Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



Foncier : La famille Pomare revendique 90 hectares à Miri



"Nous voulons que le traité qui a été signé par mes pères le 29 juin 1880 soit respecté", a souligné Joinville Pomare ce jeudi matin.
"Nous voulons que le traité qui a été signé par mes pères le 29 juin 1880 soit respecté", a souligné Joinville Pomare ce jeudi matin.
PUNAAUIA, le 14/04/2016 - Le conseil coutumier autochtone ORA, regroupant les familles royales polynésiennes, dont Joinville Pomare, revendique plusieurs parcelles de terres sur les hauteurs de Punaauia. Selon Joinville Pomare, ce serait 90 hectares qui appartiendraient à la famille royale. Un traité a même été signé en 1880 par le roi Pomare V, qui demande à la France de laisser toutes les affaires relatives aux terres entre les mains des tribunaux indigènes. Un traité que les Pomare veulent faire respecter.

Le lotissement de Miri est au cœur de l'actualité depuis plusieurs semaines. En effet, la vente de ces parcelles de terres a été suspendue, par la cour d'appel, le mois dernier. Celle-ci a estimé que ni la société Delano, ni la famille Pomare n'étaient propriétaires de ces terres, ce qui crée une vague d'inquiétude pour ceux qui ont investi dans ce lotissement.

Loin de baisser les armes, Joinville Pomare maintient sa position et affirme être propriétaire de 90 hectares. Il a d'ailleurs, avec d'autres membres du conseil coutumier autochtone de l'organisation des revendications autochtones (ORA) convié la presse pour apporter des précisions sur leurs revendications. "Je ne m'amuse pas à occuper des terres juste par plaisir, mais si je le fais c'est qu'elles nous appartiennent et j'ai des titres de propriété en bonne et due forme", assure-t-il. "Si les juges ont décidé qu'il n'y a pas de propriétaires, je me pose la question sur les droits de propriétés autochtones que nous avons. Je peux dire à tous les Polynésiens que nous sommes propriétaires du lotissement Miri."

Avec les titres de propriété en main, le descendant de la famille royale veut que les décisions qui ont été prises entre ses aïeux et la France, soient respectées. "J'appelle le gouvernement du Pays et tous les partis politiques, l'État français, M. François Hollande, à respecter les traités que mes pères ont signé avec la France, le 29 juin 1880, ratifiés par le Sénat et l'Assemblée nationale au nom de l'État."

Dans ce traité, signé par le roi Pomare V et les différent chefs de l'île, il est écrit : "Nous désirons enfin que l'on continue à laisser toutes les affaires relatives aux terres entre les mains des tribunaux indigènes." Un traité qui a été ratifié par le Sénat et la Chambre des députés, le 30 décembre 1880. "Tant qu'il ne sera pas respecté, notre action ne s'arrêtera pas. Nous n'allons pas occuper le site de Miri, ou dormir sur place. Les gens n'ont pas à avoir peur de ce que nous sommes en train de dire. Il y a un État de droit, il y a une justice, laissons la justice faire. Les choses se feront comme elle aura décidé", explique Joinville Pomare, avant de poursuivre : "Cette affaire de Miri est une affaire d'État et je m'adresse à l'État français qui ne respecte pas les droits autochtones. Nos frères maori sont respectés dans leurs droits. Il n'y a aucun litige, aucune bagarre. Il y a simplement à respecter ce qui appartient aux autochtones. Chez nous, il nous faut nous bagarrer, on nous traite de voleurs, de truands, de voyous, mais qu'est-ce que cela veut dire ? En tant que roi, je suis un voleur ? Mais je ne peux pas voler chez moi. On me vole tout et on me traite de voleur."

Durant la conférence de presse, Joinville Pomare est même allé plus loin en déclarant : "Je suis prêt à aller en prison pour que le traité soit respecté." Mais pas de crainte à avoir, il a assuré qu'il n'avait pas l'intention de commettre l'irréparable. Cependant, la situation ne plaît pas du tout aux personnes qui ont investi dans leurs maisons à Miri. Selon Joinville Pomare, ces familles étaient au courant de la situation, au moment de la signature du contrat. Et c'est à l'État français d'indemniser ces familles, s'il a gain de cause. "Je ne suis pas Monseigneur, je ne vais pas absoudre les gens par rapport à leurs fautes. Je suis d'accord pour dire que ces gens sont tombés dans le panneau, mais ils étaient bien consentants quand ils ont signé. Vous voulez aussi que je sois juge, avocat, prêtre… Non, je dis aujourd'hui, que nous n'avons pas été respectés."

Même s'il a affirmé laisser la justice faire son travail, le descendant royal demande aussi à ce que tout le monde se réunisse autour d'une table (État, Pays, partis politiques) pour que le dossier du lotissement Miri avance.


Rédigé par Corinne Tehetia le Jeudi 14 Avril 2016 à 19:38 | Lu 6588 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

9.Posté par teiva 33 le 15/04/2016 10:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A hina Poste 6. Les Pomaré sont aussi de vrais Arii et certainement plus légitime que les Teva !!! T'as qu'à relire l'histoire de Tavi Hau Roa !!!
Maintenant par rapport à Joinville, je ne me prononcerais pas !!! Mais je pense que quelque part, il est bien de sang royal...

8.Posté par teiva 33 le 15/04/2016 09:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est aberrant c'est que le tribunal reconnait que même la société Delano n'est pas propriétaire... Que Pomaré le soit ou non, c'est quand même incroyable que cette put1 de société ait pu vendre des terres dont elle n'est pas propriétaire...

Ceux qui ont acheté des terrains à Miri pour bâtir était prévenu qu'il y avait un soucis... Je le sais, j'ai voulu moi même, acheter un terrain à miri en 2001-2002 et sur le contrat d'achat, il était stipulé qu'il y avait un soucis de reconnaissance de propriété... C'est pour ça que je n'ai pas acheté le terrain. Mais on me disait qu'il n'y avait aucun soucis... En 2008, voyant que les lots continuaient à s'étendre et pensant que le problème était réglé, j'ai voulu acheter une seconde fois un terrain, mais cette fois bien plus haut que la première fois... Mais il y avait toujours le même soucis... J'ai donc encore décliné cet achat...

Encore une fois, comment peut-on vendre des biens dont ils n'ont pas la propriété ??? C'est incroyable !!!

7.Posté par Chaval le 15/04/2016 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

" En tant que roi, je suis un voleur ? " Le roi ce Pomare là ? Le roi de quoi ? Il est persuadé que toute la Polynésie appartient aux Pomare et il nous sort un truc qui date de 137 ans, de la préhistoire quoi, celui là pour foutre la zizanie quand il s'agit de terrain il est fort. Dans le temps les Pomare s'attribuaient tous les terrains sans se préoccuper à qui ils appartenaient, droit du roi, droit de cuissage, droit de tout, pauvre cloche que ce Joinville.

6.Posté par Hina le 15/04/2016 08:03 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'il laisse les vrais Pomare s'en occuper ou bien les VRAIS ARII les descendants des TEVA. Joinville le sait très bien que si un vrai descendant des Pomare commence à réclammer ses terres, lui est foutu.

5.Posté par coyote le 15/04/2016 06:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En tant que roi, je suis un voleur ? En général oui, c'est pour ça qu'on leur coupe la tête.....

4.Posté par fiu le 15/04/2016 06:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"des tribunaux indigènes" mais c'est la préhistoire ce gag!

3.Posté par circonspect le 15/04/2016 04:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cher Joinville,

Est-ce que l'on peut venir, STP, avec ton autorisation occuper un terrain actuellement non bâtis ?

pour construire notre Fare Polynésien comme autrefois ?

Merci, de nous conseiller.




2.Posté par TUTERAI58 le 14/04/2016 21:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut l'enfermer le jp il devient carrément paranoiaque ou alors il veut faire ch.er tout le monde,si tu t'emmerdes tant que ca jp tu peux aller faapu ou pecher,ah oui j'ai oublié qu'un roi ne travaille pas,il bouffe et dort pendant que les autres travaillent pour lui.

1.Posté par Poti''i le 14/04/2016 20:23 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Des terres que la famille lle Pomare AVAIT FRAUDULEUSEMENT, ILLÉGALEMENT acquises! Dans le temps il suffisait au roi Pomare de poser son pied sur une terre pour devenir en propriétaire et tant pis pour les familles qui sont les réels propriétaires!

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 13 Novembre 2019 - 16:28 Tāmā'a Box en finale du Coopérathon

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019