Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Vol et vandalisme de ruches : les apiculteurs dans la tourmente



L'Institut d'insertion médico-éducatif, qui accueille environ 60 jeunes et enfants handicapés, s'est fait vandalisé à deux reprises.
L'Institut d'insertion médico-éducatif, qui accueille environ 60 jeunes et enfants handicapés, s'est fait vandalisé à deux reprises.
PAPEETE, le 29/05/2017 - Douze ruches volées à Vairao, des ruches détruites sur le plateau de Taravao. L'Institut d'insertion médico-éducatif de Taravao a également subi des actes de vandalisme fin avril-début mai. Plusieurs plaintes ont d'ailleurs été déposées. Le plus dur est de se relever puisqu'il faut réinvestir de l'argent pour repartir de plus belle. Et pas d'autres choix que de sécuriser les futurs ruchers, ce qui représente un coût supplémentaire pour l'apiculteur.

"Ce phénomène existe depuis les années 2010 avec le développement de la filière", remarque Olivier Vergnet, vice-président de l'association Apis Porinetia. Et plus on avance dans le temps, plus le constat est alarmant. Aujourd'hui, les apiculteurs se rendent comptent que le volume des ruches volées a augmenté.

Et c'est le cas de Jacky Cavanier, apiculteur de Vairao depuis plus de dix ans. Il y a trois semaines, ce septuagénaire s'est fait voler une douzaine de ses ruches sur deux de ses exploitations, ce qui représenterait plus d'un million de francs de perte. "Un matin, nous étions allés sur notre rucher et nous avions remarqué qu'il nous manquait cinq ruches. Alors, nous avions commencé à enlever nos ruches pour les envoyer ailleurs. On avait un autre endroit qui me paraissait critique. Cinq ou six jours après, je me suis dit qu'il fallait les enlever, et on a remarqué qu'il manquait sept ruches", se rappelle-t-il. "Il y en avait une qui se situait à Mitirapa et l'autre à Puunui, à deux kilomètres de ma résidence. Nous venions de refaire nos ruches avec de nouvelles reines. Il y en avait huit qui étaient bien pleines avec 30 kilos de miel. Après, dans une ruche, il y avait deux hausses et une hausse c'est 15 kilos de miel", poursuit le septuagénaire.

Bien sûr, une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie. Et même s'il a des soupçons sur l'identité du voleur, Jacky Cavanier préfère laisser la justice faire son travail. Il a décidé de mettre en sécurité ses 90 autres ruches restantes. "Je les ai placées dans des endroits plus sécurisés avec des portails et plus difficiles d'accès", dit-il.

Pas question pour lui de baisser les bras, il a l'intention de réinvestir dans des futures ruches.

Et justement, la sécurisation des ruchers pourrait être une étape obligatoire pour les apiculteurs. "C'est un coût qui se rajoute aux contraintes du professionnel", explique Olivier Vergnet.

Mais, il n'y aurait pas d'autres options pour stopper l'hémorragie.

"Il faut soit des caméras de chasse à proximité des ruchers pour pouvoir identifier les voleurs, soit mettre en place des détecteurs de mouvements, des puces GPS dans certaines ruches. Et ensuite le marquage avec la sérigraphie des ruches, le numéro de l'apiculteur, et des cadres également parce qu'il arrive des fois que les gens volent des colonies sans prendre les ruches avec les cadres à l'intérieur. Donc, il peut être utile de marquer à l'intérieur. Et pour le voleur c'est plus embêtant. Donc, ça les empêche de les vendre."

Surtout que "les assurances ne prennent pas en charge cette particularité de l'apiculture", regrette le vice-président d'Apis Porinetia.

Et sur la question de la sécurité, l'Institut d'insertion médico-éducatif (IIME) de Taravao a bien compris le message.

En effet, cet établissement, qui accueille environ 60 jeunes et enfants handicapés, s'est fait vandalisé à deux reprises. "Le lundi 24 avril au matin, j'ai découvert que les ruches avaient été vandalisées et brûlées. Les cadres des ruches ont été un peu dissimulés un peu partout. Il ne s'agissait pas de vol de miel, c'était plutôt du vandalisme. Le week-end suivant, le mardi 2 mai, j'ai trouvé de nouveau une ruche qui a été complètement jetée au sol et les cadres manquaient. Il y a des jeunes qui ont été vus côté cimetière, en train de couper le miel", relate Romuald Simon, responsable du site IIME Taravao. Des ruches qui leur ont été prêtées par Benoit, un apiculteur de Taravao.

