Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Le colonel Caudrelier "pessimiste" pour l'avenir de la Polynésie française



Le colonel Pierre Caudrelier au pupitre pour un discours ancré dans la réalité, vendredi à l'occasion de la célébration de Sainte-Geneviève, patronne des gendarmes.
Le colonel Pierre Caudrelier au pupitre pour un discours ancré dans la réalité, vendredi à l'occasion de la célébration de Sainte-Geneviève, patronne des gendarmes.
PAPEETE, le 28 janvier 2017 - Le commandant de la gendarmerie pour la Polynésie française a tenu à tirer quelques sonnettes d'alarme à l'occasion de la célébration annuelle de la Sainte-Geneviève, patronne des gendarmes, vendredi à la paroisse du Sacré-Cœur de Arue.


Chaque année, il est de tradition pour le commandement de la gendarmerie pour la Polynésie française de célébrer la fête de Sainte-Geneviève, patronne des gendarmes, en présence de nombreuses autorités civiles, militaires et religieuses. Moment de partage et de communion pour l'ensemble des personnels de la gendarmerie et leurs familles, la Sainte-Geneviève offre aussi une tribune à leur commandant. Et cette année, le colonel Pierre Caudrelier n'a pas fait dans l'angélisme : "Non, la Polynésie française n'est pas un havre de paix. Non, la typologie de la délinquance ne se limite pas à des faits bénins qui justifierait une certaine tolérance des autorités ou une indifférence de la population".

Croissance et banalisation de la consommation de drogues, omniprésence de l'alcool, jeunesse en perte de repères, danger de la corruption des élus et des acteurs socio-économiques, le colonel Caudrelier a livré sa "vision des choses", "pas partagée par tout le monde, par ignorance et aussi parce que cela dérange de regarder les choses en face", "celle d'un observateur de premier ordre des turpitudes polynésiennes (…) qui, se fixant des objectifs en matière de lutte contre la délinquance, discerne de mieux en mieux le visage véritable de ce cancer qui ronge la Polynésie".

Une jeunesse en danger

"Une partie de la jeunesse est délaissée par des parents incapables de percevoir leur dangereuse dérive vers la délinquance, il est patent que les mineurs tiennent une place de plus en plus grande dans les statistiques de la délinquance sous toutes ses formes", constate le patron de la gendarmerie au fenua. "Cette évolution est si nette que le doute n'existe pas". Des mineurs qui sont aussi victimes, notamment de violences sexuelles, et "continuent d'occuper à temps plein la brigade de prévention de la délinquance juvénile avec environ 250 signalements annuels, sorte de record sordide dont la Polynésie ne peut s'enorgueillir de détenir".

"Qu'un processus d'auto-défense se mette en place au profit des enfants du fenua, contre les dangers des drogues, de l'alcool et de la violence", prévient le colonel Caudrelier. "Sans un tel sursaut, la Polynésie ne sera pas en mesure de relever les défis de l'avenir (…) Car aujourd'hui, l'action de la gendarmerie atteint ses limites, comme en attestent certains indicateurs de l'année 2016".

L'ice, une gangrène

La banalisation du pakalolo, "considéré comme un produit de subsistance" mais en réalité "un produit d'appel qui génère des fonds souvent réinvestis dans une drogue bien plus dangereuse, l'ice importé des Etats-Unis", inquiète le haut gradé au plus haut point : "Le trafic d'ice devient une véritable menace pour la santé publique en Polynésie, tant ses effets sont destructeurs et tant l'addiction qu'il provoque conduit les consommateurs à une déchéance et à une désocialisation totale. Les quantités importées peuvent être évaluées à plusieurs kilos, voire plusieurs dizaines de kilos par an, quantité considérable à l'échelle d'une population de seulement 260 000 habitants. Ce trafic génère des dividendes considérables à la revente, eux-mêmes réinvestis dans l'économie locale. Le danger d'une déstabilisation de toute la société existe et ne doit pas être négligé. Pourtant, sa diffusion n'est pas confidentielle en Polynésie, elle est un secret de polichinelle dans ce village où tout le monde sait tout sur tout le monde".

L'affaire de tous

Le commandant de la gendarmerie va même plus loin, évoquant "le danger de la corruption" qui outre les élus, "affecte déjà des acteurs socio-économiques très divers, qui contribuent souvent passivement, parfois activement, à la captation puis à la dissolution de l'argent sale dans l'économie" : "L'argent que produit le trafic d'ice irrigue le marché de l'automobile, il se blanchit dans les banques locales, il se réinvestit dans l'immobilier et les activités commerciales. Mais il pervertit aussi ceux qui, par appât du gain, par solidarité familiale, parfois par indifférence, tournent la tête là où il faudrait refuser une complicité active ou passive". "Les gains générés sont tels que nous ne pouvons qu'imaginer une aggravation de la situation, quelle que soit l'efficience de nos enquêteurs et quels que soit les efforts de prévention", relève le colonel.

Le colonel Caudrelier qui appelle de ses vœux la population locale dans son ensemble et "les forces vives de cette Polynésie endormie sur ses certitudes" à une réaction rapide : "Ce qui couve ici, c'est l'échec de la jeune génération, celle qui fera l'avenir de la Polynésie. C'est la perversion de l'argent facile, de la corruption rampante d'une minorité qui enfle. Il s'agit d'un enjeu de société dont peu de monde a conscience ici. Ce n'est pas du catastrophisme que de pronostiquer une dégradation sensible et déjà perceptible à travers ces quelques symptômes bien marqués".

Les autorités civiles et militaires étaient conviées à la cérémonie œcuménique en la paroisse du Sacré-Cœur de Arue

La traditionnelle messe a précédé un discours sans angélisme où le patron des gendarmes en Polynésie française a livré sa vision des dangers qui menacent la société polynésienne.
La traditionnelle messe a précédé un discours sans angélisme où le patron des gendarmes en Polynésie française a livré sa vision des dangers qui menacent la société polynésienne.

La lecture du "Notre Père"

Le colonel Caudrelier "pessimiste" pour l'avenir de la Polynésie française

L'aumonier militaire et Mgr Jean-Pierre Cottanceau, archevêque du diocèse de Papeete

Le colonel Caudrelier "pessimiste" pour l'avenir de la Polynésie française


Rédigé par Raphaël Pierre le Samedi 28 Janvier 2017 à 13:28 | Lu 48429 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

1.Posté par Kaveka le 28/01/2017 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin , une personne qui ne pratique pas la langue de bois et qui dit la réalité de notre pays et surtout de notre jeunesse . Aujourd'hui ne nous noyons pas sur des projets " pharaoniques , indémesurables" ( Iles flottantes et autres ) soyons concrets et " réalisables" et surtout vous les politiques

2.Posté par lola le 28/01/2017 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Enfin quelqu'un de lucide sur notre paradis qui met les points sur les I .On va voir la réaction de nos obèses d'élu à ce discours ! Mais il y a fort à parier qu'ils vont se retrancher derrière une comparaison avec la métropole A mon idée ce colonel va bientôt être mis à la retraite ou muté

3.Posté par Xenos le 28/01/2017 15:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Respect et admiration pour ce militaire qui a le courage de parler vrai.

C'est rarissime par les temps qui courent, même si seule la vérité pourrait nous amener à agir efficacement.

Il est tellement plus confortable, et bon pour la carrière, de parler le politiquement correct... La lâcheté est si bien récompensée...

Allez, soyons fous, citons Diogène :

La vérité est amère et désagréable aux gens sans esprit, tandis que la fausseté leur est douce et agréable. C'est, je crois, tout comme pour les malades : la lumière leur blesse les yeux, tandis qu'ils aiment les ténèbres qui les empêchent de voir et ne leur causent aucun trouble.

Encore Merci colonel Pierre Caudrelier. Puissiez-vous être entendu - mais je ne le crois pas...

4.Posté par Fiu!!! le 28/01/2017 15:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté". Guy Béart (SIC).

Mais comme nous vivons dans une république bananière, il sera probablement muté ailleurs, ou mis au placard... à la demande de quelque politicard local, s'il est dans les petits papiers du pouvoir central...

Ça ne vous rappelle rien, du temps où OT était au pouvoir ?
Bon c'est vrai, il ne s'agissait "que" d'une journaliste.
Et depuis, OT n'est plus en odeur de sainteté auprès des partis métropolitains y compris le PS, et la journaliste est revenue à l'antenne.
Mais Oscar s'en fiche, il a toujours sa ligne directe avec Dieu et ses potes à l'ONU.

Et cela dit, merci Mon Colonel pour avoir eu le courage de le dire, et de continuer à faire le job, malgré les bâtons qu’on vous met dans les roues.

5.Posté par Helenne le 28/01/2017 16:52 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L individu craint de dénoncer pr éviter des. Represailles des menaces.Soyonsforts et solidaires dénonçons cela à la justice. Non seulement ils vendent mais aussi pour fragiliser l esprit et empêcher l''autre d''évoluer de progresser.FelicitationJustice

6.Posté par Ariitu le 29/01/2017 05:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mauruuru colonel pour votre courage et votre souci de l'avenir de la jeunesse polynésienne et de ce pays.
Politique ou pas , chacun doit se poser la question : que dois je faire ? Autour de moi, pour mes enfants d abord ? Pour ma famille ? Pour mes amis ? Pour mes voisins ? Dans mon lieu de travail ? Dans mon quartier ? Que dois je faire pour cette jeunes afin qu elle ne sombre pas dans la déchéance ? Que dois je faire pour mon Fenua pour paraphraser jfk.
levons nous et agissons dès maintenant ! J ai confiance en mon pays ! Confiance en cette jeunesse ! A tu !!!

7.Posté par ARTIMON le 28/01/2017 21:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà ce qui s'appelle dresser un constat !
Rigoureux, précis, sans complaisance.
Un vrai, un excellent travail de gendarme.
Merci Colonel !
Il faut espérer que cela incitera tous ceux et celles qui exercent une responsabilité dans ce pays, en commençant par les pères et les mères de famille, à relire votre analyse, à en tirer les conclusions qui s'imposent et à ne plus jamais se montrer laxistes.

8.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 28/01/2017 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Jolie leçon ou pa-nique en uniforme d'un surrémunéré d'XPF/XEU à l'adresse des colonisés français autonomisés de "la Polynésie française" proscrits du DROIT au RSA ? hohohohoho [email protected]

9.Posté par BUFFET Philippe le 28/01/2017 23:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le 1er cas qui fait état de comportement de république bananière en Polynésie fut celui de feu Commandant Destremeau qui mourut en Mars 1915 soit six mois après son acte de courage le 22 septembre 1914 parce que sa compétence depaisait au gouverneur.

10.Posté par RAUFAUORE le 29/01/2017 07:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mon colonel, c''est hélas la triste réalité des parents que j''associe à l''irresponsabilité qui leur incombe en délaissant aveuglément leus enfants qui, comme vous le souligner, prennent la mauvaise direction. La corruption des élus doit être condamné.

11.Posté par Maimiti le 29/01/2017 08:29 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Maururu roa Mr Le colonel!!!


12.Posté par Vini le 29/01/2017 08:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Généralement la famille nous aide dans l''éducation des enfants par ses conseils. Avec la fracture familiale qui existe chez certains où reigne violence et délaissement peut-être une école des parents est nécessaire comme les cours d''accouchement.

13.Posté par Manu le 29/01/2017 09:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est très bien de se rendre compte de ça. Maintenant il faut aussi agir. Il faut que l'état joue son rôle. Pour ceux qui se rappellent il y a encore pas si longtemps, les mutoi avaient beaucoup plus de droits, les mairies avaient des cachôts et je peux vous assurer que quand ils passaient dans les quartiers et qu'ils disaient "mea ma, quand on repasse, on veut plus voir personne avec de la biere dans le chemin" les jeunes rentraient parce qu'ils savaient qu'avec les mutoi ça rigolait pas. Ensuite l'état a dit aux mutoi "maintenant c'est fini, vous avez plus le droit de faire ça, c'est du ressort des gendarmes". Maintenant on voit plein de jeunes boire dans les rues et que font les gendarmes ? Les gendarmes ont les voit sur les controles routiers et pendant les descentes, mais combien patrouilles ? Vous voyez souvent des gendarmes en patrouille à pied ? Comment voulez vous que la délinquance baisse si ils ne font rien ?

14.Posté par Mathieu le 29/01/2017 09:51 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

BRAVO.

15.Posté par Dr. Funk le 29/01/2017 10:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Chers colonisés de la colonie,
Il n'est pas étonnant un colonel de la gendarmerie, représentent toutes les gens qui se trouvent au premier rang face à la misère sociale en Faranésie trouve les bon mots pour évoquer la réalité qui se cache derrière cette mythe fané de la « Nouvelle Cythère » encore vendue par des structures obsolètes comme Tahiti Tourisme.

16.Posté par Dr. Funk le 29/01/2017 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite : Bon représentant du pouvoir coloniale son analyse est limité à une description des faites, mai il oubli surtout évoquer les causes principales de la misère actuel : la destruction de la structure sociale autochtone par le colonialisme en imposant une système étrangère sous le bannière de la civilisation à la Française. Après l'étape du colonialisme nucléaire, principal créateur du clivage de la société actuel, il y a, pour une grande partie de la population, souvent autochtone que le vide, un vide terrible.

17.Posté par Dr. Funk le 29/01/2017 10:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite : Pour remplir cette vide toutes les moyennes sont bons : consommer à outrance : mauvaise nourriture, l'alcool, le paka, l'ice etc.etc.etc... et au niveau administrative (politique) adhérer à de cargo cultes des toutes sortes. On peut que espérer le jour arrivera, ou des membres de la société Faranésien (jeunes ou âgés, autochtones ou pas) prennent enfin leur destin dans leur propres main et créent une avenir hors du contexte habituelle.
Mais entendent encore récemment "Non, La France n'est pas coupable d'avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Nord," (F.Fillon, http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-francois-fillon-la-colonisation-visait-a-partager-sa-culture_1825773.html ) le chemin vers une avenir va être longue et dure.

18.Posté par emere cunning le 29/01/2017 13:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah voui alors, quel beau partage et sincère communion… à casser les polynésiens ! Ste Gene devait jubiler ! Et bonjour la laïcité, en passant.
Eh oui, « la jeunesse délaissée par des parents incapables de percevoir leur dangereuse dérive vers la délinquance » pendant que votre bijoutier s’occupe d’en faire des voleurs pour, lui, s’enrichir et se balader. Combien de jeunes pollués/détruits quand il faut un an à ta horde de gendarmes et procs pour qu’il cesse son sale commerce ? Qui est ce que « cela dérange de regarder les choses en face » quand cette crapule a encore droit à l’anonymat ? Une vision divine que la vôtre quand vous supprimez l’EPAP et les moyens de prévention mis en place par G Flosse ?

19.Posté par emere cunning le 29/01/2017 13:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cé vrai que vous étiez trop occupés à en faire « l’homme le plus corrompu » pour ouvrir les yeux sur votre belle république, vos politiques, jusqu'à… vos présidents, ministres et présidentiables qui ont pioché dans la caisse, fraudé, entretenu leurs filles et maîtresses, leurs emplois fictifs, et j’en passe. Bien « qu'observateurs de premier ordre de leurs turpitudes », vous n’avez rien VOULU voir. Il a fallu que des journalistes se fixent ces objectifs pour lesquels VOUS ÊTES PAYES pour investiguer à votre place et les dénoncer afin, qu’enfin, nous discernions votre vrai visage et ces cancers importés de votre beau pays, déjà parti à la dérive.
E coronel ma, purumu rii hoa i mua noa i to fare, hou a haapii mai.

20.Posté par zozo le 29/01/2017 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A voir la réaction de la premiere groupie de G FLOSSE sur ce forum ,on voit que le colonel a fait mouche !! Et oui quand les jeunes voient ce que font les politiques des fonds publics on voit pas pourquoi il se gênerait pour faire leur propre busisness. Surtout que la jeunesse dorée de nos elus recherche les aventures !!!ex president du pays, président du syndicats des maire, député, ex ministre, maire tous pris les mains dans le pot de confiture et tout ça pour une population de moins de 300000 personnes ! Je laisse le soin à la groupie de faire le rapport avec une population de 60 million LOL y a pas photos ici on a le record ! pas etonnant que la France soit en 23 position pour la corruption merci GASTON

21.Posté par Pierre fleurie le 29/01/2017 16:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Colonel pour ce discours objectif. On aimerait que les inspecteurs de l’Éducation national pour le primaire au service du ministère local de l’Éducation aient les mêmes "c..." pour parler vrai, eux qui disent en permanence que tout va bien à l'école primaire et que le niveau est bon... Résultat, les ministres de l’Éducation se tapent le ventre en se félicitant de la réussite de leur mandat. L'inspecteur est bien vu, les parents sont contents... et les gamins se crashent au collège... où la nouvelle réforme va faire semblant de les sauver jusqu'à 16 ans. Après, ce sont les faits divers qui nous en parlent !!!!!

22.Posté par teva le 29/01/2017 19:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dr Funk, comme beaucoup ici t as des jolis mot mais t en comprend aucun.. pour exemple les "cargo culte?" tu as lu des livres c est bien, mais t es hors contexte, il faut simplement reconnaitre qu enfin qq denonce a haute voix,
La colonisation n apporte pas nécessairement le mal. LA FAINÉANTISE, LA VANITÉ, ET LA SUFFISANCE TUENT LA CULTURE rien d autre aussi, classer les gens comme "Popaa" 'tinito 'Maohi'''n aide pas L UNITE mais nous separe...

23.Posté par Helene le 29/01/2017 20:54 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo Monsieur, vous dérangez, espérons que vous ne serez pas muté dans peu de temps Mais Je ne vois pas de solutions à ce mal etre des jeunes à ce malaise général
tout le monde sait que ça ne va pas Mais On ne sait pas comment faire pour redresser

24.Posté par Helene le 29/01/2017 21:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour redresser la barre Je ne vois pas comm On peut faire
A l''école plus d''autorité
Les parents pensent que l''on doit tout y apprendre (Mais la courtoisie, le respect le savoir vivre) c''est le rôle des parents
L''hygiène aussi ainsi que les soins

25.Posté par Helene le 29/01/2017 21:18 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mais On ne peut pas tout faire Chacun à un rôle à jouer Mais personne ne veut de contrainte Il ne faut pas se voiler la face On est mal barré Les jeunes font peur et Il y a maintenant des zones de non droits Je suis pessimiste Quand a l''avenir

1 2 3
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Juin 2021 - 18:40 Les communes encore trop subventionnées

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus