TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Un prince saoudien demande que les femmes puissent conduire en Arabie




Ryad, Arabie saoudite | AFP | mercredi 29/11/2016 -Le prince et milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal, connu pour son franc-parler, a lancé un vibrant appel pour que les femmes obtiennent enfin le droit de conduire en Arabie saoudite, seul pays au monde où elles ne peuvent pas prendre le volant.

"Arrêtez le débat: il est temps que les femmes conduisent", a-t-il écrit mardi soir sur son compte Twitter.

Ce membre de la famille royale, qui ne détient aucun poste politique, est président de la Kingdom Holding Co, société ayant des intérêts notamment dans le géant bancaire américain Citigroup et le parc d'attractions Euro Disney.

Il défend depuis longtemps les droits des femmes en Arabie saoudite. Dans ce pays, elles doivent par exemple sortir voilées et ne peuvent pas voyager sans autorisation de leur mari ou d'un homme de leur famille, ni même manger seules dans un restaurant.

Le prince Al-Walid a détaillé dans un long communiqué les raisons de son soutien au droit des femmes à conduire.

"Empêcher une femme de conduire est aujourd'hui une question de droits semblable à celle qui se posait quand il leur était interdit d'avoir accès à l'éducation ou d'avoir une identité à elle", précise-t-il dans ce communiqué, évoquant "des actes injustes" qui sont "beaucoup plus restrictifs que ce qui est légalement permis par les préceptes de la religion" musulmane.

Le prince parle aussi du "coût économique" du fait que les femmes en Arabie saoudite dépendent, pour se déplacer, de chauffeurs privés "étrangers" ou de taxis. Et si un mari trouve le temps de conduire son épouse, cela suppose qu'il s'absente de son travail, réduisant sa productivité, ajoute-t-il.

Autoriser les femmes à conduire est désormais "une demande sociale urgente que la conjoncture économique justifie", souligne-t-il en référence aux difficultés budgétaires que connaît son pays en raison de la baisse de ses recettes pétrolières, consécutive à l'effondrement des cours du brut.

Le recours à des chauffeurs étrangers coûte des milliards de dollars à l'économie saoudienne, selon lui.

Chaque famille dépense en moyenne 3.800 riyals (950 euros) par mois pour louer les services d'un chauffeur, dépense que les ménages pourraient éviter en ces temps difficiles, explique le prince Al-Walid.

Sous le règne du défunt roi Abdallah, les Saoudiennes avaient connu une modeste amélioration de leur situation, avec l'entrée en 2013 de femmes au Majlis al-Choura (conseil consultatif) dont les membres sont désignés.

Abdallah avait en outre autorisé pour la première fois les femmes à voter et à se porter candidates aux municipales de décembre 2015.

Ces mesures avaient initialement suscité l'opposition de "certains" mais ont fini par être acceptées, a rappelé le prince Al-Walid en demandant un geste politique "aussi décisif" sur le droit de conduire.

En annonçant en avril un ambitieux programme visant à réformer l'économie saoudienne pour réduire sa dépendance du pétrole ("Vision 2030"), le vice-prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi actuel, avait estimé qu'il revenait à la société de décider si les femmes pourraient conduire un jour.

it/tm/ras/bpe

© 1994-2016 Agence France-Presse

Rédigé par () le Mercredi 30 Novembre 2016 à 05:51 | Lu 269 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance