Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Teiva Couraud, le Tahitien à la conquête des nuits hong-kongaises



PAPEETE, le 4 février 2016 - Il a quitté le lycée Gauguin il y a bientôt dix ans. Après avoir vécu en France et en Australie, il a fini par s’installer à Hong Kong. Le jour, il y travaille dans une société spécialisée en vins et spiritueux, la nuit il mixe. À ses heures perdues, il avance sur un projet de restaurant tahitien dans cette région administrative spéciale de la Chine.

Rewind, un collectif qui compte dans le monde de la nuit hongkongaise, souffle sa première bougie. Pour l’occasion, une grande soirée est annoncée ce vendredi à The Annex, une grande salle de spectacle. Teiva Couraud, DJ au sein du collectif, sera derrière les platines une partie de la nuit. Rewind, monté par cinq copains, doit son succès à son innovation. "Il a pris un créneau resté libre jusqu’alors : les dimanches après-midi", précise Teiva Couraud. "Au début, on pensait que le public viendrait pour finir tranquillement le week-end, finalement dès le premier événement on s’est aperçus que les gens étaient chauds pour continuer à s’amuser. Depuis, tous les mois, on doit trouver des salles de plus en plus grandes. " Plus d’un millier de personnes se pressaient aux derniers rendez-vous du collectif Rewind. En parallèle, Teiki Couraud a monté sa propre organisation, Tag & Nacht, avec laquelle il mixe en club. Ils sont quatre amis à l’avoir mise au monde.

À Hong Kong depuis 2014

Le jour, Teiva Couraud travaille dans une société spécialisée en vins et spiritueux. "On m’a proposé un poste ici lorsque je faisais mes études à Bordeaux. Je ne voulais pas rester en France, ni rentrer à Tahiti, j’avais besoin d’aller voir ailleurs, j’ai saisi l’occasion." Il a rejoint la région administrative spéciale de la République populaire de Chine en 2014. Son contrat prend fin en septembre mais, "j’espère que mon patron me proposera un contrat local et que je pourrai rester encore un an ou deux".

Né à Papeete, Teiva Couraud a effectué ses deux premières années de lycée à La Mennais, la troisième à Paul-Gauguin avant de s’inscrire à l’université de la Polynésie française (UPF). "Je n’ai fait rien de bon pendant une année à l’UPF. Ma tante m’a proposé d’aller à Montpellier. J’y suis allé où je me suis inscrit en BTS commerce international. " Il reste trois années à Montpellier. "Trois années que j’ai adorées. J’ai adoré ma vie d’étudiant, ma colocation avec des cousins. Tahiti c’est français, mais en réalité c’est très différent de la France."

Son diplôme en poche, il s’inscrit dans une école de commerce à Lyon. Puis il rentre à Tahiti. "J’ai ensuite cherché à aller en Australie. J’ai mis une année et demi avant de réussir à m’inscrire. Finalement, ils n’ont pas reconnu mes diplômes. J’ai tout de même passé six mois à Melbourne pour prendre des cours d’anglais. Mais je n’ai pas avancé dans mes études." En 2011 et 2012, il est de nouveau à Tahiti. "J’ai suivi par correspondance une année de licence européenne en marketing tout en travaillant dans un snack où j’ai appris à cuisiner et préparer le poisson, à faire des plats de chez nous. " L’information, qui paraît un détail, a son importance dans le parcours du Tahitien de Hong Kong !

"En 2012, je suis retourné en France pour passer les examens de ma licence en marketing. J’y suis resté, je suis allé à Bordeaux pour suivre un master par alternance. La boîte dans laquelle j’ai travaillé pour mon master a des antennes dans différents endroits du monde dont Hong Kong où je vis désormais."

Un restaurant Tahitien à Hong Kong

Quand il arrive dans cette région administrative spéciale, Teiva Couraud rêve de monter un restaurant tahitien. Mais les réalités du terrain le détournent de son objectif. Il travaille dans la société spécialisée en vins et spiritueux, mixe, sort. Au cours d’une soirée, il rencontre un chef français. Ce dernier, séduit par les recettes de poisson cru et de sashimis de Teiva Couraud, se laisse conter l’histoire du Tahitien qui voulait ouvrir un restaurant à Hong Kong. Aujourd’hui, les deux amis entendent concrétiser l’histoire. "Nous avons les menus, fait les tests, nous sommes en train d’établir les coûts de revient de nos plats pour finaliser notre business plan." En juillet, ils partiront à la chasse aux financements.

Hongkong, une île anglaise en terres chinoises

Située au sud-est de Canton, en Chine, l’île de Hongkong couvre 1 077 mètres carrés et compte plus de 7 millions d’habitants (estimation 2014). En 1842, elle a été cédée à la Grande-Bretagne qui a aussi acquit la presqu’île de Kooloon non loin. En 1898, la Grande-Bretagne a obtenu un bail de 99 ans sur ces territoires et sur 235 îles au large de Hongkong. Conformément à l’accord de 1984, le territoire a été rétrocédé à la République populaire de Chine le 1er juillet 1997. Depuis, Hongkong est une région administrative spéciale de la République populaire de Chine. (D’après le Larousse).



Rédigé par Delphine Barrais le Jeudi 4 Février 2016 à 09:41 | Lu 2294 fois






1.Posté par Cool Ruler le 04/02/2016 11:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

7 millions d'habitants sur 1077 m²... D'où le nombre de buildings et le prix des loyers j'imagine :-)

2.Posté par JacquesAdi le 04/02/2016 12:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo à Teiva pour son goût du défi. Une petite rectification, pour la superficie de Hong Kong il faut lire 1 077 km2 et non pas 1 077 m2, sinon ce serait un peu serré pour les plus de 7 millions d'habitants.

3.Posté par Artemis le 04/02/2016 16:38 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne reconnais plus cette jeunesse qui ne se nourrit plus que de radis et passe de la deep le dimanche après midi après la messe. Non de non j''en perd ma pipe

4.Posté par Roni le 05/02/2016 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bien de la chance !!! Tant que papa et maman sponsorisaient ,

5.Posté par Popol le 05/02/2016 09:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est fini le temps des mousquetaires et saltimbanques...

Ainsi que de la pipe (sa dépend laquelle), car aujourd'hui, sa "vape".

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance