Tahiti Infos

A Dreux, une femme et ses deux enfants retrouvés morts


Crédit JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Crédit JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Dreux, France | AFP | jeudi 25/05/2023 - Une mère et ses deux enfants de 13 ans et 18 mois, ont été découverts morts jeudi matin dans leur pavillon à Dreux (Eure-et-Loir), tandis que son ancien conjoint était recherché pour être entendu par les enquêteurs.

Jeudi matin, la mère de famille ne s'est pas présentée à un rendez-vous prévu avec un proche, qui a alerté les pompiers, a déclaré à l'AFP le procureur de la République de Chartres, Frédéric Chevallier.

Les secours ont alors découvert les corps de la femme née en 1987, et de ses deux enfants, une adolescente de 13 ans et un bébé de sexe masculin, d'environ 18 mois, a ajouté M. Chevallier.

Les corps présentaient des plaies et "les premières constatations conduisent à privilégier l’utilisation d’une arme blanche par l’auteur des faits", a précisé dans un communiqué le procureur qui a saisi la direction territoriale de la police judiciaire d'Orléans.

"L’hypothèse des homicides des deux enfants par leur mère puis le suicide de cette dernière n’est pas totalement écarté mais reste très subsidiaire" a ajouté le magistrat, souligne que "l’intervention d’un tiers dans la commission des faits criminels" est "privilégiée".

La rue donnant accès au pavillon, doté d'une terrasse soutenue par des colonnades et aux murs de briques dépourvus de crépi, était barrée par la police, ont constaté des journalistes de l'AFP. Sur la façade, est installée une caméra de vidéosurveillance.

Sur place, les agents en blouse blanche de la police scientifique ont procédé dans la journée aux premières constatations.

"C'est un choc" confie un voisin, qui habite à deux numéros, et a souhaité rester anonyme. Il ne connaissait pas bien la famille d'origine turque, "ils étaient très fermés", ajoute-t-il, mais raconte avoir régulièrement entendus "des cris, des disputes". "On se disait +c'est encore eux+". 

A ce stade, "l’enquête criminelle flagrante se poursuit, sous la direction et le contrôle du parquet de Chartres", a souligné M. Chevallier.

L'ancien conjoint de la trentenaire est actuellement recherché par les enquêteurs pour être entendu.

"J'ai peur"

Il avait été condamné en septembre 2021 pour des violences sur sa femme et sa fille à un an de prison, dont quatre mois avec sursis probatoire, avec l'interdiction de les contacter. 

Quelques heures avant la découverte des corps, le père de famille a posté sur Facebook deux messages accusant sa femme de l'avoir trompé et d'avoir frappé sa fille, accompagnés de photos montrant des ecchymoses sur un avant-bras. "Je vais arrêter ma vie", écrit-il.

Dans une vidéo, le quadragénaire, mal-entendant, s'exprime en langue des signes. "Elle m'a déjà trompé avec d'autres hommes, plusieurs fois et ça, ma fille le savait. (...) Ma femme lui a dit que si elle me disait tout, elle la frapperait", dénonce-t-il, selon une transcription faite par l'AFP.

Mehmet (son prénom a été modifié) connaissait bien la mère de famille. Lui aussi est "choqué" par la nouvelle. "Je buvais un café chez elle il y a deux semaines", raconte-t-il, montrant une photo de lui et de la femme de 36 ans, brune aux yeux bleus, souriante sur les photos. 

D'après lui, le couple habitait cette maison depuis une dizaine d'années, et était séparé depuis environ deux ans. Malgré l'interdiction de contact avec sa femme et sa fille, l'homme de 46 ans est passé en voiture dans la rue à plusieurs reprises, a constaté Mehmet. 

Il a raconté à l'AFP que la trentenaire était venue le voir mercredi à 18H00, lui disant "j'ai peur". Elle voulait demander le divorce depuis plusieurs années, d'après ce voisin.

La trentenaire a déposé plainte mercredi pour des vols de bijoux et de documents, soupçonnant son ex d'avoir conservé un double des clés de la maison, a confirmé le procureur.

La mère de famille avait aussi porté plainte le 9 mai après avoir découvert un tracker GPS sous sa voiture, selon le magistrat, ajoutant que l'ex-conjoint devait être entendu en juin sur ces faits.

"Il devenait fou, il n'acceptait pas la séparation", d'après Séverine, une autre voisine qui n'a pas souhaité révéler sa véritable identité. "Ça me fait mal pour cette famille", dit-elle, émue. 

le Jeudi 25 Mai 2023 à 23:44 | Lu 456 fois