Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter

FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


"Te Mau Ito Api prend en otage les habitants de Makemo", accuse Nuihau Laurey



PAPEETE, 25 avril 2016 - Nuihau Laurey a vivement réagi lundi devant la situation de rationnement de l'énergie électrique imposée par la société Te Mau Ito Api sur l'atoll de Makemo. Le ministre en charge des Energies confirme le souhait du gouvernement de provoquer le dissolution de cette société anonyme d'économie mixte. Te Mau Ito Api est sous contrat d'affermage jusqu'en 2036 pour la production, le transport et la distribution d’électricité sur l’atoll de Makemo.
Pour lui, le rationnement actuel de l'électricité imposé à Makemo est à mettre sur le compte d'un bras de fer engagé fin janvier entre l'actionnariat privé de la SAEM et le Pays : "J’ai l’impression que Te Mau Ito Api prend une fois encore en otage les habitants de Makemo. Je crois qu’il faut dire les choses clairement", a-t-il déclaré lundi à Tahiti Infos.

Quel diagnostic faites-vous de la situation de la fourniture d’énergie électrique par Te Mau Ito Api, à Makemo ?

Nuihau Laurey : J’ai reçu le maire de l’île vendredi matin, qui m’a alerté à propos de la situation et notamment d’une augmentation tarifaire particulièrement importante de la part de Te Mau Ito Api. On me parle de 70% d’augmentation. Parallèlement à cela, depuis plusieurs mois déjà, nous avons été sensibilisés sur la situation de cette entreprise. Nous avons proposé des mesures dans le cadre du plan de continuation mis en œuvre par le président du tribunal de commerce de Papeete. Et j’ai l’impression que la société part à la dérive. Nous avons donc sollicité le commissaire aux comptes pour nous indiquer si la situation financière de l’entreprise permettait d’envisager une sortie de crise. Mon sentiment est que Te Mau Ito Api n’a plus d’avenir. Je suis favorable à la dissolution de cette entreprise et à la mise en place d’un véritable acteur de l’électricité à Makemo, qui permette de garantir la sécurité de la fourniture d’énergie électrique aux habitants de l'île.

Vous annonciez cela fin janvier déjà. Que s’est-il passé depuis ?

Nuihau Laurey : Depuis, nous avons demandé au conseil d’administration de la SAEM de prendre des mesures. Nous avons notamment demandé à ce qu’un conseil se réunisse pour acter cette situation et donc décider de la dissolution de la société. Mais un certain nombre d’actionnaires privés nous ont proposé de racheter les parts du Pays afin de constituer une société avec la capacité d’offrir de nouveaux services et permettre à Te Mau Ito Api de survivre. Nous avons demandé à ces actionnaires de nous faire part de leur offre. A ce jour, nous n’avons reçu aucune proposition claire. Nous avons donc décidé de mettre en œuvre la dissolution de l’entreprise.

Te Mau Ito Api est titulaire d’un contrat d’affermage pour la fourniture d’électricité. Que se passe-t-il lorsque ce service est fourni dans les conditions actuelles ?

Nuihau Laurey : J’ai l’impression que Te Mau Ito Api prend une fois encore en otage les habitants de Makemo. Je crois qu’il faut dire les choses clairement.

Le Pays viendra-t-il de nouveau au secours de cette entreprise ?

Nuihau Laurey : Le Pays a déjà mis beaucoup trop d’argent dans cette société : subventions, défiscalisation, prêts, avance en compte courant, augmentation de capital… Je me souviens qu’à une époque, le gouvernement Temaru et son ministre de l’énergie, M. James Salmon, souhaitait déjà mettre un terme à cette expérience énergétique catastrophique.

En attendant, que se passe-t-il pour les habitants de Makemo ?

Nuihau Laurey : Comme à l’accoutumée, le Pays interviendra. Le Pays ne va pas laisser les habitants de Makemo dans le noir. Nous allons trouver des moyens juridiques pour que le groupe électrogène de l’île continue de produire. De même, lorsque la société Te Mau Ito Api ne sera plus en mesure de faire face à ses obligations, le Pays sera là. C’est ce que j’ai indiqué vendredi au maire de Makemo. Il nous faut maintenant trouver les moyens d’organiser légalement ce soutien. (…) Si le maire sollicite l’intervention du Pays pour la fourniture de carburant, nous mettrons tout en œuvre pour y parvenir. Surtout, le plus important est que les habitants de Makemo ne soient pas privés d’électricité lorsque Te Mau Ito Api ne parviendra plus à faire face à ses obligations.

Rédigé par Propos recueillis par JPV le Lundi 25 Avril 2016 à 15:02 | Lu 1792 fois






1.Posté par zozo le 25/04/2016 15:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

voilà une belle opportunité pour faire de MAKEMO une ile pilote pour l' energie renouvelable

2.Posté par wakrap le 25/04/2016 18:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ah ah, vive l'écologie! Quelle foutaise que ces éoliennes. Les gens comme le ministre qui ont écrit des livres pour la promotion de ces énergies alternatives et intermittentes feraient mieux de présenter des excuses face à la faillite de ces sytèmes.

3.Posté par Popoti le 25/04/2016 19:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

les éoliennes sont à terre par principe de précaution. Je propose de les immerger dans la passe, sûr qu'elles fourniront de l'électricité...... encore du fric public dépensé inutilement ..... Les remettre en fonctionnement ne servira à rien car aucun entretien ne sera fait. (comme d'hab)

4.Posté par Hirinake le 25/04/2016 21:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Grand Directeur General de Te Mau Ito Api, c'etait bien Albert Solia non ???? Alors on fait quoi maintenant. Il y avait aussi comme actionnaires Bruno Marty et Dominique Auroy ??? Alors messieurs les Fossoyeurs on ne vous entend plus que pasa. Allez Nuihau Laurey vas jusqu'au bout de ton raisonnement, saisis la Justice et Thorel sinon tu es aussi complice de ce systeme mafieux horrible.
Mea aroha teie nunaa no Makemo, ua haama' au hia oe e teie mau feia haavare e te ino.

5.Posté par gisgis le 26/04/2016 08:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

qui trouve-t-on derrière ces éolienne et ce fiasco?

6.Posté par tepapa le 26/04/2016 09:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore une gabgie signée la SEDEP et Auroy. Ca pouvait marcher, il suffisait de mettre des acteurs sérieux et qui ne pensent pas qu'à leur profit...

7.Posté par Attention ! le 26/04/2016 09:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Attention, l'éolien fonctionne très très bien. Faut pas raconter n'importe quoi.

Mais il doit être entre les mains de professionnels !

Ici c'est un projet d'amateur qui a été monté à Makemo.

Ils se sont fait roulé dans la farine de A jusque Z et c'est pas terminé.

Un peu partout dans le monde des parcs éoliens off shore produisent avec une vrai fiabilité et sont particulièrement rentable.

Encore une fois nos décideurs se sont fourvoyés avec des branquignols.

Quand comprendrons nous enfin que rien ne fonctionne chez nous en raison du manque de compétances de nos décideurs ?

8.Posté par wakrap le 26/04/2016 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 7 Avant de raconter des foutaises, présente un seul et unique parc éolien sur la planète qui vit sans subvention, sans prix de rachat surfacturé au contribuable, sans prime à l'investissement . Un seul, juste une fois. Allez on t'écoute.
L'éolien est un scandale financier et écologique par la monstrueuse pollution des paysages entraînée, en particulier sur une petite île ou un atoll. La totalité des pays font aujourd'hui machine arrière, reste quelques délires de notre "éolienne impériale", ministre de l'écologie en métropole mais les résistances au massacre des paysages et de l'économie s'organisent. Et en plus pour compenser la nullité de leur production intermittente on a relancé à fond les centrales à charbon comme en Allemagne.

9.Posté par Lily JONES le 26/04/2016 14:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@8 : présente-moi une seule centrale (fut-elle thermique ou nucléaire) qui ne le soit pas ?
En Polynésie,le transport du carburant l'est, son prix d'achat également ; les groupes d'EDT sont tous défiscalisés, etc... La liste est longue, et c'est ainsi, on n'y peut rien.

Oui, ce projet fut un échec, financièrement pour le Territoire et plus cinglant pour la notoriété de M.Auroy, mais cet échec représente t'il vraiment celui celui de l'éolien en Polynésie ? J'en doute très fort !
Demandez aux mêmes intervenants de créer une société de vente de sable du Sahara, et 2 ans plus tard ils devront en importer... avec toujours la même 'impunité', et là aussi, qu'y pouvons-vous ?

10.Posté par wakrap le 26/04/2016 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 9 : la totalité. Aucune de ces centrales ne bénéficie d'une subvention à l'achat de l'électiricité. Absolument aucune, en tout cas en Europe. Elles ont toutes un coût de production et un amortissement intégralement répercuté dans le prix de vente de l'électiricté contrairement à l'éolien ou solaire qui est subventioné à la vente car leur production est plus chère que celle des centrales classiques. Vous avez quand même une mauvaise foi qui dépasse l'entendement. Ceci pour la planète en général.

11.Posté par wakrap le 26/04/2016 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

suite @9 Pour la Polynésie, le FRPH c'est terminé. Pour le reste, la défisc ce n'est pas une subvention c'est la non pénalisation par des taxes à l'achat du matériel. Rien à voir avec une subvention et cela s'applique pour les éoliennes et panneaux solaires. Quand même, confondre non taxation et subvention, il faut le faire. Une subvention c'est prendre l'argent à Pierre pour le donner à Jacques, ou prendre l'argent de chacun de nous pour le donner à Pierre au détriment de Jacques. Ce n'est pas ne pas taxer Pierre et Jacques.

12.Posté par zozo le 27/04/2016 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

étonnant d'apprendre que c'est une rupture de stock qui est cause du rationnement (JTV RFO ) Faudra t'il que l'etat impose à chaque ile d'avoir un stock de gasoil en cas de défault d'approvisionnement et surveille le niveau tous les mois ? Quand on habite sur une ile éloignée savoir gérer les réserves c'est essentiel !!! INCOMPETENCE !!!! Le maire doit démissionner !

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 24 Septembre 2017 - 10:00 Maupiti : 436 kilos de viande de tortue découverts

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance