Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Tuberculose : 83 enfants sous traitement préventif



Face à l'inquiétude des parents d'élèves, une réunion a été organisée à l'école maternelle de Tuterai Tane.
Face à l'inquiétude des parents d'élèves, une réunion a été organisée à l'école maternelle de Tuterai Tane.
PIRAE, le 13 avril 2017 - Après la découverte d'un cas de tuberculose au sein de l'école maternelle Tuterai Tane, à Pirae, une première réunion d'information en présence des parents d’élèves s'est tenue hier afin de présenter la situation et le protocole mis en œuvre. À titre préventif, 83 enfants vont suivre un traitement antibiotique.


Hier, en fin d'après-midi, les parents des élèves de maternelle ont été convoqués par le directeur de l'école Tuterai Tane pour faire le point sur la situation, après la découverte d'un cas de tuberculose chez une employée de l'établissement, qui a été en contact avec des enfants. Quatre classes sont concernées, trois de la Section des petits (SP) et une de la Section des tout-petits (STP), soit 83 chérubins. D'après nos informations, l'assistante maternelle porteuse du germe aurait été isolée et traitée immédiatement une fois que la maladie a été détectée afin de tarir la source. Cependant, la colère grondait chez les parents inquiets et le ton est vite monté, reprochant notamment le manque de communication au sein de l'école et le fait d'avoir été informés par la presse.

 

Quatre classes sont concernées, trois de la Section des petits (SP) et une de la Section des tout-petits (STP), soit 83 chérubins.
Quatre classes sont concernées, trois de la Section des petits (SP) et une de la Section des tout-petits (STP), soit 83 chérubins.
Animée par le Dr Lam Nguyen, responsable du service des maladies infectieuses à la Direction de la santé, cette réunion avait ainsi pour but de calmer les esprits et de dévoiler le protocole mis en œuvre, de concert avec le Bureau de veille sanitaire et les services d'hygiène scolaire. Deux rendez-vous sont prévus à partir du 24 avril : individuellement et accompagnés par leurs parents, les enfants devront tout d'abord faire un examen médical, une intradermoréaction (IDR) et une radio des poumons. "Il s'agit de déceler d'éventuels signes cliniques chez les enfants, bien que la malade en question ne développe pas de forme contagieuse importante,", explique le Dr Lam Nguyen. Et de préciser : "La contagion se fait essentiellement par voie aérienne. Les formes contagieuses existent quasiment que chez les adultes, et très rarement chez les enfants." La deuxième consultation permettra ensuite la validation de la mise en route du traitement préventif ou l'approfondissement des examens en cas de doutes sur les résultats.

Quoi qu'il en soit, tous les enfants suivront pour le moins un traitement antibiotique avec la prise, à jeun, de deux médicaments par jour, et ce pendant trois mois. Le personnel technique et enseignant sera également placé sous traitement, l'objectif étant de baisser le risque de transmission de 80 à 90 %. Tout le protocole sera pris en charge par la Direction de la santé et la Caisse de prévoyance sociale. Pour autant, le temps d'incubation de la bactérie durant plusieurs semaines, la vigilance restera de mise pendant deux ans. Les symptômes à surveiller sont notamment une perte de poids, un retard dans la croissance, une forte transpiration pendant la nuit, une toux importante, ou encore de la fièvre. Touchant particulièrement les personnes vivant dans des conditions précaires, la tuberculose a causé la mort de cinq personnes en Polynésie l'année dernière et provoque environ 1,5 million de décès par an dans le monde.

Rédigé par Dominique Schmitt le Jeudi 13 Avril 2017 à 12:01 | Lu 7304 fois






1.Posté par reumana le 15/04/2017 08:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quid de l'obligation de vaccination du personel ? et des enfants ? on oblige à la naissance le vaccin BCG, puis quand il y a un risque on bourre les enfants d'antibiotique pendant 3 mois 2 cachets à jeun en plus . Pourquoi en France le vaccin n'est plus obligatoire depuis 2007 et ici on continue ??? le BCG présente un rapport risque/avantage douteux, au final c'est les petits qui trinquent... ouvrons un débat ici en polynésie, parents renseignés vous, à la naissance de votre bébé direct une piqure, vous ne l'avez même pas encore pris dans vos bras qu'on lui injecte un vaccin avec un coktail de 5 à 6 virus avec plein de produit chimique : aluminium, mercure, ect....nous en sommes ou de l'obligation des laboratoires de fournir du TDP ???

2.Posté par Mamita le 16/04/2017 08:16 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lorsque j''ai débuté dans l''enseignement les radiographies des poumons étaient annuelles et le suivi médical important pour les adultes en contact avec les enfants 😄 aujourd''hui ceux ci se font contaminés​ agressés abusés ... quel monde mauvais

3.Posté par emere cunning le 16/04/2017 15:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Mamita,
très vrai. Et même dans les entreprises du Privé, tout le personnel était régulièrement convoqué pour passer des examens et radiographies à la CPS. Ses rares médecins étaient alors sérieux et attentifs exigeant des malades qu'ils se fassent suivre par leur médecin traitant. Il y avait à l'époque une véritable politique de PREVENTION de maladies telles que la tuberculose qui ont progressivement disparues. Ces maladies étant réapparues ici comme en France, ces contrôles devraient être rétablis au moins pour le personnel en contact avec des enfants en bas âge encore fragiles.

4.Posté par Lebo RORO le 17/04/2017 12:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lebororo
Tout le monde pollue, les nourritures ne sont "plus" saines non plus à 100%.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Juin 2017 - 16:35 Umu tī : le 5 juillet, marchez sur le feu !

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance