TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Une "humiliation" : ulcérés, les magistrats de France répliquent à Hollande




Des présidents de tribunaux aux procureurs et jusqu'à la Cour de cassation, les magistrats ont abandonné jeudi leur réserve habituelle pour répliquer à François Hollande, ulcérés de l'"humiliation" qu'il leur a infligée en les accusant de "lâcheté".

La première salve a été lancée sur fond d'or, de pourpre et d'hermine : le premier président de la Cour de cassation, Bertrand Louvel, a asséné qu'il n'était "pas concevable que la charge de président (...) puisse être utilisée par son titulaire pour contribuer à diffuser parmi les Français une vision aussi dégradante de leur justice".

M. Louvel et le procureur général de la plus haute juridiction française, Jean-Claude Marin, avaient été reçus à leur demande en catastrophe mercredi soir par le chef de l'Etat. Jeudi, ils ont mis toute la solennité de la Cour de cassation au service de leur indignation, en ouvrant à la presse une audience dans la "Grande chambre" de l'institution, d'une splendeur écrasante, devant une assemblée de magistrats en grande tenue.

Selon le procureur général de la Cour de cassation, l'entretien de la veille à l'Elysée "n'a pas atténué le sentiment que la magistrature (avait) ressenti face à une nouvelle humiliation."

Le premier président a même estimé que, venant du garant constitutionnel de l'indépendance de la justice, les commentaires de M. Hollande posaient "un problème institutionnel".

Ces commentaires, M. Marin les a lus dans un silence pesant, détachant chaque mot.

Dans le livre "Un Président ne devrait pas dire ça..." des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, François Hollande déclare ainsi : "Cette institution, qui est une institution de lâcheté... Parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas le politique. La justice n'aime pas le politique..."

Les deux plus hauts magistrats de France ont été rejoints dans leur indignation par les présidents et les procureurs. Dans une démarche commune, les conférences réunissant les premiers présidents et procureurs généraux de cours d'appel ainsi que les présidents de tribunaux de grande instance et procureurs de la République ont, dans un communiqué, "vivement" déploré des propos pas "démentis à ce jour". 

Pour eux, ces déclarations "portent gravement atteinte au crédit et à la confiance que doivent avoir les citoyens dans leur justice".

 

- "Petits pois" -

 

Tentant d'éteindre l'incendie, l’Élysée a fait valoir que le président devait "être considéré au regard de ses actes et de ses discours publics" et avait "toujours respecté l'indépendance de la justice".

M. Hollande "a toujours exprimé son respect pour l'institution et les magistrats qui la servent", a insisté la présidence, précisant que c'est ce qu'il avait dit à ses interlocuteurs mercredi soir.

Le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, a lui aussi assuré que depuis 2012, il n'y a eu de la part de François Hollande "pas un mot, encore moins une insulte, pas un acte, pas une demande d'intervention pour interférer dans une procédure, pas un jugement porté publiquement à l'occasion d'une émission télévisée sur tel ou tel magistrat".

Le premier président de la Cour de cassation a dénoncé des "outrances renouvelées" contre l'institution judiciaire, en critiquant dans un même élan les propos de François Hollande et ceux de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, qui avait comparé les magistrats à des "petits pois sans saveur".

Il n'a fallu que deux jours pour que vole en éclats la relation plutôt apaisée depuis 2012 entre les magistrats et le chef de l'État, qui doit dire en décembre s'il briguera un nouveau mandat.

Jusque-là, les magistrats savaient gré à François Hollande de laisser travailler les parquets. Signe de ce climat apaisé, le président avait été reçu le 7 octobre au congrès de l'Union syndicale des magistrats, organisation majoritaire de la profession, dont de nombreux membres s'étaient levés pour applaudir son intervention.

L'USM s'est depuis dit "stupéfaite" du "double discours" tenu par le chef de l'État.

avec AFP


Rédigé par Roxane Berget le Jeudi 13 Octobre 2016 à 05:58 | Lu 575 fois


Notez


Commentaires

1.Posté par Kaddour le 13/10/2016 10:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah bon ! "stupéfaite par le double discours" .......... Comme si notre président n'était pas coutumier du fait !!! Et ce n'est pas nouveau !
Messieurs de la cour, revoyez ses discours aux différents congrès du PS lorsqu'il en était le secrétaire général !
Croyez-vous vraiment qu'il a été élu parce qu'il était le meilleur ? Que nenni ! C'est simplement parce que les français ne voulait plus du camarade Sarkozy ! Hélas, on risque d'avoir en 2017, le même choix entre la peste ou le choléra !!!

2.Posté par Ariitaia le 13/10/2016 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comment voulez-vous que les petit loubards de banlieue respectent la justice si le président lui-même ne la respecte pas. Hollande aura vraiment été le pire président de la 5ème république !
Mitterrand, même s'il a plongé la France dans le désastre économique actuel, avait au moins pour lui d'être intelligent. Machiavélique, mais intelligent !

3.Posté par emere cunning le 13/10/2016 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme y zi vont nos peretiteni de notre douce france !!!
Après Sarko et ses "petits pois sans saveur" fâché d'avoir été épinglé sur leur "mur des cons", voilà que Hollande s'y met lui aussi : "une institution de lâcheté... Parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On n'aime pas le politique...". Ouille !
Serait ce un complot ??? Le malheur, c'est qu'il n'y a pas qu'eux. Et s'il m'arrive de critiquer leurs potes qui sont "payés pour nous rentrer dans le chou", je tombe de haut à la lecture des INSULTES que les français profèrent sur leurs magistrats et juges sur les réseaux. Mea ma, où ce qu'on va.

4.Posté par Farani le 13/10/2016 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les magistrats sont bien susceptibles...
Et pourtant, pour une fois, FH a bien parlé !

5.Posté par emere cunning le 13/10/2016 11:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les deux journaleux (Davet et Lhomme), ils sont toujours aussi avides de se faire du FRIC en cette veille d'élections, ils l'ont bien piégé en tous cas. Le plus époustouflant (for me, I mean), ils sont de tous les plateaux télé à blablater de ces co*neries plutôt que d'économie, ou ché pas moi, il y a tellement de choses plus intéressantes... A croire qu'il n'y a que ça qui plaise aux français. I really wonder.
Taua iti e la france, pitié mai.

6.Posté par Aubrac le 13/10/2016 17:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Constitution de 1958 dans son titre VIII fait mention d'une autorité judiciaire et non d'un pouvoir judiciaire. Depuis la Révolution de 1789, il n'existe plus de pouvoir judiciaire, pour éviter le gouvernement des juges, ce qui explique d'ailleurs l'existence d'une juridiction administrative, Les recrutements et les déroulements de carrières des magistrats, laissés à l'appréciation du pouvoir exécutif, malgré quelques aménagements juridiques comme le Conseil Supérieur de la Magistrature, en font des fonctionnaires comme les autres... Le Président Hollande élu au suffrage universel a donc remis les magistrats à leur vraie place et il n'y a aucune "humiliation" à le leur rappeler. D'ailleurs, Sarkozy en son temps avait fait de même.
Les juges seront indépendants du pouvoir exécutif, lorsqu'ils seront élus.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance