TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Un homme de 47 ans recherché après le meurtre d'une femme dans une maison de retraite




Montferrier-sur-Lez, France | AFP | vendredi 25/11/2016 - Les forces de l'ordre recherchaient toujours vendredi un homme de 47 ans suspecté d'avoir fait irruption jeudi soir, armé, dans une maison de retraite de Montferrier-sur-Lez (Hérault) où il avait travaillé, et où il a tué une employée de 54 ans.

"Nous nous orientons sur une piste locale, de quelqu'un qui était dans l'entourage de cette maison", a déclaré au cours d'un point presse le procureur de Montpellier Christophe Barret, excluant a priori un acte terroriste : "Il n'y a aucun élément qui permette de rattacher les faits à du terrorisme islamiste", a-t-il dit.

De source proche de l'enquête, confiée conjointement à la gendarmerie et à la PJ et ouverte pour assassinat et tentative d'assassinat, le suspect "a été employé il y a longtemps à la maison de retraite", nommée "Les Chênes verts", et qui accueille des anciens missionnaires.

Peu de temps après les faits, un véhicule a été repéré par les forces de l'ordre déployées autour de l'établissement. A l'intérieur se trouvait une arme factice de type Airsoft tirant des billes en plastique et "d'autres éléments qui nous ont permis d'identifier un suspect", dont les motivations précises restent "inconnues", a dit M. Barret.

Ces éléments sont notamment des brevets militaires qui ont aidé à identifier l'homme de 47 ans habitant à une dizaine de kilomètres, a-t-on précisé de source proche du dossier. Ce père de deux enfants a servi dans les troupes parachutistes, mais n'est pas un militaire de carrière: sans emploi, il vivait de petits travaux, notamment en réparant des vélos.

"Cet homme reste dangereux et donc il importe si jamais il était repéré de faire le 17 afin d'alerter les services de gendarmerie", a souligné le général Jean-Philippe Lecouffe, commandant adjoint de gendarmerie pour la région Occitanie. Environ 130 gendarmes et des policiers tentent de retrouver le fuyard.

- "Sous le choc" -
Alertés jeudi soir vers 21H45, les gendarmes recueillent une femme, "qui leur explique qu'elle a été agressée par un homme qui l'a ligotée et laissée là", a relaté M. Barret. C'est elle, après avoir pu se défaire de ses liens, qui a donné l'alerte.

Dans la lingerie, alors qu'ils effectuent une reconnaissance de l'établissement, les gendarmes découvrent le corps d'une "lingère (...) vraisemblablement tuée de plusieurs coups de couteau", a-t-il poursuivi. En revanche, aucun des 59 pensionnaires présents dans l'établissement au moment des faits n'a été blessé ou touché, a-t-il souligné.

De sources proches de l'enquête, c'est cagoulé, et armé d'un couteau et d'un fusil - sans qu'il ait pu être précisé s'il s'agissait d'une arme réelle ou factice - que le meurtrier a fait irruption dans la maison de retraite.

Les 59 religieux pensionnaires de cet établissement, tous indemnes, très âgés et pour certains impotents, "ont été réveillés par l'intervention des gendarmes", a raconté à l'AFP l'archevêque de Montpellier, Pierre-Marie Carré. "Tout le monde est sous le choc de ce qui s'est passé cette nuit, l'aide-soignante était connue et appréciée par tous", a-t-il ajouté.

Le compagnon de la victime est arrivé sur les lieux vers 01H00 dans la nuit de jeudi à vendredi. "Elle est partie à 08H00 du soir, puis elle ne reviendra pas à 06H30 du matin... Elle était d’une gentillesse ! Comment on peut lui faire du mal comme ça ?", a déclaré le quinquagénaire sous le coup de l'émotion à la presse. "Il n’y avait rien de protégé, il n’y avait pas d’alarme, il n’y avait pas de gardien, il n’y a rien", a-t-il déploré.

L'établissement accueille des religieux et religieuses appartenant à la Société des Missions africaines, une communauté de missionnaires catholiques européens, africains et asiatiques, qui compte un millier de membres, prêtres et laïcs, selon son site internet. Six ou sept laïcs et autant de religieuses sont aussi accueillis dans cette maison de retraite bordée par un parc lui-même adossé à un massif forestier.

bur-fbe/mdm/jcc

Rédigé par () le Vendredi 25 Novembre 2016 à 05:32 | Lu 162 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance