TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd
Jeudi 30 Octobre
Mon espace perso

FENUACOMMUNICATION, Rue Charles Viénot BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel: 43 49 49

Un petit tsunami frappe Hawaï après un puissant séisme au large du Canada




Un petit tsunami frappe Hawaï après un puissant séisme au large du Canada
HONOLULU (Etats-Unis), 28 oct 2012 (AFP) - Un tsunami peu violent a frappé Hawaï dans le Pacifique quelques heures après un puissant séisme survenu samedi soir au large des côtes du Canada, provoquant des évacuations dans cet Etat américain formé de plusieurs îles mais sans faire de dégâts.

Selon des images télévisées, des vagues relativement petites s'écrasaient sur le littoral de l'île d'Oahu, près de six heures après la secousse initiale.

L'alerte au tsunami lancée dans la nuit à Hawaï a été levée vers 11h00 GMT, faisant place à un simple "avis de tsunami" (ce qui signifie qu'un tsunami de niveau modeste est attendu).

"Selon toutes les données dont nous disposons, la menace de tsunami a diminué (...) et ne devrait plus augmenter", a déclaré le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique.

Le centre a toutefois prévenu que le niveau des vagues et la force des courants continuaient à présenter des dangers pour les bateaux et les baigneurs. Une menace qui devrait encore durer plusieurs heures, selon le centre.

Les routes des régions côtières rouvraient petit à petit, permettant à des milliers d'habitants et de touristes de retourner sous leur toit.

Mais ce tsunami dû à un séisme de magnitude 7,7 survenu à quelque 4.000 kilomètres de là, a suffi à bouleverser les activités des personnes sur place.

De nombreuses soirées Halloween, organisées à l'approche de la fête qui a lieu le 31 octobre, ont été annulées, des bars, restaurants et cinémas ont été évacués et fermés, tandis que les autoroutes se chargeaient d'automobilistes parés à fuir les côtes.

Les touristes des hôtels de Waikiki ou de Turtle Bay ont été évacués pendant plusieurs heures aux étages supérieurs de leurs hôtels.

Le gouverneur Neil Abercrombie a pour l'instant maintenu l'Etat d'urgence déclarée lors de l'alerte au tsunami.

"Nous attendons de voir ce qui se passe, nous voulons être sûrs que tout le monde est en sécurité", a déclaré la porte-parole du gouverneur, Donalyn Dela Cruz.

L'alerte au tsunami avait été lancée rapidement après le tremblement de terre ressenti à 03h04 GMT dimanche dans la région de l'archipel de Haida Gwaii (ex-îles de la Reine-Charlotte) pour les zones côtières de la Colombie-Britannique et de l'Alaska.

A Hawaï, le géophysicien Gerard Fryer, du centre d'alerte aux tsunamis basé dans l'archipel américain s'était voulu rassurant: "Ce n'est pas juste une vague, c'est une succession de vagues. Nous recommandons l'évacuation des côtes".

Suivi par plusieurs répliques, le séisme a été ressenti à travers une grande partie du centre et du nord de la province de Colombie-Britannique. Selon l'Institut américain de géophysique (USGS), son épicentre a été localisé à 139 kilomètres au sud de Masset, un village de l'île Graham, la plus grande de l'archipel.

Environ quatre heures après la secousse, les autorités de la Colombie-Britannique estimaient déjà que le séisme ne devait pas causer de dégâts considérables, alors que l'alerte était ramenée au niveau de simple "avis".

Cependant, des courants puissants pourraient être dangereux pour des zones basses des côtes et les habitants sont priés de se tenir loin des plages.

"Nous ne nous attendons pas à de vastes dommages ou inondations", a dit une responsable des services d'urgence de la province, Kelli Kryzanowski, lors d'une conférence de presse téléphonique.

Toutefois, "il pourrait y avoir des courants marins importants et des fluctuations du niveau de la mer", a-t-elle ajouté.

Deux vagues de tsunami provoquées par la secousse, la première de 28 centimètres et la seconde de 44 centimètres, ont été mesurées aux îles de Haida Gwaii. Une troisième, de 12 centimètres, a touché l'île de Vancouver.

"Je crois qu'on peut s'estimer heureux que ce soit arrivé où c'est arrivé, a commenté Gerard Fryer sur la chaîne américaine CNN International. "Si c'était une zone très peuplée, cela aurait causé des dommages importants."

str-lor/mra

Rédigé par AFP le Dimanche 28 Octobre 2012 à 04:29 | Lu 2040 fois



Notez

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité People | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | PRESIDENTIELLES 2012

Publicité