Tahiti Infos
Tahiti Infos
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49

En transit




Elle serre fort la main d’Heiarii. Ils avancent dans la file en échangeant un doux regard. Quelle chance ce voyage après cette longue année au lycée !

Quelques coups d ’œil autour d’elle. En partance vers différentes îles des archipels, il y a là une petite foule de toutes les formes et de toutes les couleurs, un magnifique camaïeu d’humanité… des familles avec des tout-petits, un nourrisson qui va gagner pour la première fois l’île familiale, quelques matahiapo qui semblent reprendre des transhumances inter-îles connues depuis toujours, et puis deux ou trois couples de popa’a, de l’amour et du bonheur plein les yeux, peut-être en voyage de noces … un peu comme elle, un peu.

Quelques femmes en robes locales donnent vie aux imprimés fleuris. Un motif tatoo rouge et blanc lui plaît bien.

La découverte d’Anaa, l’île d’Heiarii son bien-aimé, elle en rêve depuis qu’elle le connaît.

Combien de temps passeront-ils là-bas ? Le temps des vacances ? Toute la vie ? Difficile à dire aujourd’hui.

Elle retire de son oreille la tiare cueillie pour elle par Mamie, tout à l’heure à leur départ. Elle est si douce et généreuse, la grand-mère d’Heiarii ! C’est un bonheur de la côtoyer,  cette toute petite femme toute en raffinement et en fermeté. Le parfum de la fleur la replonge pour quelques instants dans le jardin de la vieille dame.

Tout à l’heure, à l’enregistrement elle a présenté son extrait d’acte de naissance… « bon voyage, nana ! », a dit l’hôtesse avec un sourire, en rendant le document à la toute-jeune fille. Et l’épaule pressée contre celle d’Heiarii, elle a partagé avec lui en silence ce moment de joie. Merci Mamie pour ce beau voyage hors du temps et hors-la-loi !

Dans quelques semaines, il y aura l’éducateur, le psychologue, les décisions de justice … pour l’heure, elle est toute à son bonheur. De la main droite, elle caresse d’un doigt les cicatrices linéaires épaisses de son avant-bras gauche et Heiarii, qui la voit faire, appuie ses lèvres contre la tempe de l’adolescente. Ces cicatrices ont trois ans, c’était un jour de « trop reçu », de « trop enduré ». Etre l’ainée à la maison, c’est vraiment difficile. Alors ce moment de folie, cet appel à l’aide, que personne n’a entendu… Mais aujourd’hui, c’est un hématome à l’épaule droite qui la fait souffrir. Encore un coup reçu, peut-être le dernier.

La file avance tranquillement, contrôle des bagages à main. On s’assoit dans la salle d’attente des vols domestiques.

Dans quelques minutes maintenant, l’embarquement vers Anaa, la fugue bien préparée avec l’aide de Mamie, vers son île.

Les familles avec enfants se hâtent vers l’avion. Le jeune couple avance doucement, savourant ce moment rêvé et sa fragilité. Au loin à gauche, la silhouette massive et rassurante de Moorea.

Un regard vers les grands avions des longs courriers.

Un jour peut-être, son rêve prendra forme et l’un des ces avions l’emportera très loin d’ici, très loin de la violence de son père et des coups quotidiens, déchirant son cœur à jamais…
 
Isabelle TOLLU