Tahiti Infos

La Banque d'Angleterre voit la récession approcher et accentue ses hausses de taux


OLIVIER DOULIERY / AFP
OLIVIER DOULIERY / AFP
London, Royaume-Uni | AFP | jeudi 04/08/2022 - La Banque d'Angleterre a annoncé jeudi une hausse des taux d'un demi-point de pourcentage, mesure drastique pour contrer l'inflation qui s'accélère et va selon elle plonger le Royaume-Uni en récession pour plus d'un an.

Le choix de la BoE de relever son principal taux à 1,75% avec une hausse de 50 points de base, sa plus forte augmentation depuis 1995, risque aussi de peser sur l'économie en rendant les emprunts plus coûteux.

L'inflation britannique devrait, selon le rapport de politique monétaire, poursuivre son escalade à plus de 13% en octobre, un record depuis fin 1980, après avoir déjà atteint en juin 9,4% sur un an, alimentant une crise aigüe du coût de la vie.

La flambée des prix du gaz depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine fait notamment prévoir à la banque centrale une hausse douloureuse, de 75%, du plafond des prix de l'électricité facturée aux consommateurs en octobre.

Les dégâts seront lourds pour l'économie: "Nous prévoyons une contraction de la production chaque trimestre" entre les trois derniers mois de 2022 et les trois derniers de 2023, prévient la Banque d'Angleterre (BoE).

Et "la croissance après cette période restera très faible", selon l'institut d'émission, qui projette une croissance de 3,5% en 2022, une première contraction du PIB de 1,5% en 2023 et une deuxième de 0,25% en 2024.

"Sympathie" 

"J'ai de la sympathie pour ceux qui se demandent pourquoi nous relevons nos taux maintenant et rendons la vie plus difficile", a assuré Andrew Bailey, gouverneur de la BoE, lors d'une conférence, soulignant que "l'inflation sur les biens essentiels touchait particulièrement les moins riches".

"Mais l'alternative est pire", a-t-il insisté.

"Notre travail, c'est d'éviter que l'inflation s'installe au delà de deux, trois ans", comme elle l'avait fait dans les années 1970, complète Ben Broadbent, membre du comité de politique monétaire.

Selon la BoE, mieux vaux ainsi agir plus fort maintenant que de voir le cycle de durcissement de la politique monétaire s'installer dans la durée.

M. Bailey a indiqué que pour les réunions à venir, "toutes les options seront sur la table".

La BoE suit l'exemple de la Réserve fédérale américaine et de la Banque centrale européenne, qui ont choisi de monter leurs taux de respectivement 0,75 et 0,50 point de pourcentage en juillet.

"L'hiver arrive et s'annonce comme une horreur absolue pour l'économie britannique", commente Laith Khalaf, analyste de AJ Bell, jugeant que si une hausse de 0,50 point est historique "elle est éclipsée par les prévisions économiques épouvantables de la Banque d'Angleterre" avec une récession qui "arrivera juste à temps pour Noël".

Critiques politiques 

La banque centrale britannique a indiqué qu'elle voterait aussi, en septembre, sur la possibilité de commencer à vendre activement les obligations qu'elle détient dans le cadre de son programme de rachats d'actifs.

Les projections de la BoE sont compliquées par l'incertitude autour de l'invasion russe en Ukraine et de son effet sur le marché européen de l'énergie, mais également sur la politique du Royaume-Uni, où un nouveau Premier ministre doit être nommé par les Conservateurs.

La candidate en tête des sondages, Liz Truss, affirme vouloir changer le statut de la BoE pour qu'elle vise plus directement l'inflation, mais propose aussi des baisse d'impôts critiquées pas ses opposants comme étant susceptibles de doper la hausse des prix.

Toute politique qui ferait augmenter l'emprunt public "conduira à une inflation élevée (...) qui rendra tout le monde plus pauvre", a ainsi réagi son concurrent Rishi Sunak sur Twitter.

L'opposition travailliste voit dans la situation "une preuve de plus que les conservateurs ont perdu le contrôle de l'économie".

"Je ne vais pas commenter ce qui pourrait se passer" en cas de baisses d'impôts, a évacué M. Bailey jeudi devant la presse, mais il a rappelé qu'"une des forces de la BoE était son indépendance".

Si la BoE a été l'une des premières grandes banques centrales à remonter ses taux fin 2021, certains économistes estiment pourtant que des hausses dès le milieu de l'année dernière auraient permis de juguler l'inflation avant qu'elle ne décolle.

le Jeudi 4 Août 2022 à 05:04 | Lu 318 fois
           



Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.