"Notre projet était d'initier nos jeunes à l'apiculture, parce qu'ils quittent l'IIME à l'âge de 20 ans, et on essaie de voir ce qu'ils peuvent faire après cela. Si certains sont capables d'avoir une petite ruche dans leur famille, ça peut leur faire un petit métier. C'est une idée nouvelle, surtout que c'est un peu à la mode l'apiculture", poursuit-il. Sur l'ensemble des jeunes, "une bonne dizaine de jeunes pourraient être capables de faire ce métier ou bien d'autres. Lorsque c'est arrivé fin avril et début mai, on a dit qu'on arrêtait tout. Les jeunes, du coup, se sont aperçus que cela pouvait aussi leur arriver s'ils développaient ça au sein de leurs familles."

Et malgré ces mauvais épisodes, la direction de l'IIME ne s'est pas découragée. "Après réflexion, on s'est dit qu'on ne va pas baisser les bras devant des actes de voyous. Donc, on a fait un enclos complètement sécurisé en fer soudé, avec une porte, un cadenas, une vraie cage. Donc, les ruches seront entièrement sécurisées. Nous allons avoir deux ruches, qui sont prêtes d'ailleurs, et je pense que dès le mois de juin, on va mettre nos propres ruches", assure Romuald Simon.

L'institut a donc investi à peu près "100 000 francs pour la sécurisation de leurs ruches", s'ajoutent à cela les dégâts occasionnés sur les ruches de l'apiculteur de Taravao. "Notre direction n'hésite pas à investir si ce sont des projets qui tiennent la route et qui puissent permettre à nos jeunes d'avoir une activité à la sortie de l'IIME", souligne le responsable du site IIME Taravao.

Le nouvel enclos de l'IIME de Taravao peut d'ailleurs accueillir cinq à six ruches, ce qui pourrait promettre un bel avenir pour les jeunes de l'établissement.



Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie.
Une plainte a été déposée auprès de la gendarmerie.


Rédigé par Corinne Tehetia le Lundi 29 Mai 2017 à 20:00 | Lu 7178 fois

Tags : APICULTURE






1.Posté par Pito le 29/05/2017 21:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quel scandale, il faut retrouver ces crapules et leur faire payer les dégâts jusqu'au dernier franc. Ensuite un séjour derrière les barreaux leur fera le plus grand bien et nous débarrassera de cette vermine pendant un certain temps !!!!

2.Posté par Fiu le 30/05/2017 05:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce pays devient un pays de gros débiles, obèses au volant de gros 4x4 avec des cerveaux de poulpes et des QI d'huîtres.
Un pays de voleurs, agresseurs, ivrognes et de drogués.. Et on construit pour tout ces tarés des prisons hôtels de luxe...
On devrait investir dans des chaînes et des boulets...

3.Posté par Numéric le 30/05/2017 07:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Franchement ou vas ton? on peut pas monter un business tranquillement! jalousie? féneantise? cupidité? et de toute façon même si on arrive à mettre la main sur ces voleurs, ils s'en tireront à très bon compte comme d'habitude! et les apiculteurs ne rentreront jamais dans leur frais! déplorable!

4.Posté par pistarius le 30/05/2017 08:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Un bon fusil de chasse c'est ce qui est le plus économique !!!

5.Posté par A bon ! le 30/05/2017 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est la mode, "allez-y" disait le gouvernement !
J'ai quelques ruches depuis longtemps et bien avant cette mode, et je constate que mes abeilles ramène du sirop (du sucre dilué dans de l'eau).
Il y a donc un petit malin qui fait du miel pour pas cher avec ses ruches et pas loin de chez moi.....
Regardez le prix du miel en vente, il a doublé depuis Que c'est "la mode" !
Jusqu'à 5 000 fcp le kilo Et vous n'êtes même pas certain d'acheter du miel !
Laisser le miel étranger revenir et vous verrez les prix redescendre et la qualité s'améliorer.
Cette histoire de maladie est de la foutaise pour maintenir le protectionisme local.

6.Posté par A bon ! le 30/05/2017 09:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite
La fameuse maladie, la loque américaine, était deja presente ici.
Encore une fois nos gouvernements font plaisir à de petites corporations en mettant en place un protectionnisme sans meme mettre les moyens pour bâtir une vraie filière.
Regardez la pêche, meme chose.
Regardez la vanille, meme chose
Regardez l'agriculture, meme chose
Pourquoi rien ne marche chez nous ?
Alors regardez donc les diplômes de ceux qui s'en occupe......
Fiu

7.Posté par A bon ! le 30/05/2017 10:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite
L'apiculture est plus qu'un métier, une passion avant tout.
Ce métier est long à apprendre, mais nous avons un lycéé agricole
Formons de vrai exploitants agricole Et éleveurs, il faut du temps pour cela
Arrêtons d'encourager tout le monde à faire n'importe quoi
De plus, 6 ou 7 exploitants pro suffisent au Pays
Quant à l'exportation, le prix du miel est à moins de 200 fcp le kilo sur le marché de gros à l'international !
Personne ici ne pourrait en vivre à ce prix....seul l'Asie et l'Amérique du Sud peuvent le faire et inondent le marché
Quant à la qualité gustative de nos miels, ils n'ont rien d'extraordinaire. Ils sont bons mais ce ne sont pas les seuls.
Leur valeur marchande est faible pour les îles hautes (miel de type acacia, bas de gamme à l'international)
Atoll et marquises, le goût est typé et pas apprécié de tous, c'est un marché de "niche"
Quant à l'élevage de reines, aujourd'hui personne ici ne maîtrise, nous rêvons c'est Tout !

8.Posté par A bon ! le 30/05/2017 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite
Les bricoleurs, 95% des apiculteurs d'aujourd'hui,ne sont là Que pour le profit !
Ils vont massacrer le secteur, d'ailleurs les gens n'ont plus confiance après avoir payer un pot de 500 g à 2 000 fcp pour y trouver un goût de saccharose (sucre blanc) ou des levures de fermentation.....
Meme pour adultérer (mélanger le miel avec du sucre) ils sont nuls.....
Fiu,fiu,fiu
Bref, je voulais juste dire que tout ça c'est un métier et qu'il est effectivement plus facile de voler Que de ce former.......

9.Posté par A bon ! le 30/05/2017 10:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Suite
Les bricoleurs, 95% des apiculteurs d'aujourd'hui,ne sont là Que pour le profit !
Ils vont massacrer le secteur, d'ailleurs les gens n'ont plus confiance après avoir payer un pot de 500 g à 2 000 fcp pour y trouver un goût de saccharose (sucre blanc) ou des levures de fermentation.....
Meme pour adultérer (mélanger le miel avec du sucre) ils sont nuls.....
Fiu,fiu,fiu
Bref, je voulais juste dire que tout ça c'est un métier et qu'il est effectivement plus facile de voler Que de se former.......

10.Posté par Teiva33 le 30/05/2017 10:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les connards !!! On devrait une fois qu'on les aura attrapé, attaché à poil à côté d'une ruche !!!

11.Posté par Lebo RORO le 30/05/2017 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Atroce pour la nature aussi... Triste !

12.Posté par Lebo RORO le 30/05/2017 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

8.00A$ en Australie pour 1Kg de vrai miel...

13.Posté par Jean pierre Beaulieu le 30/05/2017 16:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous pouvons tempêter ou rager et même pleurer de rage, rien n'y fera tant que les sanctions ne seront pas à la hauteur des délits, la justice est en dessous de tout et si vous avez besoin des gendarmes, ces derniers vous demandent d'abord si il y a des blessés sinon ils ne se dérangent pas.
Un peut triste à dire mais les sanctions pénales devraient être accompagnées de sanctions physiques, certains salopards au QI en dessous de zéro ne comprennent que ce langage.

14.Posté par Teraihaamana le 30/05/2017 18:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Justice trop molle, une fois identifiés ces voleurs sont relâchés de suite et on attend leur convocation devant les juges...
On n'a plus peur de la justice , au pire on a droit à une cellule 5 étoiles et toutes les activites...

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance