TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
Newsletter
Widgetbox
I phone App
Androïd

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Trois journalistes portent plainte contre Bolloré pour censure d'un documentaire sur le Crédit Mutuel




Paris, France | AFP | lundi 17/10/2016 - Trois journalistes ont déposé plainte contre Vincent Bolloré, l'accusant d'avoir empêché en 2015 la diffusion par Canal+ d'un documentaire qui dénonçait un système d'évasion fiscale au sein d'une filiale du Crédit Mutuel, a appris l'AFP lundi de sources concordantes.

Geoffrey Livolsi et Nicolas Vescovacci, les deux auteurs d'une enquête qui devait être diffusée le 18 mai 2015 dans le magazine de la chaîne cryptée "Spécial Investigation", et Jean-Pierre Canet, rédacteur en chef du documentaire, ont déposé plainte pour "entrave à la liberté d'expression", "abus de biens sociaux" et "abus de pouvoirs".

D'après leur plainte, dont l'AFP a eu connaissance, Vincent Bolloré, président depuis 2014 du conseil de surveillance de Vivendi, maison-mère de Canal+, a appelé l'ancien directeur général de la chaîne cryptée, Rodolphe Belmer, depuis limogé, pour "exiger la déprogrammation du documentaire", en mettant en avant ses liens d'amitié et d'affaires avec Michel Lucas, alors patron du Crédit Mutuel.

"Cette déprogrammation brutale est un acte de censure caricatural par un actionnaire financier", a commenté l'avocat des journalistes William Bourdon, joint par l'AFP.

"Il ne s'agit pas d'un bras de fer avec un homme d'affaires. A travers cette plainte, ce qui nous intéresse, c'est de mettre la liberté d'informer au coeur du débat public à l'approche de la présidentielle", a indiqué à l'AFP le journaliste Nicolas Vescovacci.

Le 12 mai 2015, six jours avant la diffusion initialement prévue, Vivendi avait lancé une OPA sur Canal+. Or "l'opération devait être garantie par le Crédit Mutuel par l'intermédiaire de sa filiale CM-CIC Securities", une circonstance qui vient aussi "jeter le trouble sur les conditions dans lesquelles le reportage a été déprogrammé", affirment les auteurs de la plainte.

Dans leur enquête, "Évasion fiscale, enquête sur le Crédit Mutuel", les journalistes accusaient la banque, témoignages d'anciens employés à l'appui, d'avoir organisé un vaste système d'évasion fiscale entre des clients français du Crédit Mutuel-CIC et sa filiale à Genève, la banque Pasche.

- "Vide juridique" -

Le parquet national financier avait ouvert en février 2015 une information judiciaire pour blanchiment visant la banque Pasche, rachetée depuis par une banque luxembourgeoise. Une enquête est également en cours à Monaco: les deux dirigeants de la banque Pasche, Jürg Schmid et Olivier Giaune, ont été "inculpés pour blanchiment et non-déclaration de soupçons en mai 2015", a indiqué le parquet de Monaco à l'AFP.

Pour William Bourdon, cette déprogrammation révèle aussi "un abus de pouvoir sinon un abus de bien social car elle s'est faite au mépris de l'actif de la société pour favoriser un lien privilégié et personnel avec l'actionnaire".

Selon la plainte, la non-diffusion a causé "un préjudice direct tant à la société elle-même qu'à ses actionnaires", notamment Jean-Pierre Canet.

A travers cette plainte, le rédacteur en chef du documentaire espère attirer l'attention sur "le vide juridique" entourant selon lui la notion de censure, qui "n'est pas qualifiée juridiquement" dans les textes. "On a peu de moyens, nous journalistes, de se défendre quand la liberté d'informer est attaquée", a renchéri Geoffrey Livolsi, co-auteur du documentaire.

Le reportage avait été diffusé dans l'émission "Pièces à conviction" sur France 3, le 7 octobre 2015.

Sollicité par l'AFP, le groupe Bolloré n'a pas donné suite.

Rédigé par () le Lundi 17 Octobre 2016 à 06:34 | Lu 356 fois


Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à contact@tahiti-infos.com. D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus


Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance