Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Une femme, deux passions : le filage de verre et le raku



PAPEETE, le 29-02-16 - Les deux activités, le filage de verre et le raku, sont suffisamment rares sur le territoire pour mériter une présentation. Le premier est un vieux métier français exercé par 127 personnes seulement, le second est né dans le Japon du XVIe siècle de la rencontre entre un maître du thé et un potier. À Tahiti, ils sont pratiqués par une seule et même femme, Sandrine Garcia-Depeyris.

Dans son atelier, installé à Terres d’Arts cours de l’Union sacrée, Sandrine Garcia-Depeyris file et modèle. Elle fabrique des perles de verre et des objets en raku. Ces deux activités, deux passions pour l’artiste, n’ont pas grand-chose à voir. Si ce n’est qu’elles sont peu communes. La pratique du raku est une première sur le territoire.

Le filage de perles est un très vieux métier français, pratiqué par de rares initiés. Ils sont 127 fileurs de perles certifiés dans l’hexagone, dont Sandrine Garcia-Depeyris. Armé d’une baguette de verre et d’une tige en inox, le fileur de perles travaille dans la flamme. "Les températures s’échelonnent entre 500 et 2 000 degrés Celsius environ", précise Sandrine Garcia-Depeyris. Le verre, rigide à température ambiante, fond lorsqu’il est soumis à ces très grosses chaleurs, se laissant façonner à l’envi.

Certification et garantis

Sandrine Garcia-Depeyris est devenue fileuse de verre récemment. "J’ai vécu à Tahiti pendant 12 ans, de 1999 à 2011. J’œuvrais alors dans le domaine des loisirs créatifs, j’animais beaucoup d’ateliers pour adultes et enfants. Pour des raisons de santé, j’ai dû rentrer en France. Je suis restée alitée pendant une année. Cette pratique m’a sauvée. Je m’y suis mise seule, me suis équipée du matériel adapté et me suis lancée. Je suis autodidacte mais j’ai été certifiée par l’association des perliers d’art de France." La certification valide la bonne pratique des artisans prétendants, les outils utilisés et les matériaux manipulés. "Je me fournis chez un verrier de Murano qui ne vend que du verre de Murano. J’ai les garantis", affirme Sandrine Garcia-Depeyris.

Les perles qui naissent dans l’atelier de l’artiste résultent d’une superposition de couches de verre. Certaines sont issues d’un mariage du verre avec une pierre semi-précieuse, du sable volcanique, de l’or ou de l’argent. Toutes finissent montées sur des sautoirs, des bagues, des bracelets, transformées ou non en figurines.

Feu, choc et hasard


La passion de Sandrine Garcia-Depeyris pour le raku est plus ancienne. Elle remonte à une trentaine d’années. "J’ai été initiée à cet art traditionnel japonais dans une communauté hippie en Haute-Garonne." Mis au point par un maître du thé et un potier, le raku est une succession de stress appliqués à une pièce de poterie. Une pièce faite à partir d’une terre particulière que Sandrine Garcia-Depeyris fait venir d’un artisan en France.

"On commence par faire la poterie que l’on cuit au four de façon traditionnelle. La pièce est ensuite recouverte d’émail avant de passer à nouveau au four. Cette deuxième cuisson est rapide, en une heure la température monte à 1 000 degrés Celsius alors que pour des pièces de poteries classiques, on lui donne 24 heures."

Au bout d’une heure la pièce est sortie du four et se retrouve à 30 ou 35 degrés Celsius, l’émail choqué se fend. La pièce est placée dans une sorte de bassine pleine de papier journal. Le papier, sous la chaleur prend feu. Le noir de la fumée teinte les espaces fendus qui ne sont jamais les mêmes d’une pièce à l’autre.

Contact

Sandrine Garcia-Depeyris connue sous le nom de Sandy Tahiti Création : 87 32 31 10
Facebook : Sandy Tahiti Création
Facebook : Terres d’arts Tahiti

Rédigé par Delphine Barrais le Lundi 29 Février 2016 à 16:13 | Lu 1494 fois

Tags : art






1.Posté par tutua le 01/03/2016 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voilà un exemple simple qui fait que ceux qui viennent d'un pays plus développé ont plus de connaissances et savent se débrouiller mieux que les locaux qui, eux, n'ont pas accès à ces connaissances sauf à se rendre dans des grands pays.
Félicitations à cette femme artiste et courageuse

2.Posté par GG le 07/03/2016 07:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Qu'est-ce qui empêche un "local" de participer à un stage de poterie plutôt que de passer 15 jours à Las Vegas ou Hawaï ???

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Octobre 2017 - 15:28 Ohana Tahiti, c’est reparti !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance