous défendez bien votre compagnie au détriment de tout le reste, on ne peut pas vous enlever ça !

1 ... « 2 3 4 5
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 09:46 Diabète : Le Pays répond au Cesec

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019