Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



CPS : Le rapport de l’Igas veut faire payer les plus riches pour financer la santé



PAPEETE, le 6 octobre 2014 - Le très attendu rapport de l’Igas sur notre système de santé contiendrait 70 recommandations pour aider à équilibrer le budget du régime d’assurance maladie, qui cumulait 12,5 milliards Fcfp de dettes fin 2013. Des suggestions qui risquent de ne pas plaire à tous.

Comment équilibrer le système de santé polynésien ? On se souvient qu’en décembre 2013, une mission de l’inspection générale des affaires sociales (Igas), de l’inspection générale des finances et de l’administration est venue enquêter en Polynésie et que ses conclusions sont très attendues depuis le début de l’année. Ce rapport était d’ailleurs la condition sine qua non pour un retour de l’État au financement du RST. Ce retour a été annoncé le mois dernier, « en accompagnement des réformes qui seront engagées pour en assurer la pérennité » notait le Haut-commissaire.

Le rapport n’est cependant toujours pas public, mais nos confrères de Polynésie Première ont publié quelques-unes des 70 recommandations des experts. Elles ont pour but de préserver un accès aux soins universel, tout en partageant le fardeau entre tous.

Pour augmenter les recettes, le rapport propose d’augmenter les contributions des plus riches :
- Déplafonner les taux de cotisation maladie
- Augmenter les taux en essayant d’épargner les plus défavorisés
- Affilier les agents et pensionnés de l'État au RGS. Ils dépendent pour l’instant du régime national

Pour diminuer les dépenses, les experts veulent baisser le prix des prestations et réformer les hôpitaux :
- Baisser le prix des prestations médicales, en particulier réduire les coefficients géographiques et les lettres-clé (le taux de base pour chaque acte) des professions libérales de la santé, qui sont considérés comme étant dans une situation privilégiée grâce à la faible imposition locale
- Baisser le prix des médicaments remboursables
- Réformer le CHPF où se concentrent les moyens
- Réorganiser les hôpitaux périphériques autour de leurs services d’urgence et de leurs offres de soins de suite et de réadaptation (SSR)
- Fusionner les deux cliniques privées, sur-financées actuellement

Pour équilibrer le régime de solidarité :
- Combler immédiatement le déficit du RST sur le budget du Pays, le financer dans le budget 2015
- Améliorer le processus d’admission au RST en mettant en place un service d’instruction et de contrôle commun à la CPS et à la DAS
- Renforcer les sanctions contre la fraude
- Uniformiser les prestations familiales entre les régimes

Notons que depuis la rédaction de ce rapport en janvier, plusieurs efforts ont été faits par le Pays sur le RST, avec une subvention de 2 milliards Fcfp et un renforcement des sanctions et des contrôles pour les fraudeurs.

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Lundi 6 Octobre 2014 à 17:20 | Lu 3874 fois

Tags : CPS, IGAS, PSG, RSPF, RST





Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

2.Posté par wakrap le 06/10/2014 19:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ensuite, actuellement les cotisation sont plafonnées à 3 000 000 c'est sur qu'en déplafonnant ils vont combler le déficit. A ce degré de bétise,cela devient pathétique, on s'en fout que le déplafonnement soit total, cela ne rapportera rien et à mon avis, ils y perdront car la poignée de gros revenus va se débrouiller du coup pour les occulter par exil fiscal local ou externe. Par contre, je suis horrifié de voir une proposition d'augmentation des cotisations en préservant les plus petits revenus. Cela revient à rendre les cotisations sociales progressives, le meilleur moyen de briser le lien social en rendant ces cotisations immorales et considérées comme du vol légal et contraint par ceux qui cotisent le plus.

1.Posté par wakrap le 06/10/2014 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est quand même inquiétant d'avoir des spécialistes aussi ignorants des spécificités locales et qui produisent des rapports truffés de stupidités. Tout d'abord, rappelons que ces personnes de l'IGAS si perfectibles, gagnent plus de 10 000 euros par mois. Ensuite, voir qu'ils écrivent des âneries du genre qu'il y a moins d'impots ici qu'en métropole pour les libéraux est à tomber par terre. La fiscalité des non salariés vaut largement celle de métropole, contrairement aux salariés et surtout aux fonctionnaires qui bénéficient plein pot de l'absence d'impôt sur le revenu et aussi de systèmes sociaux totalement exonérés de tout prélèvement Les non salariés paient un impôt sur le revenu : :l'IT et n'ont aucun système social déductible.

0.Posté par énergumène le 06/10/2014 18:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je que c'est pas moi qui ai écrit çà (même si j'approuve 90%)

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus